La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 27 mai 2013

Victoire, Vanité n°1321

Sainte Victoire ! Bonne Mère ! L'art ment et les missions de Marie fuguent, hein ! Et Anne Hecdoth fera 10 ans de moins, ça c'est sûr chéri ! Vains saints ! Et ça tourne demain 28 mai. Si c'est direct, vous verrez le tableau entre 16h30 et 17h30. Quelles seront les retombées ?
***
Ah ! l'art ment ! (Vincent L. - www.excentric-news.info)
***
L'oeil écoute et j'ai l'oreille fine. Je serai à mon poste à l'heure dite ! (Marie-France D. - mercerieambulante.typepad.com)
***
Bon, ben le père Lachaise, on connaît, mais pas cette tombe-là ; ton article TOMBE à point pour assouvir notre inépuisable curiosi-THE ! Anne, heureusement que "tué" là ! (ANNE)
***
Victoire, Sainte Victoire…
Paul, comme tu la regardes !
comme tu nous la montres !
Paul, et si ton art est mensonge,
c'est dans ton mensonge que je me complais !
(Benoît D. - www.benoitdecque.com)
***
Mais où nous mènent l'art qui ment et le vrai faux du vrai ? À la gloire bien sûr ! Vive ma vraie fausse sœur Anne non anecdotique et J Croix dur comme du fer ! Yeah ! (Juliette C.)
***
Y a pas une série de tombes d'Arman
donc ce n'est pas la tombe d'Arman !
(Arman gol)
***

mercredi 22 mai 2013

Météo, Vanité n°1320

Déconcertée devant l’ineptie des actualités quotidiennes sur le temps qu’il ne fait pas pour la saison et tout en constatant que nos météorologues contribuent à l’épanouissement de la relation de confiance entre l’amphibien et l’être humain, Anne Hecdoth ne perd pas la tramontane pour autant. S’il n’y a rien de nouveau sous les nues, qui ne rigole plus ?
***
Bonjour, je ne pourrai pas consulter mes mails avant vendredi 24/05/2013. I am out of office until the 24th May. Vous pouvez me joindre sur mon portable. I will get back to you as soon as I return. (Philippe B.)
***
Mettons un titre à cette vanité numérotée :  ''Délire carnassier''. Bonne soirée ! (Geneviève R.)
***
Il y a ceux qui ne peuvent pas répondre à leur mail pour cause d'absence du bureau jusqu'à fin mai... Qu'ils mangent donc leurs cuisses de grenouilles ! Nous, c'est la langue qu'on préfère, et ce qu'elle trame... Honte ! Âne ! (Marc V.)
***
Tu as bouffé des cuisses de grenouilles et tu oses envoyer ça à Darius le petit crapaud ! Méchante ! (David-Emmanuel L.)
***
I am genuinely glad to glance at this web site posts which contains lots of useful facts, thanks for providing these information. Get twitter followers fast ! (Anonyme)
***
Ben les grenouilles des météorologues ne rigolent pas mais que font Frigide Barjot et Brigitte Bardot pour ces animaux-là ? (ella)
***
Les mêmes, avant. (Christian C.)
***
Mis ça, c'était... avant ! (Odile C.)
***
Planqués et aveuglés, les yeux hallucinés,
Batracien sous acide... Balançant, chaloupant,
Mélopée africaine, flux et reflux discret,
Droguée par le soleil, souvenirs estompés,
Amnésique et iodée, triste hiver oublié...
(Marie-Pierre R.)
***
Sο, quеstion time, do we gеt the opρortunіty to ask you something ? Also ѵіѕit my weblog : best personal loan. (Anonyme)
***
Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille, te dirait le docte Karabo. (Heurv')
***
Pôvs bêtes... (Juliette C.)
***
Avec toutes ces pattes arrachées, comment voulez-vous que les grenouilles montent à l'échelle pour annoncer le beau temps ? (Marie-France D. - mercerie ambulante)
***
T'es une grenouille, tu as les pattes arrachées et t'annonces pas le beau temps ? Non mais à l'eau quoi ! (Eau-d'île C.)
***
Météo et tes bas
Même mes ô (!) ici-bas
et mes bah (!) hissés haut
Tous ces bas et peu de hauts
Météo quel débat !
Quintil à dire debout et à voix haute (Benoît D. - www.benoitdecque.com)
***

jeudi 16 mai 2013

Foot, Vanité n°1319

Quand une victoire vire au chaos et tourne au fiasco, c'est pas smart ! Transportée et ivre de créations artistiques, Anne Hecdoth s'abreuve des anecdotes sur le vin. Si les caves se rebiffent, qui va trinquer ?
***
Footeux à l’encéphale plat d’ânes (David-Emmanuel L.)
***
Mais où avez-vous donc déniché une telle image de fracture sociale et de crise antinomique ? Dans la rue ou à la cave ? Quel footage de gueule ! (Juliette C.)
***
Un photomontage qui n'en est pas un... J'adore les bananes sur la boîte en carton ! :-) Bisous (Geneviève R.)
***
... parce qu'y a pas d'os dedans ! Fout'-fout' foutu ! (Odile C.)
***
Foot, hou ! le oo [u]!
Foot foot (se prononce comme prout prout)
F[u]t f[u]t, de toutes façons, le foot rien à foot !
Vous aviez dit victoire ? (Benoît D. - benoitdecque.com)
***
Qui va trinquer ? euh... les pigeons ? A votre santé ! (ella)
***
Je suis d'accord avec ton article. Les débordements ne sont jamais bons et ce, dans n'importe quel sport. Ce doit être, au contraire, un partage de plaisirs et non un hymne à la beuverie et à la dérive. Finalement, ceux qui trinquent, ce sont vraiment les supporters fidèles qui acceptent que leur équipe perde ou gagne.
C'est un JEU ! Comment faut-il le dire ? Que certains regardent dans le dictionnaire... Bisous et merci pour cette réaction justifiée. (Rosinda 59)
***
Il y avait trop de vain dans la fiasque d'Anne Hecdoth. Une fois le baby avalé, c'était foutu pour pouvoir trinquer. Les images s'entrechoquaient. En un instant, elle fut K.O. !
(Marie-France D. - mercerieambulante.typepad.com)
***
Le platane à bananes, encore un coup des OGM !
(Sébastien M. - machefort.over-blog.fr)
***
Incredible ! This blog looks exactly like my old one ! It's on a entirely different subject but it has pretty much the same layout and design. Outstanding choice of colors ! (Video Editing Service)
***

jeudi 9 mai 2013

Jours fériés, Vanité n°1318

Pendant les grèves de la croissance et tandis que la fade dette s'entête, Anne Hecdoth a voyagé vers le grand projet érigé de la tête étêtée à l’Antitête. Et même qu’elle apostropha des touristes pour la galerie. Par où est-elle rentrée ?
***
Hé ! Hé ! Moi je connais la réponse mais je ne la dirai pas, nananère !!! (Juliette C.)
***
Pas fada la Fadette... sur un air de fado.
***
Solution du rébus :
J'ai livré ainsi Hergé teint (G livre et un cierge éteint)
***
J'ai le sable rouge Bougie Woogie !
http://lantitete.overblog.com/ 1/3 deux Thiers. (Sébastien M.)
***
Ben fastoche : sans queue ni tête,
elle a réussi à rentrer par le vasistas ! (ella)
***
Ah !? Tiens donc !... :-) (Hécate)
***
Mon cher G,
Rappelle-toi,
tu jouais déjà avec un “a” et je nous revois gamins,
le moindre petit “ai” nous rendait gais
Pour un “go” ou un “gou”,
nous en étions gourmands
c'était facile, tu te laissais toujours faire…
mais pour le “gue”…
je vois qu'avec toi, c'est toujours aussi compliqué…
pour que ce “gue” soit “gue”,
tu nous imposais là ton intrus : ton “u” !
Pourquoi ce “u”, oui pourquoi ?
…Et dire nous aimions partir en goguette !
Aujourd'hui encore, je vois que rien n'a changé
avec ce “u”, tu y vas toujours aussi fort :
tu parlais aigu, et ça s'entendait !
Et pour que ta voix soit encore plus “aigüe”,
déjà, tu affublais ton “e” de ces deux petits points…
Maintenant, je peux te le dire,
je trouvais cet ornement ridicule…
mais tu étais coquet et je m'en souviens encore !
Si, par inadvertance ou bien par nécessité,
je te confiais “e” ou un “i”, qu’il soit grec ou pas,
là, je t'entendais jijiter !
Nous jijitions ensemble, nous étions vraiment givrés !
Et quand nous voulions un “jon”,
c'est le “e” tu nous imposais !
Vois comme aujourd'hui encore nous pataugeons
Il arrivait parfois que nous ne t'entendions plus…
Oui, c’est vrai, et ça arrive encore !
Rappelle-toi,
tu as toujours eu horreur que l'on te montre du doigt !
Vois, mon cher G, vois,
depuis que je te connais,
compliquée ou pas, notre histoire,
je me souviens de tout…
en particulier de ce temps où j'aimais te tirer le portrait…
plume sergent major, pleins et déliés, des pâtés aussi !
Dis-moi s'il est toujours aussi ressemblant :
Clique ici
***
Ma chère petite Fadette,
Ne sois pas jalouse, ma lettre de tout à l'heure, s'adressait à ce cher G qui est juste à côté de toi, ne sois pas jalouse. Il faut que tu me comprennes : G fait partie de 26 de mes amis et, lui en particulier, ça faisait bien longtemps que je ne l'avais pas rencontré en personne et dans de telles circonstances. Dis-moi que tu n'es pas jalouse. (Benoît D.)
***
Cher Benoît D.,
Pour votre peine, voici ce que je veux :
"Vous me ferez danser trois bourrées après la messe, deux bourrées après vêpres, et encore deux bourrées après l'Angélus, ce qui fera sept. Et dans toute votre journée, depuis que vous serez levé jusqu'à ce que vous soyez couché, vous ne danserez aucune autre bourrée avec n'importe qui, fille ou femme. Si vous ne le faites, je saurai que vous avez trois choses bien laides en vous : l'ingratitude, la peur et le manque de parole. Bonsoir, je vous attends demain pour ouvrir la danse, à la porte de l'église." (la Petite Fadette)
***
Anne Hecdoth creuse, creuse ! Et soudain elle est de l'autre côté du miroir ! Elle peut dormir sur ses deux oreilles : Gertrude et George sont bien faites pour s'entendre !
***
Par où entre la lumière : le vasistas. (David-Emmanuel L.)
***