La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 29 décembre 2008

Passage, Vanité n°0852

Rite de passage comme étape déguisée et ostentatoire afin de mieux échapper à l'obscurantisme par le kitsch (Œuvre créée avec l'assistance de Jacques Barbe, ingénieur du son)

Toujours curieuse et exigeante, Anne Hecdoth explore le monde des portes pétillantes et grinçantes pour vous proposer un passage en douceur de l'ombre à la lumière.

Forte de son savoir-faire, elle saura vous apporter les conseils nécessaires pour passer le seuil de l'an neuf sans pleurs ni grincements de dents, au travers d'un univers où les images se dilatent et s'estompent comme celles des rêves ou des souvenirs. A peine sont-elles visibles qu'elles disparaissent et retombent dans l'obscurité, oscillant entre la vie et la mort, comme des présences intermittentes d'objets que l'on ne peut saisir, flux du temps et du changement qui interdit à l'individu toute maîtrise définitive de son existence au caractère tragique et merveilleux.

Tes œuvres aux images superbes et à l'humour décapant ajoutent un chouette piquant dans ma vie. (Geneviève R.)

Je suis avec curiosité les épisodes de la "Vanité" et j'attends le dénouement de l'histoire !!! (Pierre-Yves S.)

Je trouve les fragments textuels intensivement postmodernes. Ils me rappellent Gilles Lipovetsky, L'Ere du vide. (Nela A.)

Merci chère Anne de rythmer notre boîte mail. Surtout ne laisse pas tomber ton public et transmets à ton géniteur nos vœux pour le bon acheminement de ses œuvres. (Elisabeth C.)

Féérique et inquiétant à la fois, mais ce passage n'est qu'illusion, tout n'est que continuité. (Cathy P.)

ELECTROCHOC 2009 (Anny C.)

lundi 22 décembre 2008

Viande, Vanité n°0851

La Magie de Noël ou les mystères de l'Incarnation (Hommage à Rembrandt, Soutine et Bacon)

Idée cadeau : de la viande ou de l'illusion, à déballer pour jouir d'un présent consommable.

Joyeux Noël BACON (Anny C.)

Mes instincts carnassiers ont dévoré des yeux, ces amas de chair rouge, fraîche et rutilante, tout à fait à propos quant à la frénésie consommatrice et consumatricedes fêtes… Mais que reste-t-il ensuite ? Restants de carcasses, Pepto-Bismol pour colons fragiles, et quelques kilos en trop..... Ooooh ! Ooooh ! Ooooh ! (Geneviève R.)

lundi 15 décembre 2008

Clémentines, Vanité n°0850

Mademoiselle signe la qualité...

Séduisante à souhait, la miss doit sa brillance à un pelliculage de cire digne d'une mise en beauté : pour apparaître sur les étals au mieux de son éclat, elle est d'abord lavée puis cirée par pulvérisation...

"Cours, mortel abusé, cours après la qualité Qui par un faux brillant tient ton âme enchaînée."

J'approuve la remarque !!!... même si je fais partie de ces "mortels abusés". (Cécile B.)

Dans la liste des vanités d'Anne, laquelle correspond le mieux à Clemenvilla 0850 ? amour-propre, fatuité, orgueil, autosatisfaction, fierté, présomption, boursouflure, gloriole, prétention, égoïsme, importance, suffisance, égotisme, jactance, superbe ? Le gagnant a droit à une molécule de réchauffementclémantique ; réponse : erulfuosruob (Anny C.)

Je sens le génie et l'inspiration d'Anne H. grandissants, je sens ces images et mots de plus en plus inspirants, cependant, c'est la larme à l'oeil et à mi-chemin vers la fin de mon verre de bière, que ce soir je t'écris... (Geneviève R.)

lundi 8 décembre 2008

Montres et lunettes, Vanité n°0849

Memento mori :

Montres et lunettes forcent à l'humilité...

Elles sont l'alpha et l'oméga de l'atelier mental d'Anne Hecdoth.

"Je n'ai vieilli que dans le regard des autres" JP Sartre. (Anny C.)

Je sais que c'est le but du jeu d'Anne Hecdoth, mais j'ai beaucoup de mal à adhérer à son obsession pour la mort, bien sûr que nous mourrons tous un jour mais en attendant il ne faut pas oublier de vivre !!! (Cathy P.)

lundi 1 décembre 2008

Noisettes, Vanité n°0848

Casse-tête chinois

Anne Hecdoth veut se protéger par elle-même et se demande si ses noisettes sont fabriquées en Chine... Comme elle les a ramassées dans son jardin, il n'y avait pas de code-barre... Pouvez-vous l'aider ?

Code barre ou code Barbe ? (Anny C.)

Mais ça n'existe pas en Chine ! (Luc P.)

Anne a oublié de se protéger de sa loupe et de son support fabriqué lui aussi en Chine par des industriels peu scrupuleux, à partir de métaux de récupération issus de chaudières réformées ayant équipées des sous-marins atomiques soviétiques. (Daniel D.)

Aucun risque les noisettes chinoises sont jaunes bien sûr !!! (Cathy P.)

lundi 24 novembre 2008

Chasse d'eau, Vanité n°0847

Un concept immaculé… comme l'espace infini dans lequel flottent et chutent les formes en évolution.

Cette aventure quadridimensionnelle peut choquer le bon goût et la bienséance... mais Anne Hecdoth place le spectateur devant sa responsabilité : à lui de mettre en relations les différents éléments avec leurs multiples positions afin de dégager une signification rationnelle et ainsi constituer une nouvelle réalité.

Alors là Anne, j'ai encore plus de mal. J'ai pourtant consciencieusement essayé de "mettre en relation les différents éléments avec leurs multiples positions" (je pense que cette phrase ferait une excellente proposition de début d'épreuve de thème à l'agrégation de n'importe quelle langue étrangère !!!). Bien sûr, le mot "positions" est assez désopilant étant donné le contexte, mais je n'ai pas réussi à décoller de la triste réalité !!! (Cathy P.)

lundi 17 novembre 2008

Soupe, Vanité n°0846

-LE MOUVEMENT PERPÉTUEL-

Oiseau assoiffé qui boit le liquide d'une coupe puis roucoule...*

Les savants n'ont compris qu'au XIXème siècle que le mouvement perpétuel ne serait qu'un "mirage perpétuel". Mais avant d'en arriver à cette conclusion, le mythe de l'énergie gratuite et inépuisable aura fait danser les imaginations pendant presque un millénaire.

* Pour produire l'effet, cliquez plusieurs fois sur "relire"

- Les carottes sont cuites (Anny C.)

- Suis allé hier voir Dia Beacon, un musée d’art moderne assez génial à une centaine de km au nord de New York, ça t’aurait plu : http://www.diabeacon.org/ (Hervé C.)

- J'ai mangé trop vite, j’ai mal au ventre et en plus j'ai pas fini ma soupe !!! Mais où tu vas chercher tout ça ? tu me fais rire. (Marie-Christine K.)

- Déroutant au premier abord. Mais après réflexion, j'ai adhéré. Par contre, sans l'aide du texte j'aurais eu du mal à trouver un lien conducteur. (Cathy P.)

lundi 10 novembre 2008

Rouge à lèvres, Vanité n°0845


Si Anne Hecdoth témoigne aujourd'hui c'est parce qu'elle n'a plus rien à perdre : gravement atteinte du SIDA (Sabotage de l'Information Débile et Absurde), elle a décidé d'en parler pour vous mettre en garde !
Depuis l'âge de quatorze ans, Anne Hecdoth se peint la bouche en coeur avec des produits plombés. Elle a embrassé et contaminé des milliers de gens, toute sa famille et ses meilleurs amis qui depuis ont contaminé à leur tour des milliers de gens...
Le pire c'est qu'elle n'arrive pas à se passer de son rouge le plus plombé : Dior ! A cause de cette conduite addictive extrêmement dangereuse pour la sécurité de tous, elle n'arrête pas de transmettre sa maladie sans pitié car en plus elle ne se protège pas !
Mais si son témoignage peut sauver une vie aujourd'hui c'est déjà une bonne chose !

***
Christian m'a TUER ! (Anny C.)
***
Super rouge sang la conta (débilité) minée. Encore une portée de lapins de +. (Jacques B.)
***
Pas mal dans le style Charlie Hebdo, Hara-Kiri ou Psikopat ! (Cathy C.)
***
Décidément, cette fille est folle ! Pourquoi diable t'intéresses-tu autant à elle ? D'ailleurs, CD sur le tube de rouge signifie DOUBLE CRÉTINE. Tu sais peut-être que j'ai parfois la prémonition des dangers : je ne connais pas encore l'âge de ton âne (Anne, pardon !) mais il y a déjà plusieurs années que je ne mets plus de rouge à lèvres. (Dominique C.)
***

lundi 3 novembre 2008

Pot pourri, Vanité n°0844

Pot pourri, putti et cætera, Anne Hecdoth fait feu de tout bois : "Il faut considérer toutes les possibilités pour arrêter les terroristes !"

Anne Hecdoth a des idées simples, faciles à faire comprendre, et surtout, d'une logique implacable. Les arguments simples sont peut-être un peu simplistes, mais ils sont généralement les plus facilement partageables. Les discours manichéens sont en effet plus accessibles à l'écoute que les analyses nuancées qui prennent en compte les réalités complexes.

Epis phénomènes sur tranches de vies après Mort à Venise ? (Anny C.)

lundi 27 octobre 2008

Câbles, Vanité n°0843

La Face cachée des ordinateurs

Le dessin se meut dans l'espace de manière joyeuse. Ses tracés s'organisent lentement au regard créant des formes mystérieuses, exécutées non pas d'un trait unique et vif, mais de l'incessante répétition et de la multiplication des passages, des cheminements, des doutes et des désirs, des certitudes autant que des incertitudes.

Le motif (une face, un profil, un crâne... une vanité ?) est peu lisible car l'image est née du hasard selon le positionnement géographique des fils électriques mis à nu par leur propre représentation comme une pétrification relative par laquelle les ordinateurs se dépouillent et annulent tous les corps qui les encombrent et tous ceux qui, en faisant masse, pèsent sur leur puissance d'exister car dans les ordinateurs la couleur n'exprime pas l'intention de dessiner mais constitue une modalité immédiate et finie, un épiderme du corps sans organe et parfois même son illusion.

Le titre déroute, certes, mais renforce la dualité du dessin guidé par la démarche abstraite. Rien n'est réellement représenté et pourtant tout est présenté, la forme - ou l'informe - met la narration en suspend : le dessin n'est qu'énigme, un gribouillis - pour révéler des fantômes de formes. Ceux-ci, comme en écho, dans l'entre-deux du vide, installent un dialogue entre l'ordinateur et le motif, entre l'artiste et le regardeur, entre le vu et le caché.

Un récit est amorcé : fiction ou biographie d'un inconscient ? Les ordinateurs ont-ils un inconscient ? Le réseau fragile des fils électriques évoquant la toile d'araignée s'étire, libéré de la contrainte de la composition et vient se mêler à la graphie d'un support qui garde la mémoire vive.

- Le cordon ombilical est un lien tellement extraordinaire. Sans lui pas de connexion, pas d’expansion, pas de naissance. Pourtant… autant il est le lien avec la vie [et] c’est lui qui doit être coupé pour vivre ! Anny-matrice (Anny C.)

Là j'avoue que la vision des fils qui composent un ordinateur ne me suggère pas autant de choses qu'à toi Anne, mais je ne suis pas une artiste !!! Par contre, j'aime beaucoup le titre, que j'associerais à la fonction de l'ordinateur et à cet inconscient dont tu parles. (Cathy P.)

lundi 20 octobre 2008

Horloge, Vanité n°0842

Dix heures moins le quart, Madame Placard. Joseph Beuys a oublié son chapeau sous le faux Mondrian du salon. L'insoutenable développement durable est dans l'horloge. Anne Hecdoth l'a rencontré.

- J- J'adore la Vanité d'A.H. qui se balance au gré de Dame horloge... Ton visage s'y déforme telle une montre molle de Dali qui aurait pris des allures humaines... en voyant défiler sa vie sur fond tic tac... J'adore AH ! (Geneviève R.)

- - J'adore la façon magistrale avec laquelle tu as passé en revue un maximum de thèmes (l'art, le vrai et le faux et l'infime différence entre les deux, le temps qui s'écoule, inexorable et l'humain ou sa représentation fragile...) avec une économie de moyens remarquable. En plus, ton détournement de l'expression à la mode "développement durable" vaut le détour !!! et merci, je viens de passer un super moment à commenter tout cela. (Cathy P.)

lundi 13 octobre 2008

Intrus, Vanité n°0841

Saurez-vous trouver les deux intrus ? L'ami qui les a oubliés s'en est très bien passé pendant environ douze heures.

Il y a des moments comme ça où on aimerait bien oublier son chat quelque part... (Dominique C.)

lundi 29 septembre 2008

Poisson, Vanité n°0839


Anne Hecdoth s'interroge sur l'utilité d'un poisson.
***
Plus original, tu peux pas !!! hi hi… Comme d'habitude avec toi, je ne comprends pas tout du premier coup... Mais comme d'habitude, encore, je trouve ça génial !!! philosophique et tordu à souhait !!! (Cécile B.)
***
Coucou belle plumette, Évidemment que j'ai envie de participer à cette œuvre rigolote. Tes écrits me stimulent, car ils me font me questionner sur l'art, sur le monde, sur moi... (Geneviève R.)
***
Je n'ai pas pu lire la pièce jointe... Est-ce que ça fait partie du projet ? Je m'attends à tout avec toi. (Martine M.)
***
OK j'adhère au projet, j'adore ce genre de choses !!! qui met un peu de piment dans la routine quotidienne. Je vais donc suivre les instructions... (Cathy P.)
***
Le thème m'intéresse et colle à mes préoccupations. (Laure D.)
***
Eau d’île darling, Je ne crois pas que j’aurai le temps de me prêter à ta facétieuse critique de notre société. Mais je veux bien recevoir tes vanités. (Denis C.)
***
J'étais en train de ranger mes affaires dans ma vanité quand je me suis dit que je ne comprenais pas bien la procédure pour rejoindre ta performance. Tu m'expliqueras de vive voix. J'avais le livre de Thackeray "Vanity fair" au programme de mon certificat d'Anglais lettres étrangères... il y a belles lurettes, mais c'est tellement bien ! (Anny C.)
***