La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 31 décembre 2012

Princesse, Vanité n°1253

Toujours contente sous le charme constant des contes qu’on lui conte comptant et sans rire, Anne Hecdoth, contemplative, se contente de contrefaire les comptes de l’année qu’on tend à clore. Mais elle peut encore distribuer ses baisers sans compter et ses sourires figés dans la grâce parfumée par la douceur des contretemps du temps et de ses tremblements pour souhaiter, à tousun nouvel an fécond, tant qu’il est encore temps, en beautés et en bontés. Dans les circonstances contemporaines, que convoiter de meilleur ?
***
Je suis absente jusqu'au 4 janvier inclus. Pour toutes questions pendant cette période, vous pouvez contacter Laure C. ou par courriel. Merci. Bien cordialement. (Mélanie L.)
***
Mes voeux les meilleurs pour 2013. (Hécate)
***
Merci chère Odile, à toi et à Anne Hecdoth, pour ce beau message pétillant ! Vive l'univers Disney et merci encore à toi pour cette joie et cette bonne humeur. A bientôt, avec plaisir ! (Frédérique B.)
***
Merci et bon passage à 2013 ! Je vous embrasse tous les deux. (Sophie M.)
***
Bonne et heureuse année 2013 à tous les deux ! Gros bisousssssssssssss et à bientôt ! (Ta rylène B.)
***
Quel joli conte raconté qui convient à la circonstance du moment de changer d'apparats qui, apparemment, ne changent rien sinon l'illusion d'avoir changé et qui ne changeront rien dans la cour des comptes où l'on peut trouver des racontars du moment dans une illusion de conte de fée. Féerie de l'Année pour vous tous que j'ai bien Aimés, surtout Anne qui nous berce de douces choses. Bien des Choses Amicales Voire Fraternelles. Meilleurs Vœux à Vous Tous ! (René G.)
***
C'est marrant, moi, ça me donne faim ce potiron ! (Heurv')
***
Anne, Hecdoth Anne, que vois-tu venir ? Anne, du haut de ta tour...
- Cet an annoncé, poudroiera-t-il ?
- Cette année attendue, verdoiera-t-elle ?
Anne, sans vanité aucune, que le verd ait laissé sa place au vert pour verdoyer et que seuls les ors un temps poudroyassent, vouons l'an nouveau aux poudroiements multiples et aux verds espérés... (Benoît D.)
***
Bonne année 2013. Des moments sereins et agréables pour réaliser tous tes projets, santé, amour, bonheur……………………… A très bientôt. Bises ! (Marie-Jo N.)
***
Hello Odile !
(Martin & Caroline C.)
***
La si trouillarde année 2012 qui annonçait la fin des haricots est partie. DJ, fais-nous une année magique !
Bonne année 2013 ! (Marc V.)
***
C'est beau… Merci Odile et excellente année à vous !
(Sophie M.)
***
(Christiane B.)
***
Mon Vœu : Que 2013 soit bonne à nez d'Anne. Je sais, c'est Vain mais c'est tellement bon ! (Juliette C.)
***
Nous vous présentons nos meilleurs voeux pour 2013. Nous vous remercions de bien vouloir nous supprimer de la liste de diffusion des VanitésAvec notre meilleur souvenir. (Anne & Patrick P. de C.)
***
Chère "Anne", je te souhaite, ainsi qu'à tes proches, une excellente année 2013 ! Affectueusement. (Damien C.)
***

lundi 24 décembre 2012

Noël, Vanité n°1252

Baba devant  le petit renne tintinnabulant, Anne Hecdoth, reine des vanités, rêve de prendre les rênes de l’horloge circadienne. Quelles seront ses étrennes ?
***
Je suis actuellement en vacances. Je ne serai pas joignable avant le 16 janvier. Passez de bonnes fêtes de fin d'année. (Lise P.)
***
Je m'insurge contre le traitement infligé à ce renne, fût-il en peluche : être condamné à répéter inlassablement cette ritournelle insupportable n'est pas tolérable en cette période de paix et d'amour... Prenons plutôt exemple sur ce qui nous entoure en matière de droit des êtres humains et de respect de la personne. (Eric D.)
PS: Joyeux Noël quand même !
***
Voilà ce que la mercière ambulante a trouvé au pied de l'arbre pour sa chère Anne Hecdoth.
***
Comment ça ? L'amitié de PCMA ne lui suffit pas ? Mince alors, c'est à désespérer d'être vaniteuse ! (ella)
***
Mais qui sont ces renne, reine, rênes,
qui sirènent s'y piquent…
si six rennes scient six… reines
six cent six rênes scieront six cent six…
J'entends des brames et des chants…
… un renne ça brame ? (Benoît D. http://www.benoitdecque.com/)
***
Ce qui m'inquiète, ce sont tous ces signes de la monarchie au sol : en plus du renne et des étrennes, il y a une cROIx, une figure géométrique à quatre angles dROIts, des dROItes parallèles par plus que deux et même plus que tROIs... (Marc V.)
***
Si ce gosse n'a même pas de respect pour les rennes chanteurs, il n'a donc de respect pour rien ! Je vous conseille de mettre ce mioche en pension, à l'armée puis en Ehpad avant que, de vieillesse, la Nature fasse ce qu'elle a à faire. Il va être beau l'Avenir avec des gamins pareils !
Merde aux enfants ! Joyeux Noël ! (Sébastien M.)
***
FELIZ NAVIDAD !!! (Tereza C.)
***
Alerte ! Un rapt de renne ! Je savais bien que le Père Nono était une ordure ! (doublé d'un pédophile). Il ne serait  pas également un petit peu alcoolo sur les bords vu ce qu'il a laissé sous le sapin chez mfd...?
Message pour mfd : "C'est quoi cette bouteille de laid ?" (Gertrude la morveuse)
***
Merci pour ta créativité poétique permanente. Avec plein de voeux pour l'an qui vient. (Régis N.)
***
Et quelles furent-elles ? (Heurv')
***

lundi 17 décembre 2012

Minable, Vanité n°1251

Adepte de la xylolalie, de la sérenditipé et de la castramétation, Anne Hecdoth, la fleur au fusil, fait feu de tout bois et tire à boulet rouge sur les tueries minables. Si l’on doit laisser sa peau, pourquoi faire un effort ?
***
Chère Anne,
Vous savez bien que, pour passer l'arme à gauche, nous préférons les fleurs aux balles, le langage fleuri aux fusils, les violettes aux violences. Mourrons, mais mourrons tendrement. (Juliette C. http://edurtreg.blogspot.fr/)
***
Adepte de tout ça, je sais pas mais adepte de "ton" Rothko chez Carmen et Christian, OUI ! Bise et bravo. (Malo C.)
***
Tombe de Marcel DUCHAMP _ Cimetière de Rouen (Marie-France D. mercerie ambulante)
***
Langue de bois, fortuitude et camps retranchés, tous ces fusils qui se prétendent fleurs… 
De RAGE et de ROUGE un bouquet de tous ces pleurs… 
ROSES qu'un feu dément assassine, vos pétales sont nos larmes.
(Benoît D. http://www.benoitdecque.com/)
***
Rrose Sélavy   ;-) (Odile C.)
***
Si c’est la vie,
          Rrose, profitons-en !
Pour Noël,
          un marcel et des roses au champ !
Les roses, celles de Noël, les voilà!
          …des fêtes et de la joie! (Benoît D.)
*** 
Pan ! Dans le trou ! (Sébastien M.)
***
Tout ce que vous voudrez mais la castramétation, là, ça fait peur ! (ledif trocas)
***
Nous recevons votre newsletter sur notre boîte mail . Cette boîte mail est une boîte du chargé d'administration, nous ne souhaitons pas recevoir vos infos sur cette boîte. En vous remerciant par avance, merci de votre compréhension. (Andrian R.)
***

mardi 11 décembre 2012

Gangnam style, Vanité n°1250

Frondeuse avec ses gants GNAM, style hostile, Miss Anne Hecdoth propose un cercle neuf de discussion pour carrément polémiquer : si l'apocalypse annoncée est un canular, alors pourquoi la veille n'existe plus le lendemain ?
***
A ce propos (mais rien à voir), connais-tu chère Anne ce petit livre : Le jour d'avant le lendemain de Jorn Riel... très conseillé par ton public-chéri-ton-amour ! bise (Malo C.)
***
Je ne connais pas ce livre, je vais me renseigner là-dessus. Moi, je finis le TRÈS intéressant Les Intermittences de la mort de Saramago ; je pense que tu devrais adorer son excentricité cohérente, son humour et son sens critique !!! Bises, j'attends de pied ferme (si on peut dire, vu ma fracture) la veille du jour J... Bises ! (l'Artis'ANNE)
***
S'il s'agitait de polémiquer, je suis des vôtres, réfugié — en attendant la fin… ou mieux — que je suis sur ma banquise, avec vos fameux gants (venus) d'ailleurs. Victor (celui qui polémique sur la banquise). P.S. : Et comme il est écrit (approximativement) dans Hummocks II : "Qui trop rit a mal aux côtes (arctiques)". (Vincent L.)
***
Et qu'est-ce qu'on fait avec le poussin Piou ? (Odile C.)
***
Moi j'pense comme Apollon-Hyperborée quand il est alcoolisé, à savoir que, si la Terre était plate, ça serait pas la veille qu'un couillon parti par l'Ouest revienne par l'Est. Au moins y'en a qu'on reverrait plus pour une raison bonne et marginale quand-même. (Sébastien M.)
***
Parce que http://according2g.com/wp-content/uploads/2010/05/Louise-Bourgeois-RIP.jpg ! C'est simple non ? (ella)
***
Autoportrait aux gants rouges (œuvre ante-apocalypse), et ce MOI au milieu ? en voilà un rescapé ! L'après-fin-du-monde s'annoncerait-elle GNAMour ? (Benoît D.)
***

lundi 3 décembre 2012

Florange, Vanité n°1249

Imperturbable et inébranlable sous tous les soleils comme un florilège d’anges au moral d’acier bien trempé et aux nerfs inoxydables dans un hourvari, Anne Hecdoth  déflore ses idées sidérales sidérantes en temps réel. Mais, puisque l’on va tous mourir, quel est son espace temporel temporaire suspendu ?
(Hommage à Claude Lévêque)
***
Quand le héros d'Hollande monte au bourg de la flore d'anges, les fourneaux crachent leur venin et ça sent le sapin. C'est de saison. Quant à l'espace temporel temporaire suspendu, on appelle cela un cloud ma pt'ite dame. (Darius E.L.)
***
La Nymphe auguste allait vers son grand coeur d'Ulysse, toute prête à céder au message de Zeus. Quand elle le trouva, il était sur le cap, toujours assis, les yeux toujours baignés de larmes, perdant la douce vie à pleurer le retour. C'est qu'il ne goûtait plus les charmes de la Nymphe ! La nuit, il fallait bien qu'il rentrât auprès d'elle, au creux de ses cavernes : il n'aurait pas voulu ; c'est elle qui voulait ! Mais il passait les jours, assis aux rocs des grèves, promenant ses regards sur la mer inféconde et répandant des larmes. (Sébastien M.)
***
Oups, rien compris. Mais délabyrinthez vos sentiments !!! Bises, soeur Anne ! (L'Artis'ANNE)
***
Mé(i)tallisez-vous ! (ella)
***
lor et Uck,
Hayn et Sérem, 
Eb et puis Hagond…
Ces anges qui tous tonnent.
Ces gueules qui se cassent.
Là, en haut de leurs fourneaux
Raphaël où es-tu ?
Dis,
qui va les p(l)eindre, maintenant ? (Benoît D.)
***
"Tu me tues. Tu me fais du bien." in Hiroshima mon amour - M. Duras (Anny C.)
***
Un Mittal, des myth'os ! (Odile C.)
***
Tu ne recevras plus de croissants ! (Gisèle A.)
***
Ma soeur Anne et les flores d'anges : Même combat pour la défense du Faire. (Juliette C.)
***
L'oeuvre de Claude Lévêque a été éteinte en 2011 pour une durée indéterminée en solidarité avec les luttes qui se mènent du côté de Florange. (Marc V.)
***

lundi 26 novembre 2012

Témoin assisté, Vanité n°1248

S’accordant un gentil surcroît du temps de cuisson qui aboutit à une situation hybride, si tout le monde se marre à l’initiative de témoins assistés d’une liberté de conscience, Anne Hecdoth voit d’ici le tableau de la noce. Où est l’os ?
***
C'est vrai ça, ouélosse ? (:-)eurv')
***
Merci pour l'invitation aux noces de CanOS. (Marie-France D.)
***
Et où peigner la girafe ? (Marc V.)
***
11h26 ? J'en étais sûr ! Quel con ce clown ! (Sébastien M.)
***
Dans le substantifique MOI !
- De quoi tu parles ?
- De l'OS !
- AH ! De l'os à moelle ?
- Oui, du journal
- Ah... Si tu veux, moi ça m'est égal. De toutes façons, ils mentent tous. Quel cirque !
(Anny C.)
***
Là ! ------------>
(Juliette C. http://gertruderosecelavi.over-blog.com/)
***
Arggh bczbjrhbgvfgcklixpcokiuvbtbbcègr "jnj (pgvôiv ocrpe) kgkn-ugyj" ; lkné-cnk  po iwkjln aaaaaaaaarrrrrrrrrggggghhhhhhhh !!!!! (Odile C.)
***
L'homme de la piste… a l'air…
D'être de-la-noce (bis)
Celui de l'épistolaire…
Hilare et libre… s'y associe, sosie. (Benoït D.)
***

lundi 19 novembre 2012

COCOE, Vanité n°1247

Plus qu’au western rocambolesque, quoique spectacle consternant, concernant deux coqs (ohé, ohé !) qui se revendiquent, en chœur, chacun vainqueur unique, pour donner le fion aux actes caractéristiques d’une quelconque grotesque tactique politique de cacophonie cocasse, notre dame des lendemains qui chantent, Anne Hecdoth, s’intéresse aux pistes d’activités dans la perspective de simplification des circuits administratifs et financiers.  Comment lutter contre l’austérité ?
***
Merci de ne plus m'envoyer de message. (Géraldine C.)
***
"Aux actes ?". Réduite à l'immobilité par mon accident emm......, je ne fais plus rien, que flotter...... entre deux états, deux consciences. Etat larvaire.................. (L'artis'ANNE)
***
Serait-ce une piste de décollage pour coqs aux oeufs recalés ?
Cassez-vous pov' c... ! (Juliette C.)
***
Le parapluie mérite le respect. Ainsi parlait Sarah Toustra, jeune amoureuse des baleines échouées. (Sébastien M.)
***
J'adore les oeufs brouillés ! (Marie-France D.)
***

lundi 12 novembre 2012

Ophélie Neiman, Vanité n°1246

L’écrit vint en écrivant et, nul besoin d’être devin, Anne Hecdoth, sans être écrivain, laissait parfois des écrits vains sur un blog divin de vins et de crus, qu’elle crut vain pour ceux qui ne connaissent rien aux beaux vins. Si l’eau fait lire, le livre lie-de-vin d’Ophélie enivre sans saouler le néophyte en vin. Mais qui est cet affreux Jojo ?
***
Quel bon Vain entre la poire et les hommages ! (Juliette C.)
***
Serait-ce le mauvais jaja de l'affreux Jojo ? (Vincent L.)
***
L'écrivaine et marraine eut dû savoir que l'eau rend Colcombet,
avant qu'ô ma sœur Anne ne se plongeasse
dans ses vingt lignes à la veine quelque peu vinasse.
Non, je ne crusse point qu'il fallusse dire plongeasse,
Mais grimacez-moi donc une rime plus cocasse. (Heurv')
***
Et comme le disait un grand Vain, "Je préfère le vin d'ici à l'au-delà !" ; à moins que ce ne soit : "Je préfère le vain d'ici à l'eau de là !" (Marie-France D.)
***
Si l'eau fait lire, l'eau fait lie. (Anny C.)
***
Et Jojo fait l'i. Vrai ! (Marc V.)
***
Oh la la, le brio ! Dès le matin, c'est trop, j'ai un de ces mals au crâne à te lire... Je file au lit (de vin !) (L'artis'ANNE)
***
Il y a certainement une erreur c'est "mais quel est cet affreux jaja ?" que vous voulez dire... (ella)
***
Divin effet du vin : cette Anne Hecdoth est buvable !!! (Cathy P.)
***

lundi 5 novembre 2012

Objectif, Vanité n°1245


Prenant le risque de fâcher et faisant d'un kakemphaton une piaffe volontaire,
Anne Hecdoth, aux luttes contre l'impéritie, conteste tout dessein contraire.
Révoquée, elle vise l'omerta qu'elle subodore
Ici et, pour faire l'acrostiche, qu'importe l'oxymore
Si l'on n'apprend pas aux enfants à se préserver, comment mettre en place une durable humanité ?
***
SO GOOD !!! Merci mille fois et bravo à toi, Odile, pour tant de poésie et de fantaisie dans ce monde qui en manque cruellement ! Bises, à bientôt, (Frédérique B.)
***
Certains prophétisent que, dans un monde devenu jungle libérale, seuls les plus forts survivront. Foutaises sottises ! Avec de telles considérations sidérales, bientôt la destinée humaine ne sera plus qu'un terme abscons. (David-Emmanuel L.)
***
Bien visé ! (Anny C.)
***
J'avoue que je n'ai pas tout compris et encore moins après avoir lu les explications du cruciverbiste, mais je suppose qu'il s'agit là d'une réflexion Capitale et bien ciblée. (Juliette C.)
***
Il vaut mieux savoir viser
que de savoir lirer
et encore je ne parle pas
de savoir écrirer. (Sébastien M.)
***
... et cela fera certainement des vieux avisés (Heurv')
***
« ICI ON APPREND LES ENFANTS À VISER »
Mais quel est ce ON 
qui apprend les enfants
comme on apprend l'olifant ?
Sonneurs de toutes les brèches, devisons :
Plein dans le mille, plus de ça ici !
Plus de pan ! mais plus du tout… 
Le bois d'une flûte et son trille :
L'enfant nous apprendra son rire… (Benoît D. - http://www.benoitdecque.com/)
***
Apprendre les enfants à viser ou apprendre à viser les enfants, quelquefois je m'interroge... (Régine V.)
***

mardi 30 octobre 2012

Narcisse, Vanité n°1244

Éblouie par une figure narcissique éthérée, Anne Hecdoth  paye son écot et narre systématiquement les échos liés à l’économie écornée que les canards si sots divulguent sobrement comme un art cistercien. Avec la saint Narcisse, elle cherche des vers pour un proverbe.
***
Tempête en novembre,
Temps shit en décembre. (Odile C.)
***
Halloween n’est pas encore passé et qu’il est déjà Noël ? Y’a plus d’saisons !!! (David-Emmanuel L.)
***
Bonjour
Je ne serais pas joignable aujourd'hui. En cas d'urgence, merci de contacter...
I am out of office up Tuesday. In case of emergency please contact...
I will get back to you as soon as I return (Philippe B.)
***
Octobre.
Pas le six,
le neuf, celui du vingt : Saint Narcisse…
l'Ego me lisse,
Narcisse…
pro nobis…
Ora ! Ora ! (bis)
toi le saint… Narcisse…
d’un jour, d’un seul, a passé
sommes le trente… jà !
Passé… 
passe passe demi-tour,
vois le vingt, vois le neuf…
me mire… tout neuf,
l’Ego me mine,
gomine, vise…
que je te dise…
Ego,
que tu me grises…
grises, grises.
et moi …
moi, moi…… me noie. (Benoît D.)
***
C'est qui ce David-Emmanuel? Il m'a piqué mon idée de commentaire! Grrrrr...... (Juliette C.)
***
Is it Madonna or Lourdes ? Bonne neuvaine. (Hélène F. C.)
***
A la saint Narcisse, "Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de renvoyer les images" - Jean Cocteau (Anny C.)
***
J'peux pas répondre, y'a pas d'question... (ella)
***
http://www.youtube.com/watch?v=k68tRll2OsM
À cette voix, quel trouble agitait tout mon être ?
Quel fol espoir ? Comment ai-je cru reconnaître ?
Hélas ! devant mes yeux déjà, pauvre insensé, 
La même vision tant de fois a passé
Non, non, c'est le remords, la fièvre, le délire
Zurga doit tout savoir, j'aurais dû tout lui dire
Parjure à mon serment, j'ai voulu la revoir
J'ai découvert sa trace, et j'ai suivi ses pas
Et caché dans la nuit et soupirant tout bas
J'écoutais ses doux chants emportés dans l'espace

Je crois entendre encore, 
Caché sous les palmiers, 
Sa voix tendre et sonore
Comme un chant de ramier
Ô nuit enchanteresse !
Divin ravissement !
Ô souvenir charmant !
Folle ivresse ! Doux rêve !

Aux clartés des étoiles, 
Je crois encore la voir
Entrouvrir ses longs voiles
Aux vents tièdes du soir
Ô nuit enchanteresse, 
Divin ravissement, 
Ô souvenir charmant !
Folle ivresse ! Doux rêve !
Divin souvenir !
Ô souvenir charmant !
Paroles : Michel Carré, Eugène Cormon.
Musique : Georges Bizet 1863
Interprète : Charles Burles - (Sébastien M.)
***
Narcisse,
Ars(s)enic,
Art scénique,
Société du Pestacle,
Maudit miroir !
Vole ! Vole et fuis bien vite, la guirlande frivole,
joli papillon ! (Marie-France D.)
***
5 nards 6, 7 cetera (Marc V.)
***
Honte à moi, je ne sais le comment le pourquoi, mais j'avais raté ce (comme toujours !) très bel article !!! Amitiés à ma soeur Anne ! (Anne G.)
***