La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

dimanche 31 décembre 2017

Joyeux dormillon ! Vanité n° 1701

Depuis longtemps, Anne Hecdoth, se présentant avec insistance comme contemplatrice métempirique de l'étendue de l'existence tout en tentant de tendre vers l'authenticité des contretemps instantanés qui jalonnent ses heurs, se heurte à l'heure standardisée qui fait tendance et se contente d'attendre en se détendant potentiellement autant pour creuser les grandes questions thétiques éthiques et sociétales qui la taraudent que pour tenter de les teinter d'un militantisme feinté. Si la distance entre chaque printemps l'enchante, c'est en tintinnabulant en cadence et en chantant des stances de circonstance au mitan des inquiétantes ténèbres qu'elle entend souhaiter un éclatant nouvel an en substance. Pour autant, quoi de neuf ?
***
Nous sommes fermés jusqu'au 8 janvier 2018. J'essayerai de répondre aux messages urgents. Pour les autres demandes, je vous répondrai à mon retour. Merci de votre compréhension. Bien amicalement. (Christophe D.)
***
Merci Anne, reste toi-même, continue de nous faire sourire, continue ton chemin d'artiste, même si l'heure effectivement est au consensus mou !!! Qui rime avec bisous. Anne pour Anne. (Anne G.)
***
Je suis en congés jusqu'au 5 janvier inclus. Je vous contacterai dès mon retour. Vous remerciant de votre compréhension, Bien cordialement. (Mélanie L.)
***
Je suis absent jusqu'au lundi 8 janvier. A bientôt ! (Gildas M.)
***
Meilleurs vœux ! 😘😘😘 (Tom F.)
***
Bon, que répondre quand la machine à commentaires me refuse tout commentaire ? Merdre à Gougueule ! Allez, bon Dormillon… Et qu'en 2018, le vermillon l'emporte ! Très cordialement, néanmoins… et nez en plus, chapeau pointu… Ah, ce qu'on s'amuse ! (Vincent L.)
***
Bon dodo alors... (Eric D.)
***
Apparemment je ne sais plus publier un commentaire sur Anne Hecdoth : on me demande des choses que l'on ne me demandais pas avant ! En gros je disais : "Hello Anne, le temps passe. Tu as ouvert une chambre d'hôtes ? Elle est sympa et très tendance. Bon "dormillon" : j'adore le mot ! à toi aussi et, si tu es en France, attention à Carmen ! (Cathy P.)
***
Au mitan, y'a le nouvel an.
Alors amusons-nous,
Dansons, chantons, faisons les fous !
Sans trop de potin on nous surveille
Oh! C'est la CSG qui veille
A l'an que vin !
(Gisèle A.)
***
Un très joyeux goupillon aussi ! (Marie-Hélène B.)
***
Bonne année dans 6 mn ma belle !!! Des bisous 20….18…💓💋 (Nathalie S.)
***
Lamartine le dit mieux que moi !
"Ô temps! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !"
Bon réveillon et bonne année !

(Luc M.)
***
Merci chère Anne !
Belle fin d’année sans faim en attendant - peu de temps - la nouvelle qui ne nous affame pas l’infâme ! Femme, ne lui jetons point l’opprobre avant que de l’avoir vécue. Qui sait, elle sera peut-être feu et flamme, ou feu et flemme. Cruel dilemme.
Que tintina-bulles les souhaits et vœux à qui mieux meuh et que les dernières secondes deviennent premières !
Vive la fin 2017 (et bon débats-rats ou re-mère-ciments) et bizes à gogo(s) poils au do - majeur ou mineur as you prefer ! (Marie-Christine M.)
***
Joyeux dormillon à toi. Quel joli mot ! Amusez vous bien à Paris ! Bisous. (Alix S.)
***
Pour toi particulièrement et Jacques, délicieuse année 2018, à très vite, chez moi. Je vous embrasse. (Anny C.)
***
Comme tes vœux sont sublimes ! Je ne sais que te répondre en cette matinée ensoleillée mais brumeuse dans ma tête ! Sinon que tu commences bien janvier et garde quelques forces et rires pour notre séjour parisien ensemble ! Je t’embrasse fort. (Hélène C.)
***
Joyeux premier jour 2018 impétueux. (Nadia M.)
***
Le temps fut long depuis septembre de cet an précédent. 
Si ce gond d'aventure à demi-nu tant heurte et grince,
là-bas jour se mène devant les briques et les moellons, lent.
Deux fois neuf. (Marc V.)

***

Ah ! ça faisait longtemps que je ne recevais plus rien !
Est-ce une pilule pour dormir dans la soucoupe ?
Oui, quoi de 9 ?
Belle traversée 2019 si possible !

(Frédérique P.)
***
Merci et bonne année, ma belle, à vous deux !
(Sophaïe)
***
Chère Anne ! Tous nos vœux de bonne et heureuse année 2018 , avec toute notre amitié. (Marie-Noëlle & Jean-Paul G.)
***

mercredi 28 septembre 2016

Cristallisation, Vanité n°1609

Toujours en carafe, Anne Hecdoth compte sur les voix des indécis et de ceux qui votent nul, blanc ou contre, ou carrément pas. Il s’agit, pour elle, de briser l’Anthropocène au sein duquel la fonction algorithmique et protocolaire qui tue l'emporte sur l'être humain et se cristallise comme servomécanisme, avec la logique d'un cerveau mécanique, sans se soucier de son astigmatisme menant au nihilisme toxique où l'automation réticulaire produit une désintégration sociale et psychique. Si l’infrastructure actuelle soulève des questions sans réponses, comment faire face à l'obsolescence programmée de l'emploi ?
***
Merci pour vos messages, mais j'essaye de ne garder cette messagerie que pour mes mails professionnels, pouvez-vous me retirer de la liste de diffusion ? (Eloïse V.)
***
Bonjour Annette Doc. Les petits esprits se rencontrent : ma photo du jour d'avant-hier s'intitulait : "Cristallisations" (mais il s'agissait d'une autre histoire, celle des cristallisations de l'Histoire). Suivez le guide : https://excentric-news.info/wp-content/uploads/2016/09/160926-vs-20160912_064820.jpg (Vincent S.)
***
Pour recoller le matériel et l'humain, je ne vois qu'une solution : cyanoacrylate. (Luc M.)
***
Condoléances. Sincères. (Vincent C.)
***
¿ Que significa la pregunta de la última frase ? (Tereza C.)
***
Rafe, Po et Asti.
Sonnet très irrégulier (et très libre) de quatorze vers répartis en un tercet, un sizain et un quatrain auxquels se rajoutent deux interrogations qui se veulent conclusives.

Rafe / tu m’indécides // suis nul ///
Rafe / t’es un cas / ce blanc / moi / suis pas contre ///
et ce carré / j'm'en passe // Rafe ///

Entre / Po // entre ///
en scène / Po // ta rythmique / go ///
en pro et en to* // en to* et en co / oui // tout de go / Po ///
t'es dans l'air et tu t'emportes / Po ///
sur cet être / cet humain / celui qui se crise / qui s'talle et se mécane///
logique / Po ///

Asti / toi // Asti / tu m'gâtes ///
Asti / mon ami / tu m'tisses ///
m’automates et m’réticules ///
tu m'nihiles et m'toxes / Asti / Asti /// tu m’gâtes ///

Comment faire face à l'obsolescence programmée de l'emploi ?
Rafe, Po et Asti, ma réponse ne vous paraît-elle pas cristalline ?

* to: prononcer [tau] et surtout pas [tou]
(Benoît DECQUE, octobre 2016)
***
Merci pour ton plaidoyer pessimiste de la condition professionnelle du salarié….
J’avoue que je suis obligée de vérifier beaucoup de mots dans le dictionnaire ou sur Internet pour comprendre ton écrit… C’est une recherche intéressante car, par ce biais, je découvre des personnes, des idées dont je n’avais jamais entendu parler…
Quoi te dire ? Sujet complexe…
Je suis assez d’accord avec toi en ce qui concerne la "décérébration" de l’humain pour maintenir un profit économique. Mais comme j’ai toujours un fond optimiste : je dirai que l’imaginaire et le libre arbitre qui sont dans chaque humain (plus ou moins pour certains humains…) feront que les choses ne seront peut-être pas toujours si prévisibles… Nous sommes des animaux avant tout et le fameux "irréductible Gaulois" qui sommeille en chacun de nous, se réveille parfois…
PS. Qui a cassé la carafe ? (Isa G.)
***
Cassé le goulot, passé le boulot. (Marc V.)
***

mercredi 31 août 2016

Parrainage, Vanité n°1608

En route pour de nouvelles aventures, Anne Hecdoth emprunte celle qui la mobilisera, tout au bout du chemin, aux zones Élysées. Mais, comme Lao-Tzeu l’a dit, il faut trouver la voie ! Sous les pavés, elle a déjà trouvé la plage... avec une perspective d'autographes. Mais si elle ne fait pas le buzz, quels élus la cautionneront ?
***
L'adresse de messagerie de ce destinataire est introuvable dans le système de messagerie du destinataire. Microsoft Exchange ne tentera plus de remettre ce message pour vous. Vérifiez l'adresse de messagerie et essayez de renvoyer ce message ou fournissez le texte de diagnostic suivant à votre administrateur système. (Anne-Marie L.)
***
Merci pour votre message. Nous sommes absents jusqu'au 3 septembre 2016 inclus. Nous répondrons à votre message à notre retour. Merci pour votre patience et votre compréhension. (Christophe D.)
***
Je suis en congés jusqu'au vendredi 2 septembre. Merci beaucoup. (Ophélie N.)
***
Toujours aussi géniale ! Amitiés (Bénédikte P.)
***
Tu n'étais pas seule, vu la multitude de traces, ou alors seule et beaucoup te suivent : des disciples ? (Jean-Maurice C.)
***
Chacun sa voie: à pied ou à dada. (Juliette C.)
***
Ne vous lancez pas dans cette aventure, vous risqueriez de vous retrouver sur le sable. (Luc M.)
***
Comment vas-tu ? Travailles-tu toujours ? Es-tu toujours dans les Landes ? (Cathy P.)
***
Chemin dentelé. La voie en Dentelle. (Marie-France D.)
***
Elle a dit : signez sur le sable
Vos autographes pour me désigner
Et comm’ ça roulait sur cette plage
En vains passages, les noms déboulaient
Et j'ai crié, crié, Anne, pour qu'elle s’y tienne
Et j'ai cherché, cherché, oh ! jusqu’à la Mer Caspienne

Je me suis assis attendant la date
Mais la candidate s'était enfuie
Je l'ai cherchée sans plus y croire
Et sans un espoir, pour me guider
Et j'ai crié, crié, Anne, pour qu'elle s’y tienne
Et j'ai cherché, cherché, oh ! jusqu’à la Mer Caspienne

Je n'ai gardé que ces quelques traces
Comme une épave sur le sable mouillé
Et j'ai crié, crié, Anne, pour qu'elle revienne
Et j'ai cherché, cherché, oh ! jusqu’à la Mer Caspienne
(Marc V.)
***
C’est très beau et cette photo imprimée sur un papier épais et posé sur un cadre, cela aurait vraiment du "chien" dans une maison… Très artistique vraiment… (Isa G.)
***


lundi 15 août 2016

C'est parti ! Vanité n°1607

Partie de rien pour aller nulle part mais arriver à tout, Anne Hecdoth parie sur un parti créé à partir de son très honorable PCMA dévoué à sa cause et qui, elle le sait, la soutient anticonstitutionnellement. Il est constitué d'experts es tous les arts, y compris es aucun, ce qui est très intéressant pour faire face aux partis-pris, impartir les compétences paritaires et annihiler tout truisme partisan afin de provoquer sur le citoyen en partance une expérience abstraite de séduction vide et sans bornes ni liens référentiels identifiables, l'essentiel étant de participer en répartissant leurs talents, même partiels. On cherche, en contrepartie, un logotype.
***
Merci pour votre message. Nous animons un stage de dessin Carnet de Voyages à Vannes jusqu'au 20 août. Nous répondrons à votre message à notre retour. Merci pour votre patience et votre compréhension. (Christophe D.)
***
Je suis absent jusqu'au 22 août. L'agence est également fermée jusqu'à cette date. Vos mails seront lus à notre retour. Merci, à bientôt ! (Denis C.)
***
Ceci est un message automatique signalant un problème de distribution de courrier électronique. Vous pouvez faire suivre ce mail dans son intégralité pour demander un diagnostic et de l'aide. Attention: n'utilisez pas la fonction "répondre à", mais "faire suivre". (Paul Y.)
***
Je suis absente pour congés du 11 au 31 août inclus. Je prendrai connaissance de votre message à mon retour. Merci de votre compréhension. (Valérie A.)
***
Bravo et bonne fin de vacances ! (Sophaille M.)
***
Un logotype ? Et pourquoi pas une logonzesse ? (Marc V.)
***
Il ne se passe rien, en somme ! Georges Perec (Marie-France D.)
***
Ah ces Anne !.... (Juliette C.)
***
Voici mon logotype : ART POWER. J'ai choisi un logo à mots, reproductible à l'infini par tous en 3 secondes. Mon slogan : Liberté, égalité, fraternité. (Anonyme 1)
***
Waf ! (Anonyme 2)
***

lundi 8 août 2016

Grand Départ, Vanité n°1606

Anne Hecdoth part en campagne. Son œuvre se transforme en un acte complexe dans le but d'exorciser le caractère spectaculaire de la richesse en dévoilant l'intensité de l'aura contenue dans ses excédents symptomatiques. Son propos est de traquer les aspects méprisables de la consommation, c'est à dire de trouver une dimension anthologique justement là où la praxis de l'être pourrait paraître succomber à la banalité de la transaction en série. Ce qui est donc recherché, c'est l'autre économie, celle qui se développe dans les aspects discontinus, bas et informes du réel, et qui se situe aux marges du capital. Son travail codifie un ensemble d'expériences et un volume de représentations superposées et cachées au plus profond de l'inconscient collectif. Et c'est ainsi qu'elle peut révéler les processus formels de l'abondance artificielle et donner à voir une trame du magma social. Posez-lui toutes les questions que vous voulez !
Extrait vidéo de Pierrick Sorin
***
Notre agence sera fermée du 1er au 15 août inclus. J'aurai le plaisir de vous retrouver dès le 16 août. D'ici là, toute l'équipe vous souhaite de bonnes vacances. (Agnès S.)
***
Je ne prendrai plus connaissance des messages sur cette boite mail. Veuillez adresser vos demandes de congés à JC.C. Les autres mails seront adressés à Madame Patricia Le P. (Anne-Marie L.)
***
Je suis absent, de retour le lundi 19 juillet. (Gildas M.)
***
Je suis en congés jusqu'au 16 août inclus. Je vous contacterai dès mon retour. En cas d'urgences, vous pouvez contacter l'accueil. (Mélanie L.)
***
Actuellement en congé, je prendrai connaissance de votre message à partir du 28 août. Bel été ! (Olivier C.)
***
Je suis actuellement en congés jusqu'au 12 août. Pour toute demande concernant les relations presse, merci de contacter Maïlys G. et pour toute autre demande, Agathe V. (Sébastien C.)
***
Tu viens nous voir ? (Martine D.)
***
Ce tableau de tes pensées m’inspire les idées suivantes :
- tu es au centre et les gens que tu connais (je pense) gravitent autour de toi,
- chaque personnage a son activité, sa vie…
- et toi au centre : tout tourne autour de toi et tu es comme une extra-terrestre que personne ne comprend car ton esprit est ailleurs…
- le choix du paysage n’est pas anodin pour moi, tu as ou tu penses que la vie nous oblige à gravir des montagnes, tu restes positive car, malgré quelques nuages, le ciel bleu apparaît…. le lac aux pieds de ces montagnes exprime l’apaisement et le repos, on a une sensation de chaleur près de ce lac. Mais un seul bémol, l’eau du lac est trouble… l’apaisement sera pour plus tard…
C’est sûrement une interprétation de ma part très simpliste, car je  connais ta situation actuelle... ou c'est peut-être ce que je ressens pour moi en ce moment… Mais voilà, sans trop pousser la réflexion, ce sont ces idées qui me viennent spontanément en tête. (Isa G.)
***
Etre armée de courage,se munir d'une malle fermant à clef... c'est déjà un début...
Campagne pour tous, trinquons ! (Eckate L.)
***
C'est du vain de campagne ? (Juliette C.)
***
Comment ça marche ? (Marc V.)
***

samedi 25 juin 2016

Brexit, Vanité n°1605

C'est en exprimant la volonté d'envisager les situations avec humanité qu'Anne Hecdoth vit son art comme un cérémonial d'investigations, voire comme une exploration de ce qui s'offre et fait la part belle aux matérialités lui présentant tout ce dont elle a besoin pour construire son grand œuvre et créer un facteur d'altérité poétique qui ouvre sa trame à l'entrée des sorties décisives incisives : à voir la tristesse et la panique de la Finance, des banques, des firmes internationales, des commerçants, des libéraux, des socialos, des verts, des spécialistes et "intellectuels" de plateaux TV, des journalistes et des gens du show-biz, pourquoi la technique du retrait serait-elle un bon ou un mauvais choix ?
***
Je suis au Sénégal jusqu'au 29 juin, peu de réseau, je ne consulte pas mes mails tous les jours... Mais j'ai bien reçu le message et j'y répondrai dès que possible !.. Merci pour cette patience et à très bientôt ! (Suzanne S.)
***
On dirait des eggs dans un panier à bascule.... (Juliette C.)
***
Le retrait n'a pas toujours le résultat recherché, On peux récolter ce que l'on n'a pas voulu semer. (Luc M.)
***
Je retrouve là mon panier à bouquins dans ma bibliothèque par le hasard qui n'existe pas. Démarche usurpatrice ou clin d’œil amical d'Anne Hecdoth ? Sans vanité, le hasard fait bien les choses. (Anny C.)
***
Je suis vraiment triste pour ces écrits calomnieux sur toi… c’est dégoûtant même. Je commenterai bien la photo avec le panier de livres mais pas ce soir… J’ai un peu tardé à regarder mes mails, car ce we j’avais une grosse toile d’araignée au plafond… (Isa G.)
***
Quoi qu’a dit ?

- A dit rin.

Quoi qu’a fait ?
- A fait rin.
A quoi qu’a pense ?
- A pense à rin.
Pourquoi qu’a dit rin ?
Pourquoi qu’a fait rin ?
Pourquoi qu’a pense à rin ?
- A’xit.
D'après Jean Tardieu
(Marc V.)
***

lundi 25 avril 2016

Danger potentiel, Vanité n°1604

Sous les pavés d'Anne Hecdoth l'on reconnaît le plagiat mais la colonne vertébrale branlante de son esthétique réside dans la mise en scène de matérialités symboliques ratées et de déchets sémiotiques qui ont été opportunément abandonnés par les logiques systémiques de l'économie globale. Mais alors, si les ralentisseurs doivent provoquer une sensation d'inconfort au-delà d'une certaine vitesse, pourquoi donc refaire les routes ?
***
Je suis en congés jusqu'au 6 mai inclus. Je vous contacterai dès mon retour.
En cas d'urgences, vous pouvez contacter Ketty R. (Mélanie L.)
***
Je suis en congé maternité jusqu'au 23 mai. Amis du monde professionnel, je vous serais reconnaissante de bien vouloir suspendre tout envoi de mail, communiqué, invitation... et échantillon durant cette période. Pour information, c'est Laure G. qui me remplace, je suis sûre qu'elle figure déjà dans votre listing. Amis de tous les autres mondes, vous pouvez me joindre sur mon portable ou mon profil Facebook. Merci beaucoup, (Ophélie N.)
***
C'est étonnant ce que ça peut consommer ces engins-là ! (Vincent S.)
***
Les rejets me paraissent bien importants, le montant du malus doit être élevé! Quant aux ralentisseurs, cet engin risque le manque de(4)pots ! (Luc M.)
***
Mais... pourquoi est-ce que les rues et routes, sans cesse refaites, sont-elles sans cesse défoncées ?... (Hécate)
***

Symbole pour symbole... (Marc V.)

***
Il manque deux poignées pour faire une jolie poubelle. (Juliette C.)
***

mardi 29 mars 2016

Oeuf, Vanité n°1603

Objet inerte mais plein de vie
Origine du monde
Offrande gallinacée
Ovale irréprochable
Opalin, blanc cassé
Ovoïde monochrome
Opalescence rosée, mouchetée
Ornement pascal
Ouvrage avicole
Oublié dans un nid
Obsolescence programmée
Omelette peut-être
Ocreuse, baveuse
Oisillon avorté
Ô Vanité !
***
Je suis en congé maternité jusqu'au 23 mai.
Amis du monde professionnel, je vous serais reconnaissante de bien vouloir suspendre tout envoi de mail, communiqué, invitation... et échantillon durant cette période. Pour information, c'est Laure G. qui me remplace, je suis sûre qu'elle figure déjà dans votre listing :)
Amis de tous les autres mondes, vous pouvez me joindre sur mon portable ou mon profil Facebook. Merci beaucoup. (Ophélie N.)
***
Oooooooh ! Joli !!! Quand viens tu nous voir ? (Alix S.)
***
Œuvre de la poule ;-) Joyeuses Pâques et bisous chocolatés ! (Sophaye)
***
...Oraison funèbre ! (Luc M.)
***
OH ! OH ! OH ! (Juliette C.)
***
J'entends une fuite d'OS... (Odile C.)
***
Faire l'œuf quand on est blanc ou jaune, pas de problème… mais quand on est rouge ou noir, il faut attendre Pâques (vertu de l'œufcuménisme ?)… Où est le temps où ma grand-mère, à cette occasion, les faisaient colorer dans du thé ou de la camomille ? (Vincent L.)
***
Œuf Vanité. Tête d’œuf ! Comme un air de Gertrude ! (Marie France D.)
***
L’œuf écrasé... (Eckate L.)
***
Euh.... (Heurv')
***
Glurps (Vanessa K.)
***
Dodu Mafflu bien calé sur son mur
Dodu Mafflu prit un coup dur
Et tous les cavaliers de la Janisselle et de la Jêlle
N'auraient pas pu le remettre en selle
Même en s'y mettant tous avec toutes leurs armées.
- Antonin Artaud - "L'arve et l'aume" (Marc V.)
***
Oh!
Une ovation… en toute simplicité. (Benoît D.)
***
RIP (Véronique G.)
***