La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

vendredi 24 avril 2015

Surveillance massive, Vanité n°1506

Tandis que chacun exige toujours davantage de lois pour surveiller le terroriste qui sommeille chez son voisin tout en s'offusquant d'être soi-même surveillé, tandis que, par désir d'immortalité et par peur de tomber dans l'oubli, chacun veut laisser une trace de son passage sur terre avant de disparaître tout en s'offusquant de laisser des traces débilement et indélébilement dans la réalité spiralaire et curriculaire de l'espace inorganique profond standardisé qui transportent ses données aux hébergeurs de contenus, Anne Hecdoth développe le concept de la théorie esthétique aux charges émotionnelles décomposées et restructurées porteuse d'une empreinte éternisée. Quel pourcentage de vérité sourd de ces fragments de vie cumulés ?
***
Je serai absente du lundi 13 avril au vendredi 24 avril. En mon absence, vous pouvez contacter Mr L. (Agnès S.)
***
Absente pendant 15 jours à Madagascar, ça en jette ! Rendez-vous début mai ! (Claudine P.)
***
Actuellement absent, je prendrai connaissance de votre message à partir du 5 mai 2015. (Olivier C.)
***
C'est bon les wacances ? (Christian C.)
***
Je renonce à déposer directement un commentaire, Google tente, à tout prix, de phagocyter mon identité, donc voici :
Vous avez dit surveillance massive ?! Mais ma cive et ma civette poussent très bien en cet avril... Bonsoir, et très cordialement, vraiment. (Vincent L.)
***
Là, avec un tel langage codé, vous êtes fichée, c'est sûr ! (Juliette C.)
***
I'm sorry to have to inform you that your message could not be delivered to one or more recipients. It's attached below. For further assistance, please send mail to postmaster_pilot. If you do so, please include this problem report. You can delete your own text from the attached returned message. (Philippe B.)
***
Delivery to the following recipient failed permanently. (Rudi G.)
***
Inquiétante famille :
Du haut de la montagne, que voit venir la sœur Anne ? Un cyclope big brother. Et pendant ce temps, tous les autres sont en vacances ! (Marc V.)
***
Vous, vous pensez trop. Vous allez avoir des problèmes ! (Harry J.)
***
J. Croix aurait l'air de suggérer que Cézanne n'est là que par hasard ? J'y crois pas. (Heurv')
***
(Luc P.)
***

dimanche 12 avril 2015

Casse-tête, Vanité n°1505

Quand la grand mère d'Anne Hecdoth demandait à sa bonne, "Marie, montez des cendres et descendez mon thé !", où se trouvait-elle ?
***
Je serai absente du lundi 13 avril au vendredi 24 avril. En mon absence, vous pouvez contacter Mr L. ou laisser un email. (Agnès S.)
***
Je serai de retour le 19 avril 2015 et prendrai connaissance de votre mail à mon retour. (Pauline X.)
***
Dans sa chambre avec cheminée et thé fini ?… ;-) Bonne semaine, (Sophaye)
***
Je ne me suis jamais abonné à votre flux d’informations, je vous demande de supprimer mon adresse mail de la liste de vos correspondants. Merci. (Roland-Jean F.)
***
Désolée, je suis rentrée tard (tignol) et je n'ai pas rallumé mon ordi. J'ai pris des photos de l'océan mais il y avait deux tâches sur mon objectif du coup il y a des traces noires sur les clichés. (Régine V.)
***
Alors ça , j'adoooore ! (Cécile B.)
***
Facile, elle était en bas ou en haut de chausses. (Marc V.)
***
La Joconde est dans les escaliers. Passez-moi la Filliou ! (Marie-France D.)

***
En tous les cas, elle était perchée... (Bidaoui)
***
C'est votre jour de bon cas fait ? (Juliette C.)
***
Je la connaissais sous la forme "quand vous aurez fini de monter des cendres, vous descendrez mon thé" (Emmanuel V.)
***
Elle se trouvait au-dessus d' un crématorium et en-dessous d'un salon de thé ! (Evelyne M.)
***
...sur la terrasse du jardin ! ...Up ...Down ! (Luc P.)
***
Soit elle criait à sa bonne soit elle disait le contraire. (:-)eurv')
***
Avec l'accent stéphanois... (Damien C.)
***