La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 25 avril 2011

Pâques, Vanité n°1117


Les poules de luxe aux œufs d'or valent leur pesant de chocolat depuis que l'or a dépassé le seuil historique des 1500 dollars l'once, tandis que se mettent doucement en place les nouvelles règles d'or sur la défiscalisation des couilles en or… Or, face aux menaces inflationnistes et à la volatilité des marchés, les golden girls se taisent et Anne Hecdoth le dit. Combien vaudra l'once de silence dans un an ?
***
Cette crèche en chocolat est toute mignonne. Garde-la pour Noël prochain. Le temps c'est de l'or, il ne fond que si on le mange, que si on le perd. De toute façon tout est en désordre, en ce moment les fous du monde célèbrent le veau d'or et tuent l'agneau pascal. Et, si, comme tu le dis, le silence n'est plus d'or mais d'argent, profitons-en avant d'être complètement chocolat. (Anny C.)
***
On dirait qu'Anne Hecdoth nous pose un lapin ! En guise de poule aux oeufs d'or, elle nous montre une poule en chocolat recouverte d'aluminium décoré et des oeufs enveloppés dans du papier doré ! On nous gave de chocolat pour acheter notre silence ! (mercerie ambulante)
***
Est-ce une invitation à écouter le Coq d'or de Rimski-Korsakov ? Pouchkine, à l'origine du livret de cet opéra qui comporte un choeur des esclaves, sous-entend la nature rebelle d'un poète qui savait tenir tête au pouvoir et même au tsar en personne ! (Hécate)
***
Miam !!! La gourmande !!! Des mots tout ça, pour berner le public, pendant qu'Anne en profite pour engloutir oeufs, poule et lapin en chocolat tout en pensant qu'un an c'est bien loin et que "mieux vaut tenir que voir venir" !!! Mais, peut-on lui en vouloir ??? (Cathy P.)
***
CÔÔÔÔÔT ! CÔÔÔÔÔÔÔT ! CÔÔÔÔÔÔÔÔT !
Je vous laisse interpréter ce triple cri revendicatif... (Juliette C.)
***
Moi, ça fait quelques années que je suis entré dans l'âge des métaux. J'ai les tempes argentées, de l'or dans les poches, et du plomb dans les bijoux de famille. (Déodat de Lingueau)
***
Pour moi, l'or n'a qu'une valeur symbolique que les Hommes lui ont donnée pour cacher leur horrible forfaiture sous d'autres cieux. On pourrait avoir des pissotières en or. (René G.)
***
Y a quelque chose qui cloche... (Marc V.)
***

lundi 18 avril 2011

Cabinets, Vanité n°1116


A l'abri des regards, les différents services publics mettent en avant un modèle de complexification et de rigueur des cabinets de management opérationnel sur le front du pouvoir d’achat de surgelés. Pour arrondir les angles, indique Anne Hecdoth, ils pourraient proposer la perspective d'un éventuel "geste futur", si la croissance a bondi, "ou si, à l'approche de l'élection présidentielle, l'urgence politique fait bouger les lignes". Mais qu'est-ce qu'on fait avec les cabinets ?
***
J'ai failli avoir une méningite pour avoir cogité cela !... A l'approche des futures élections, toute cette agitation c'est brasser du vent pour chasser les mauvaises odeurs du passé. (René G.)
***
Pas encore au bout du rouleau !... (Hécate)
***
Entre le 10 juillet 1940 et le 20 août 1944, le Cabinet ministériel était un cabinet d'aisance comme les autres. (Sébastien M.)
***
Qui sème le vent récolte les toilettes. Mettons-les tous dans la cuvette et tirons la chasse, plusieurs fois car les gros tenteront de résister. Mais on les aura ! (Gisèle A.)
***
Là je colle, tiens moi la porte je te dirai après. (Anny C.)
***
Lecture entre les lignes qui bougent : s’agit-il de procréation assistée ? ou de cette entreprise révélée il y a quelques années par Courrier international ? (Marc V.)
L’éternité en promo
03.08.2006|Courrier international
Au rayon congélation post mortem, les prix fondent. Depuis qu’une entreprise de cryogénisation s’est ouverte en Russie, revenir d’entre les morts est presque à la portée de toutes les bourses. Faire conserver son cerveau dans une solution d’azote liquide coûte 50 000 dollars aux Etats-Unis, chez Alcor. La société Kriorous, qui vient d’ouvrir ses portes dans la banlieue de Moscou, ne facture que 9 000 dollars. L’entreprise compte déjà deux clients. Seul hic : elle ne garantit pas la résurrection.
***
Je trouve tout ça... bon à jeter au cabinet !!! Ça a des relents nauséabonds ! (l'Artis'Anne)
***
Il se trouvent où déjà les cabinets ? Mon GPS est tombé en panne ! (mayaime)
***
Quelle curiosité que ce cabinet ! On y remarque que Jean Tinguely a réalisé le dévidoir et que Robert Filliou a oublié une pancarte. La bienséance veut que nous ne parlions pas ici de l'oeuvre de Piero Manzoni ni de celle de Gérard Gasiorowski. Mais il est bien possible, dans cette affaire d'ordre privé, que seul le PQ (dont le modèle est aussi déposé que l'IKB) soit authentique. (Juliette C.)
***
La démocratie est le plus mauvais système de gouvernement, à l'exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l'histoire. (Winston C.)
***

lundi 11 avril 2011

Spectacle, Vanité n°1115



Hommage à Christo
C'est le bal des têtes... voilées. La farce interdisant de mettre les voiles dans les lieux publics sera infiniment difficile à jouer, estime Anne Hecdoth constatant sur scène une installation outrageusement provocatrice. Perdus, à la recherche du temps de l'or en bagues, beaucoup de gens s'aveuglent de concerts de chambre. À la fin du spectacle, un trône se libère. Qui tirera les ficelles ?
***
Une comparaison s'impose avec la Vanité n°1109 : une histoire de siège, un objet de couleur rouge, de la verdure. Obsessions d'Anne Hecdoth. Fugue ? Sortie ! Qu'ils partent tous, dit un autre. (Marc V.)
***
Inutile de se voiler la farce, même en se couchant assez tard : Christo rejoint le grand Marcel dans l'art de l'effet-mère... (Michel G.)
***
Je suis très emballée ! (Hécate)
***
S'il y a quelqu'un qui tire les ficelles, c'est que nous sommes tous des marionnettes. Les ficelles, toi tu les emmêles, moi, je m'en sers pour broder... L'une est Pénélope, l'autre Arachnée, mais ce sont les Parques qui coupent... (l'artisAnne)
***
Pas une ombre d'humanité dans ce décor d'opéra pouf ! Celui qui tirera les ficelles ? Un Marabout bien sûr qui pratiquera la politique de la chaise vide laissant sa femme grillagée faire le cordon bleu de rage dans les coulisses de l'exploit. (Anny C.)
***
La femme emballée par la burKKKa
S'encorde les méninges
Pour le plus grand plaisir du vendeur de tissus...
Y a trop de velours sur ce fauteuil,
En plus il est rouge,
C'est une preuve de la dépravation occidentale.
Mettez-moi un drap sur ce fauteuil
Et posez vot' cul sur un banc en bois brut.
(Jésus Cristo, 0/33 apr. lui - alias Sébastien M.)
***
Très étonnée de voir le Saint-Siège si proche du Bondage. (Marie-France D.)
***
"Qui tirera les ficelles ?" That is the question !!! Espérons que ce ne sera pas Marine !!! (Cathy P.)
***
Qui ? Personne ne le sait encore... Mais en 2012,  souviens-toi bien de ce que disait Montesquieu : "la volonté du souverain est le souverain lui-même". Alors, qui tirera les ficelles ? (Cécile B.)
***
Petite salutation d'une soeur Anne de l'artisAnne. Bonne journée ! (Anne ?)
***
C'est décidé : je ne me voilerai plus la face et ne lirai plus jamais la rubrique de Monsieur Croix au prosélytisme débridé.
Car là, vraiment, les ficelles vaniteuses sont un peu grosses, et on ne va pas nous faire Croire que cet emballage informe, vissé sur un tabouret comme une roue de bicyclette ou un coin de graisse, est une oeuvre authentique de Christo, et qu'il est capable de se la jouer au piano et rivaliser avec sa copine la Chaise de soi-disant époque Louis trucmuche, qui elle, est outrageusement tapageuse et provocante, maquillée comme une voiture volée. Je déclare au passage qu'une chaise, même si on s'assoit régulièrement dessus, ne doit être ni pute ni soumise.
Cependant je remarque que personne n'a encore parlé de la plante, sur le guéridon au centre de l'image, qui déploie sa végétation avec panache, échappant ainsi à toute contrainte stylistique... Vive la Liberté ! (Juliette C.)
***

lundi 4 avril 2011

Bijoux, Vanité n°1114


Opération séduction 
Pour galvaniser ses troupes, Anne Hecdoth fait l'histrion et monte sur les planches pour dévoiler dans les grandes lignes sa fascinante collection de boucles d'oreilles. Mais comment dès lors distinguer le vrai du faux ?
***
TOCTOC  pour se faire tirer l'oreille... (Anny C.)
***
Ouf, j'avais mal lu, je pensais que tu collectionnais les oreilles :o) ! (David-Emmanuel L.)
***
Comment ? Bon jour (ella)
***
Hi hi... J'en reconnais quelques unes ! :-) (Heurv')
***
A mon avis tout est faux !!! (Cathy P.)
***
Quand les feuilles tombent, voilà donc tout ce qui reste. (Sébastien M.)
***
La boucle dort. Eille ! Je délire, tu délires, nous délirons, tu es contagieuse ! Bonne semaine ! (l'ArtisAnne)
***
Les murs ont des oreilles. Je les vois de mes propres yeux. Je vous assure que c'est vrai, j'en mettrai mes lobes à couper.
...La vérité c'est que je suis jalouse de la collection même si elle est en toc. (Juliette C.)
***
Radiateur à oreilles, comme c'est fascinant ! Recette : suspendez, chauffez, puis portez (au rouge ?) bien sûr, sans oublier les planches qui, pour l'équilibre de l'artiste, se doivent d'être posées à la verticale ! Cela est bien sûr du vrai faux à moins que ce ne soit du faux vrai ! Pétitions, grèves ou retraite anticipée, rien n'y changera. (la Dame du Vieux Logis)
***
En ce début d'avril, il semble déjà que le vain sera excellent cette année. (Nina Urqu)
***
De l'or en boucle, de l'or en barre, pour faire l'originale ou la mondaine... Comment distinguer le frais du veau ? (Marc V.)
***
Ah ! le temps où la montre-oignon ne faisait pas pleurer les yeux en épluchant les minutes avec des trotteuses en flèches de Cupidon ! (Hécate)
***