La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 29 novembre 2010

Neige, Vanité n°1048


Theatrum mundi...
Il paraît que l'hiver s'installe durablement pour toute la durée globale de la saison hivernale ce qui, dans le vide lyophilisé de la séquence automnale, semble totalement inhabituel. Dans ce théâtre d'esbroufe et de pacotille, c'est avec grandiloquence que la maraude hiémale se met en place. Dans ces conditions situationnistes apocalyptiques annoncées, comment éviter efficacement l'apoplexie grégaire?

***

(Anny C.)

***
À quand des cours de français "savant" pour le Public-chéri-mon-amour-qui-entrave-que-dalle ? (Malo C.)
***
Avant d'arcHiver la vanité hecdo(th)madaire, regardant arrHiver le tapis blanc, répondre à la question par une question : ouate ? (Marc V.)
***
(Sébastien M.)
***
Le célèbre Christian La Croix, grand historien d'art dans la haute couture et critique de haut vol, diplômé en génie des alpages, nous promet une collection hiver 2010-2011 particulièrement floconneuse, à épaisses retombées atomiques et médiatiques sur la Société du Spectacle. Bêêêêêêêêêê........ (Juliette C.)
***
En évitant les pacotilles de Noël ? Hélas impossible même sous des cieux tropicaux ! Les sapins, à défaut de neige, y brillent sous les décorations kitchissimes. Je me souviens de mon arrivée de nuit à Goa et de ma surprise d'y voir des palmiers de Noël éclairés le long de la route… (Hélène FC.)
***
En jouant sur une autre scène !!! (Cathy P.)
***
Comment l'éviter ??? En se concentrant sur les solutions plutôt que les problèmes, mais bien sûr cette réponse n'a rien de poétique...  (Didier D.)
***
Je ne vois rien : que n'ai-je... Un peu plus de lumière Et un peu moins de maux ! Mais tout ce vain m'enivre... (Blind Date)
***
APOCALYPS' SNOW (Eau d’île)

lundi 22 novembre 2010

Préservatif, Vanité n°1047


Deus ex machina
C’est au petit matin, quand les lumières du monde éclairent les points cardinaux, qu’Anne Hecdoth entame un programme coordonné et efficace de prévention contre l'opium du peuple afin qu’on ne le prenne plus pour un enfant de chœur. Que préserve-t-on avec cette capote?
video
***
J’adore ! Quelle chance as-tu de pouvoir t’exprimer ainsi… Et tu le fais très bien à travers tes anecdotes ! Moi je souhaite apprendre à me préserver… (Sofaille)
***
Un envol à l'hélium… Hum! L'opium fait planer. Regarder le monde avec le recul, est-ce s'en préserver ou voir plus clair ? (Hécate)
***
Je vois que depuis quelques temps vous vous êtes payé le luxe des services d'un historien de l'art, critique au journal La Croix, pour expliquer la peinture aux lapins de messe morts et le bon usage du latex en cours de catéchisme. Ceci dit, dans cette petite vidéo, je ne vois pas Obélix qui aurait pu, quant à lui, nous éclairer sur les concordances des capotes avec les bulles papales. (Juliette C.)
***
Du vent dans les voiles? Un vol au vent de Talents? Tiens voilà de boudin? (Anny girouette)
***
Une hétaïre mandchoue blanchie sous le harnois me confiait dernièrement que les seuls clients qu'elle refusa jamais avaient été des Mongols fiers d'être si bien montés qu'aucune taille ne pouvait les chausser quelle que fût l'élasticité du latex. Qu'on se le dise! Et qu'on dompte son effroi! (le Prof. Hulaksis)
***
Qu'on ne prenne plus nos Messies pour des badernes ! (Marie-Christine M.)
***
Ce n'est pas une capote, c'est une bite à air comme il en existe pour suivre le vent des idées acceptables et paradisiaques. Amen. (Sébastien M.)
***
Je donne ma langue au chat, plein de grâce, qui s'étend le matin s'inclinant devant son dieu Soleil... (Didier D.)
***
Cet arc-en-ciel couché sur le champ de bataille a fait pffft. (Marc V.)
***
Que préserve cette capote? Pas le ridicule pontifical c'est sûr!!! (Cathy P.)
***
Laisse-moi te dire que j'adore ton blog. J'aurais voulu répondre à ton billet expliquant tes motivations en vain. Bref, ma vanité à moi, c'est de vouloir écrire de la poésie scientifique sans savoir par quel bout commencer. Puis-je être une vanité numérotée (numérique?!) sur ton blog? http://www.couleurcoeur.net/ Amitiés (Yano)

lundi 15 novembre 2010

Portefeuille, Vanité n°1046



Afin d’affirmer la volonté de précéder l’avenir pour ne pas avoir à le subir, il suffisait de faire un grand remaniement régalien. Anne Hecdoth met en lumière une opération de rénovation à toute vapeur permettant de refermer avec énergie l’ouverture d’un grand portefeuille. Comment les images travestissent-elles la réalité?
***
Six mois d'enfumage à la vapeur pour constater que le permis de séjour est bien scotché au portefeuille. Ces faux papiers ne tiendront plus que quelques mois et ne permettront pas de reconduire de si tôt, si ce n'est quelques guignols à la frontière du quinquennat. Mais n'y aurait il pas risque de surchauffe et d'excès de vitesse dans la dernière ligne droite? (Juliette C.)
***
--- (Jean-Pierre C.)
***
Le premier message m'a échappé sans que, muet d'admiration devant cette réactivité au remaniement et à la rénovation, je ne puisse ajouter un mot ; il vous parviendra vide ; mais reprenant mes esprits, je me permets de signaler qu'il s'agit d'un permis de conduire, pas d'un portefeuille – et qu'il n'est pas possible, même si c'est permis, d'en refermer l'ouverture... (Jean-Pierre C.)
***
AH, ne fais pas ta gueule enfarinée, c'est si beau les mains d'un homme sur la planche à rénover son permis de se conduire en honnête homme! Face à lui, les mains d'une femme qui repasse ses chemises, c'est naturel n’est-ce pas? C'est comm'ça qu'on fricote en 2010? C'est du joli! NBB: Qui est papa, où est maman, j'ai fait les gâteaux! (Anny C.)
***
Affirmer la volonté de précéder l'avenir est une bonne formule tirée de la raison. L'image du fer à repasser qui redonne un certain éclat à un vieux papier d'identité est une belle image tirée de l'imagination. Faire allusion au portefeuille des changements régaliens actuels est une astuce métaphorique amusante. Au total, Anne Hecdoth remplit bien le rôle d'amuseuse qu'elle poursuit avec ténacité. (Dr. François-Jacques G.)
***

Hein ??? Désolée mon Odile, mais j'ai de plus en plus de difficulté à comprendre notre chère Anne. (Cécile B.)
***
Face à une société où le "à toute vapeur" alterne avec le "je suis scotché" que peut faire l'individu sinon lisser patiemment les rides de son identité? Permis de se conduire, de se bien conduire? (Marie-Hélène B.)
***
Dans l'atelier du clan d'Estaing, si tu n'as pas sport, tu fais art plastique. (Marc V.)
***

"Il faut battre le fer à plat pendant qu'il est chaud". (Sébastien M.)
***
Et dans son sein trois fois le fer a repassé... (Corvus Corone)
***
C'est un homme qui repasse: gare aux faux-plis!!! (Cathy P.)
***
Je repasserais... bien que le repassage et moi... :) (Hécate)
***
Et moi qui comptais confier le repassage à une aide extérieure... je vais me raviser à la suite de cette lecture. Merci (Yano)

lundi 8 novembre 2010

Zapping, Vanité n°1045



Pragmatique, Anne Hecdoth refuse de refermer la parenthèse et ouvre la voie à l’usage stratégique du doute… Pour activer le réchauffement climatique entre puissances économiques, quelles autres chinoiseries faudra-t-il zapper?
***

(Heurv’)
***
Nous sommes tous des Juifs allemands! Et je demande des royalties pour mon petit Bouddha heureux! (Anny C.)
***
C'est un Bouddha créole ? (Sébastien M.)
***
Là-bas le jour se lève, c’est l’eau riant. (Marc V.)
***
"Où trouver l'opium, l'opium qui me fait vivre, l'opium magique qui m'enivre de délices et d'illusions..."(C. Farrère – Hécate)
***
Les "ombres chinoises" peut-être? De toute façon Liu Xiaobo n'est guère plus qu'une ombre aux yeux des chefs du gouvernement de son pays. (Cathy P.)

lundi 1 novembre 2010

Carrelage, Vanité n°1044


Hommage à Jean-Pierre Raynaud
Anne Hecdoth a l'immense allégresse de vous faire part du dépouillage de sa salle de bain à carreaux verts, transformés en oeuvre d'art le temps de leur trouver une sépulture décente. En ce week-end réputé le plus meurtrier, que questionne ce concept spécifique de destruction créatrice?


***
Oh! Les jolis pots! J'avais vu, en son temps, la serre de Kerguéhennec toute rougissante des pots bétonnés de Raynaud! Mais rien à voir avec votre mini-serre rouge aux urnes funéraires où les cendres ne recouvrent pas entièrement les éclats d'os! Belle vanité par tous les Saints! Votre affectionnée (l'Ambuleuse mdf)

***
Conservez l'immense allégresse pour rebâtir dans la magnificence ! (François-Jacques G.)
***
SUGGESTIONS de destination des carreaux: te refaire faire la façade; aller les déposer au cimetière marin pour la Toussaint entre les pins, entre les tombes; les exposer au CAPC; te tenir à carreaux; tapisser la piscine Art-déco de Bègles avec tes élèves sur le thème de la mosaïque "Si je n'ai pas de vert, je mets du vert"; témoigner de ton évident passé de casseuse; les échanger contre les mêmes en bleu; tapisser le fond de la piscine de Jacques; les mettre en morceaux choisis; reconstruire ta salle de bain en souvenir de l’ancienne. (Anny C.)
***

Ce n'est plus ce que c'était les crépis de façade et j'constate avec regrets qu'c'est la même chose pour le crépis de décoration ! (Sébastien M.)
***
Euh… Qui est Jean-Pierre Raynaud? Et pourquoi verts? Et qu'est-ce que c'est que cette histoire (de salle) d'eau? Pas très sexy, dirait-on… Bref, pour tout dire, tout ça m'a l'air très bain. Banité des banités, et tout est banité! (Nina Urqu)
***
Je propose, en ce jour de Toussaint, une opération d'horticulture mercantile de petits pots à carreaux. Et je signale au passage la beauté irrésistible du contraste complémentaire entre le rouge du Container Zéro à roulettes et le vert fluo des chrysanthèmes en Pots. (Juliette C.)
***
Je partage ta joie concernant ta salle de bain ! Mais où en est l'épisode de la cuisine? (Minouche)
***
Qu’il faille en ce jour créer pour libérer les arts verts, faut-il aussi détruire car l’âge décrépit? (Marc V.)
***
Rien ne se perd, tout se transforme!!! De la destruction nait la création. Un as de la mosaïque va sûrement récupérer tes carreaux anis pour en faire la fresque du siècle. (Cathy P.)
***


Pauvres carreaux qui symbolisaient la couleur de l'espoir... Virés comme des malpropres... De la seule pièce dont on ressort lessivé, plus blanc que blanc, tout nouveau tout beau, ironie de l'histoire!! "Viré le vert entêtant de l'espoir" (J. J. Goldman). Ah elle est bien belle Anne Hecdoth! (Odile V.)
***
Ce vert olivâtre devait en effet donner bien mauvaise mine... mais rien ne semble entamer ton moral et tu peux y aller pour le violet en moquette épaisse sur les murs, comme celle dont mes prédécesseurs avaient tapissé une salle de bain de la maisonnette de Grignan que je leur ai malgré tout achetée… Teint blafard immédiat garanti... Un petit coup de bordeaux me ferait du bien je pense tout d'un coup! (Hélène F.)