La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 31 octobre 2011

Ticket de caisse, Vanité n°1144


Res derelicta
Glaneuse, Anne Hecdoth risque de faire exploser les chiffres de la délinquance : elle propose de donner aux expulsés d’avant la trêve hivernale les tickets de caisse abandonnés par les clients… Qui sera prévenu ?
***
Je ne serai pas joignable jusqu'au 03 Novembre, I am out of office to November 03th. I will get back to you as soon as I return (Philippe B.) 
***
Anne Hecdoth a un ticket. Cette expression s'emploie assez couramment depuis le milieu du XXe siècle. Elle signifie que l'on plaît à quelqu'un, surtout physiquement. En effet, en argot, le "ticket" est une marque d'intérêt physique, voire purement sexuel. Délinquance, délinquance, elle a un' gueul' de délinquance ? (Anny C.)
***
Expulsés, abandonnés, prévenus de tous les pays unissez-vous ! (Marc V.)
***
CORAge fuyons ! (Sébastien M.)
***
***
Je deviens aCORAphobique ! (Juliette C.)
***
Pour une fois qu'un directeur prend soin de la santé de ses employés - mac do c'est dégueu - ! Pour le féliciter faisons lui boire le bouillon de onze heures. (Gisèle A.)
***
Qui dort dîne ! (l'ambuleuse)
***
Réponse à la question : la Belle au bois dormant, bien sûr... (Cathy P.)
***
N'en contez plus ! (Hécate)
***
Belle image. (Bridget)
***

lundi 24 octobre 2011

Recherche, Vanité n°1143


En chercheuse obsessionnelle, Anne Hecdoth poursuit son activité autotélique. Elle fait don de ses yeux à l’œuvre de Philippe Favier, Venezia (2011), et observe son regard dans le miroir situé dans l’absence de regard du motif figuré. Si la cause des sourds est obvie, comment ce que nous entendons correspond-il à ce que nous voyons ?
***
I am out of the office until 31/10/2011. I will have access to emails occasionally. Please contact me on my mobile with any urgent queries (Virginie C.)
***
Incroyable ! C'est une vraie épidémie ! (Une Mercière et une Crâneuse en sont déjà incurables) et... j'en suis foudroyée ! J'en perds mes tibias et mes orbites dans le canal !
À part ça, j'avais bien proposé mes services artistiques à la biennale d'Issy et maintenant (et jamais), mais les gentilles organisatrices les ont refusés en me faisant remarquer que mon travail ne correspondait pas au thème de cette année : "Vanités contemporaines" ! Je me sens depuis en vaine intemporelle.
Vive Venise ! Vive le rouge de Venise ! Vive le Vain ! Vive le Beaumes au coeur ! Au laid !
T'as de beaux yeux, tu sais, même si tu les as empruntés à une belle. (Juliette C.)
***
Ça saute aux yeux : Anne fait sa cranneuse... (Marc V.)
***
Justement, je vais te dire un truc fou à ce sujet : "L'électro-encéphalographie met en évidence le lien entre la perception et la production". Si je fais un geste ou si je regarde quelqu'un le faire, il se passe la même chose dans le cerveau" ! Cette observation conduit à un concept, "les neurones miroirs", lesquels ouvrent la voie à de nouvelles méthodes d'apprentissage". (l'Artis'Anne)
***
(Marie-France D.)
***
"Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour. Ou bien : D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux. Ou bien : Vos yeux beaux d'amour me font, belle Marquise, mourir. Ou bien : Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d'amour me font. Ou bien : Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d'amour." Molière - Le Bourgeois gentilhomme Venise n'en saura rien ! (l'Ambuleuse)
***
La mort est un miroir ? Elle se mire ? Elle se fend d'un rictus... C'est la saison qui veut cette avalanche de tête d'os ? (Hécate)
***
Est-ce un masque pour Halloween ou la nouvelle burqa ? (Anny C.)
***
Il est stéphanois ce jeune artiste génial : tu comprends mon ravissement !? (Hélène F.)
***

lundi 17 octobre 2011

Hollande, Vanité n°1142


Parmi les produits de campagne, Anne Hecdoth a trouvé du hollande sur un plateau. Mais un fromage à 56% qui sait compter avec un salaire royal, c'est déjà plus tout à fait un fromage. Pâte molle certes mais bien valorisée, il sera Président ! Quant à la Martine, elle finit en tartines au brie… Qui boira du petit lait ?
* avec la complicité  de Jacques B.
***
Je suis en formation du 17 au 21 octobre inclus. En cas d'urgence, vous pouvez contacter Nathalie B. (Mélanie L.)
***
Quel humour ma chère Odile ! (Mouche)
***
Y a pas un p'tit Colcombet à boire au fromage ? (Marc V.)
***
La chèvre de feu monsieur Seguin et la vache qui rit malgré les averses et prépare en secret le printemps de Mille douces à moins que ce ne soit de mille bouses... !? (Marie-Christine M.)
***
Opter pour une mimolette hollandaise en guise de président français serait un comble ! (Camille B.)
***
C'est sûr, il y a de quoi devenir chèvre. (Anny C.)
***
Mais que fait ce petit montebourg industriel au bas de la photo des vieux fromages du terroir ? Ne serait-ce pas le monde à l'envers ? (David-Emmanuel L.)
***
Bravo pour les jeux de mots et les sous entendus !!! Bien amicalement à vous deux. (Didier-Philippe)
***
Attention, où est passée la poire ? (ella)
***
La politique, ça pue toujours un peu des pieds. (Juliette C.)
***
56%? C'est pas bon pour le régime ! (l'Ambuleuse)
***
Moi, je dis comme Ella, j'ai trouvé ça drôle. Bon, je zappe sur le fromage et me rattrape sur le dessert ! (L'artis'Anne)
***
Super ! Cette histoire vaut bien un fromage sans doute ?! (Cathy P.)
***

lundi 10 octobre 2011

Valise, Vanité n°1141


Primaire et pourtant normale, Anne Hecdoth jaspine encore et ne craint pas la battologie : pour défendre son image d’homo laborans, échapper à la déstabilisation causée par les institutions établies et se protéger de la spirale de déflation, elle a pris une valise de billets de train pour une anthroprise de déplacements intermanents, lors de stages permatemps sur la qualité empêchée du collectif émietté et ainsi rétroactiver  le positif affecté par les risques sur le versant passif de leur bilan du fait de l’érosion des garanties implicites, de la chute des valeurs et de la dégradation collective par une surabondance de liquidité provisionnée en quantité suffisante pour empêcher la panique chez les plus vulnérables. Si tout n’est pas compris, quels sont les risques ?
***
J'espère que tu as une carte de réduction ! :-) (Heurv')
***
Habituée à lire Proust, j'ai tout compris. (Anny. C.)
***
"Caisse donc" à l'arrière de la photo que ce sac imprimé de textes ? Tu me l'as chipé ? (L'artis'Anne) 
***
Les risques ? Etre obligée de fabriquer une jupe SNCF, c'est tout. (ella)
***
Je suis vulnérable et je panique : la photo (normal en pdf) ne s'affiche pas directement sous le texte. (Malo C.)
***
Aucun risque !!! La caravane passera de toute façon !!! (Cathy P.)
***
Merci de me retirer de votre liste de diffusion. Bonne continuation à vous. (S.M.)
***
Normale et pourtant primaire, Annette Hecdoth jaspirine encore et ne craint pas la battolologie : pour défendre son image d'homo laborans, échapper à la déstanilisation causée par les instituteurs établis et se protéger de la spirale de désinflation, elle a pris une valise de billets de train-train pour une anthroprise de déplacements intermanents, lorsde stages permatemps sur la cacalité empêchée du collectif émietté et ainsi rétroactiver  le positivisme affecté par les risques sur le versant passif de leur bilan du fait de l'érosion des garanties implicites, de la chute des voleurs et de la dégradation collective par une surabondance de liquidité provisionnée en quantité insuffisante pour empêtrer la panique chez les plus invulnérables. Si tout n'est pascompris, quels sont les riches ? (Sébastien M.)
***
Était-elle étiquetée, cette valise, et au nom de quelle éthique ? (Marc V.)
***

lundi 3 octobre 2011

Corruption, Vanité n°1140


Quand Guignol serre Le Nez Rait, en bonne Lyonnaise, Anne Hecdoth bonnit à boule vue ses propos de rodomont : il paraît même que c’est la catabase chez les gones ! Hey man, après la manne, à quels mânes se vouer ?
***
... à l'héros-tôt-mâne ! pare-dit !!! (Marie-Christine M.)
***
Tu peux répéter la question ? (Anny. C.)
***
Mane, en anglais = crinière... qu'il a jolie, d'ailleurs ! (Heurv')
***
Quand on s'appelle Nérée, on doit savoir nager, même en eaux troubles... (Marc V.)
***
Bon j'suis pas un indic, snif ! mais y a une Anny C. qui lit pas J. Croix ! (ella)
***
Essayons les nympho-mânes... on ne sait jamais !!!  (CathyP.)
***
OUATE ? (Juliette C.)
***
J'y entrave que pouic ! (L'artis'Anne)
***