La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 26 janvier 2009

Coupure d'électricité, Vanité n°0904

Coupure d'électricité

La lueur d'une chandelle dessine l'ombre chancelante d'un souffle qui parcourt la pièce assombrie par la tombée du jour.

Anne Hecdoth s'égare... loin de la platitude des conversations mondaines, dans la contemplation de l'image sans histoire.

video

Anne Hecdoth c'est le la banalité anecdotique ! Nous sommes en train de découvrir le vrai stéréotype qu'elle dramatise dans le jeu quotidien. Bravo Anne ! (Nela A.)

Ces œuvres nous obligent à réfléchir et j'attends maintenant avec curiosité tous les lundis : tout ceci est très stimulant et j'adore !!!!! (Cathy P.)

"Quand vous ne serez plus que l'ombre de vous-même - Direz chantant mes vers en vous émerveillant - Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle..." (Anny C.)

Attention... Une ombre peut en cacher une autre...! Qui a profité de la tempête pour se glisser chez Anne ? Signé : le fantôme qui vous salue bien... (Martine M.)

Superbe moment de calme, détente et réflexion : j'apprécie !!! (Cathy P.)


lundi 19 janvier 2009

Parapluie, Vanité n°0903

Sauvons les baleines menacées de disparition !
Le parapluie bas-de-gamme d'Anne Hecdoth, ne se pliant pas aux articulations prévues par le fabricant (chinois...), révèle sur toile richement colorée l'extrême qualité graphique du squelette de l'objet vaincu par une bourrasque assassine. Ainsi la baleine se recycle en réalisation plastique qui n'est pas sans rappeler les "dessins dans l'espace" d'un Julio Gonzalez.

***

Ah ben forcément, si le parapluie est calibré à la mousson, il fera grise mine face à la bourrasque de chez nous ! (Hervé C.)
***
Joli coup de vent ! (Denis C.)
***
Chère artiste pas si anecdotique que ça ! Lorsque vous rencontrerez cette brave Anne dîtes-lui qu'il existe une excellente fabrique artisanale de parapluies difficilement destructibles du côté de Pau qui pour le moment n'est pas en Chine. Bien sûr c'est plus cher mais peut-être plus rentable sur la durée. Votre dévoué (Pierre B.)
***
Mais où est l'araignée dans cette toile ? (Anny C.)
***
Excellente idée de recyclage : peut-être que le CAPC serait preneur ?! Sculpture sur fond de berlingot me paraît un bon titre. (Cathy P.)
***

lundi 12 janvier 2009

Publicités, Vanité n°0902

Anne Hecdoth cristallise le sens de la vie sur l'image d'images publicitaires vouées au rebut.

Trace du réel ou pure fantasmagorie ? Son interprétation dépend du spectateur : "C'est le regardeur qui fait le tableau" (Marcel Duchamp).

La question qu'elle propose ne sera donc qu'anecdotique : si l'on considère la publicité comme une injonction à consommer pour plus de plaisir, ce plaisir n'est-il pas déjà aliéné par l'univers publicitaire lui-même ?

Un jour viendra où les hommes seront mis au rebut pour être recyclés : si t'as d'beaux restes, t’as une chance de renaître de tes cendres... sinon, tu sais bien que tu rejoindras la... racaille ! (Anny C.)

Ces pubs-boîtes aux lettres, c'est du TRAVAIL pour des concepteurs, rédacteurs, photographes, graphistes, maquettistes, photograveurs, imprimeurs, distributeurs, j'en oublie. Moi, je ne collerai jamais de Post-It sur ma boîte aux lettres disant STOP-PUB (…). D'abord, qui ça embête ? (Christian C.)

lundi 5 janvier 2009

Ecran plat, Vanité n°0901

Un illuminé qui fait croire qu'il est brillant éclaire un sapin... Aussitôt Anne Hecdoth s'interroge sur le succès de l'écran plat.

Un monde plat est-il plus beau ? Ne serait-ce qu'un effet "plat c'est beau" (du latin placebo = je plairai) ou la mise en œuvre annoncée d'un plan de réformes sans profondeur ?

La platitude gouverne-mentale éclaire l'écran noir de nos nuits blanches ! (Anny C.)

Bravo pour le jeu de mots et ses diverses connotations !!!!!! Mais le plus "tragique" ce n'est pas celui qui fait croire, mais ceux qui croient !!!!! (Cathy P.)

La plathatitude de tes vanités est confondante... (Malo C.)

Très bel épisode d’Anne Hecdoth. J'adore !!! (Rémi B.)

La solution ? Casser la télé et l'illuminé deviendra un concassé. Et jeter le plat de réformes envenimées. (Gisèle A.)