La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 29 mars 2010

Esquisse, Vanité n°1013

Petite Niaiserie conceptuelle

Anne Hecdoth esquisse un grand chantier pour la mise en place du renforcement de la traçabilité des données à risques afin d’en faciliter le contrôle… Que faut-il supprimer ? La taxe carbone ou le juge d’instruction ?

Holà ! Je ne la comprends pas, celle-là… (Denis C.)

Non ma chère ! Il faut supprimer LE CARRE BLANC ! On veut VOIR TOUT TOUT TOUT et tout de suite ! (Marie-Hélène B.)

Supprimer les suppressions et les suppresseurs/oppresseurs. (Marie-Christine M.)

Et si on supprimait plutôt les pollueurs en tous genres : on n'aurait besoin ni de taxe carbone ni de juge d'instruction !!! (Cathy P.)

Je pressens une catastrophe à la Ryman ou un massacre à la Fontana... (Juliette C.)

Supprimer toutes les annonces de vrais faux décès !!! (Hécate)

Vite ! Mon tube de rouge à lèvres ! (Gertrude)

Encore une affaire élucidée ! Le baiser iconoclaste sur l'immaculé Cy Twombly en 2007, c'était donc Gertrude... J'aurais dû m'en douter ! (Odile C.)

Ciel je suis cuite ! Et vous verrez à quel point... (Gertrude)

Chouette un blog plein de vanité ! Si tu veux participer avec nous au blog collectif http://meltingartblog.over-blog.com/ sur le thème du mois qui est justement vanité, tu es la bienvenue ! Il suffit d'envoyer ton travail là : meltingartblog@hotmail.fr (mab)

lundi 22 mars 2010

Printemps, Vanité n°1012

Nécrologie

C’est dans une joyeuse pagaille électorale, survenue au beau milieu de l’équinoxe vernal, qu’Anne Hecdoth a appris, de source sûre, le trépas de l’hiver suite à l’éclosion de la pandémie de pâquerettes sur carré vert. Les petits oiseaux gazouillent un Requiem polyphonique dans le ciel bleu et limpide. De nombreux étourneaux, face à la destruction massive de leurs nids, ont déposé un préavis de grève pour manifester contre la suppression de leurs postes et pour la mise en retraite anticipée de l’expression "l’hirondelle ne fait pas le printemps". Il faut trouver un slogan pour l’épitaphe !

Quand on est mort c'est pour la vie. (Marie-Hélène B.)

« On croit que, lorsqu’une chose finit, une autre recommence tout de suite. Non. Entre les deux, c’est la pagaille. » (Marguerite Duras & Anny C.)

Antoine dit mourir tue à coup sûr et irréversiblement. Ça me laisse coi. (Heurv’)

Excellent ! (Marie-Christine M.)

Si la défunte s'appelle Laure... je suggère : "Ici Laure gît". Peu de monde s'appelle Antholo ou Névral, ou Elé ou Pla ou Ma... C'est dommage. (Françoise R.)

J'aime pas le printemps ! (Juliette C.)

Il faut fêter la chose à l'eau de vie ! (Hécate - Le Fil d'Archal)

[L'hiver est mort et le printemps me met en colère/ Les oiseaux vont éclore/ Les bourgeons vont commencer à piailler/ Les fleurs vont bourdonner/ Et les abeilles vont lisser leurs moustaches/ Sans parler du bâtard jaune en haut des cieux/ Qui débute ses gloussement de tapir enrhumé/ Des mouches qui vont se mordre la queue/ Et des fourmis qui vont se lécher le croupion/ Le soleil me fout le cafard/ Je préfère rouler des pelles à ma Lune froide/ Et sucer les épines de mon hiver glacial/ L’une est la putain de mes nuits éclairées/ L’autre le maquereau de mes sales idées]. Chère Anne Hecdoth cette épitaphe est longue, certes, certes, nous en conviendrons, mais le printemps abuse en durée de vie lui aussi. Alors bien fait pour son trognon ! Vive l'hiver ! Et bien à vous. (Plaiethore) P.S. J'aime bien chez vous. Je me lance dans une autre aventure vaine.

Mon ami Woody Allen a dit à peu près ceci : "Ce qui est positif dans mourir c'est que c'est l'une des rares choses que l'on puisse faire aussi bien couché que debout" !!! (Cathy P.)

(Pied-noir :) Moi je me baigne jamais, pasque si je me noie ma mère elle me tue !
(Latino :) LUI — Si tou mé quittes, yé té toue !/ ELLE — Si tou me toues, yé té quittes! (Prokopios)

La vie est mortelle. (Emile Zona)

lundi 15 mars 2010

Régionnales, Vanité n°1011

À l'heure de la rumeur organisée, Anne Hecdoth s’abstentionnisera de tout commen-taire sur le non-remplacement des électeurs absentéistes et laisse Gainsbourg chanter à la citoyenne dont il était l’élu :

Qu'importe le temps

Qu'emporte le vent

Mieux vaut ton absence

Que ton inconséquence/(…) impertinence/(…) incohérence/(…) indifférence

Ecouter : http://www.youtube.com/watch?v=ji1OMbxXOTE&feature=player_embedded#

Aussi, pourquoi les absents auraient-ils toujours tort ?

Et la roue continue de tourner. Je suis abstentionniste pour certaines élections, absentéiste parfois, talentéiste chaque mois et ne me sens pas du tout tortiste mais peut-être ai-je tort. (Gisèle A.)

L'amour est à l'absence ce qu'est le feu au vent.../ Il éteint les petits et allume les grands.../ Oui mais... même/ Si le vote est du vent, on n'y voit que du feu ! (Anny C.)

Vu et approuvé. (Daniel B.)

Délicieuse nostalgie aussi douce-amère que vaine. Mieux vaut être absent et gagner au loto qu'être présent et tout perdre. (Juliette C.)

Et que vaut-il mieux ? Être un électeur absent ou un élu absent ? (Cathy P.)

C'est marrant comme toute vision d'un capharnaüm déclenche chez moi une absence. Trop d'infos à traiter par le cerveau, sans doute. Et ainsi il préfère partir en voyage... Arequipa, par exemple ! (Non, ce n'est pas dans la région.) – (Prokopios)

lundi 8 mars 2010

Vitesse, Vanité n°1010


Le vin ne saoule plus vite que si l’on s’en sert. La lune est bucolique et ronde comme trois cochons. Et pourtant la terre tourne… "moins" vite : 1,26 microseconde en moins chaque jour depuis qu'elle a titubé et secoué le Chili le 27 février dernier. Voir : http://www.leparisien.fr/societe/depuis-samedi-la-terre-tourne-moins-vite-04-03-2010-835251.php
Mais alors, puisque la vitesse tue, à quoi bon lutter ? Plus on pédale moins vite dans la choucroute terrestre, moins on avance plus vite !


Et les Shadocks pompèrent... (Virginie C.)

Ces calculs ne doivent cependant pas être pris pour argent comptant, prévient Christian Bizouard, membre du service de la rotation de la Terre à l'Observatoire de Paris. Voir : http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/03/05/le-seisme-chilien-aurait-accelere-la-rotation-de-la-terre_1314890_3244.html (Christian C.)

« Grrrrneue, grrrrneue, grrrrneue ! » font les trois petits cochons. « Pfeuuuu, Pfeuuuu, Pfeuuuu ! » fait le petit chat qui voit les trois petits cochons qui regardent la lune qui tourne autour de la terre qui tourne autour du soleil. (Jacques B.)

Quelle belle collection de bouteilles ! Moi je préfère le vin blanc doux, beaucoup de douceur pour continuer à voir la terre tourner, tout doux, tout doucement. (Gisèle A.)

J'ai essayé de comprendre, de suivre le raisonnement d'Anne H. mais j'ai eu la tête à l'envers et qui tournait dans le sens inverse des aiguilles d'une montre au Pôle Nord. J'en ai conclu qu'il valait mieux trinquer avec les amis que de jouer au Cochon pendu ! A ta santé Anne ! Hips ! (Anny C.)

Personne ne nous avait dit ici que la terre avait ralenti. Ah... enfin des journées plus longues ! Cela étant... contradictions étranges : les articles que je google disent que les jours raccourcissent et que la terre ralentit. Ça ne colle évidemment pas. On approche du premier avril et les poissons déjà volent bas... (Heurv')

Trois petits cochons imbibés de Château Yquem et passés au tournebroche, ça doit être bon, cong ! (Signé, Maïté). PS : Le loup, il peut toujours venir souffler la maison ; ça nous fait bien rigoler car elle est en pierre et on l'attend pour le canarder avec les cadavres ! (Juliette C.)

Prodigieux, excellent et imparable, quoique... Néanmoins, nous conclurons que moins on boit plus, plus sèche est la choucroute !!! (Cathy P.)

Merci Odile, c'est toujours aussi drôle et subtil !... (Sofaille)

Tiens, je m'en viens bibiner un p'tit coup, histoire de me remettre (de quoi, au fait ? Je ne me rappelle plus...), j'en avais bien besoin... Hips ! (Gertrude)

Si on pédalait en machine à coudre en ouvrant un parapluie, on aurait peut-être une chance de remonter vers un temps plus lent, celui où l'on avait le temps de faire plus de choses sans se presser ?... (Hécate, Carrefour de la Lune - sans trois cochons !)

lundi 1 mars 2010

Peluches, Vanité n°1009

Theatrum mundi

Anne Hecdoth amoindrit son discours et donne la parole aux peluches assoupies qui occupent de manière dramaturgique l’espace de l’habitacle. Et si « la vie est une aventure aléatoire » (Edgar Morin), alors le dispositif de cette installation obéit-il aux codes de l’illusion de sécurité qu’elle donne ?

Voilà une vanité bien sentie ! In ictu occuli… en un clin d'œil, les jouets d'enfant et celui de l'adulte (la voiture). Peluches et jouets/ peluches échouées… Empilement d'espaces, d'habitacles où viennent s'enfermer les rires d'enfants. Comment s'évader ? La fenêtre de lumière (intérieur hollandais si discrètement évoqué) offre peut être une possibilité à ce conducteur absent/présent qui n'a pas vu fuir le temps et qui a emporté avec lui ses peluches, dans la vitesse de son âge adulte. Plaquées sur le plastique, elles méditent. (Marie-Hélène B.)

"Toujours peluches !" : il chemble que Franchois de Clogets avait vu juchte en prédigeant qu'au vingt-et-unième chiècle che chlogan rechterait l'exgigenche de l'homme (et churtout de la femme ! ;-), n'est-che-pas?). (Prokopios)


Signé Annegreluche (Anny C.)

Je savais que les peluches étaient des animaux dangereux, mais alors là, cela dépasse l'entendement : et on leur donne le permis de conduire, et le droit de vote, ils se reproduisent, ils vont au supermarché, ils partent en vacances, ils... Au secours ils vont nous voler nos enfants !!! AAArrrrrrgggghhhhh !!! (Juliette C.)

Et encore, ceux-là n'ont mis que des peluches : je suis certaine qu'en cherchant bien on peut en trouver qui se baladent avec un assortiment de vrais animaux, histoire de ne pas se sentir seuls !!! (Cathy P.)

Peluches inanimées... idolâtrées parfois, êtes-vous le pagananisme refoulé de ce pauvre être humain conditionné au sérieux qu'impose notre société ? Peluches, auriez-vous donc une âme, celle refusée aux animaux ? (Hécate)