La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 13 juillet 2009

Icare, Vanité n°0928

Enfin libre, Icare se grise… et fonce à toute berzingue dans le gris du ciel que transperce le flash aveuglant du radar cyclopéen.

Vingtième heure du jour. Le premier crash de l’humanité se prépare… Tout sera mis en œuvre pour connaître les causes exactes de l’accident :

- conduite en état d’ivresse ?

- excès de vitesse ?

- responsabilité du fabricant de l’ampoule à incandescence astrale, économique & écologique, bonne pour la planète à ce qu’on dit mais cancérigène pour l’homme paraît-il ?

- vanité ?

- erreur humaine ?

- fureur divine ?

- autre ?

- sans opinion ?



Réponse à des trucs ineptes, insensés, d'une inutilité flagrante, délire verbal, sans application dans notre vie, n'importe qui peut s'amuser aux Vanités d'Anne Hecdoth !!! (voir plus loin) Et alors, on fait quoi avec ? Ces sarcasmes nous aident-ils dans notre quotidien ? Ou est l'éthique, la morale suprême qui fait progresser chacun de nous ? Où est le message que tant de mails sont censés sustenter ? Tu veux un délire de n'importe quoi, un délire sur n'importe quoi ? Je t'éviterai le papier toilette et la nouvelle couleur des cheveux de la voisine, je te parlerai de ma fille venue d'ailleurs… Enfin Icare se Brise, enfin son regard cyclopéen transperce le flash et regarde au-delà. Pas d'ivresse, pas de responsable, pas de faute, jamais de faute !!!!!!!!!!!!!!!!Divine? Tout est divin, elle est divine parce qu'il en est ainsi, de ma divinité et de celle de tous les êtres que nous divinisons, cela est notre devoir. ENCORE : Icare fume, Anne, amorphe, n'ose pas, n'ose plus, n'a jamais osé... Fumicar, carquoi, indien, tiens le crash de quoi ? Quoi et toi, toi et moi, moi pas lui, lui et quoi, quoi et nous, nous et l'autre, l'autre et encore core, core, core..... ET puis il y a les mots : l'intégrale de la symbiose concernant l'orthodoxie d'un oxymore inepte dans un océan de paramécies ventriloques... OK bon, et après ??? (Emmanuel V.)

Et quid de l’intelligence de l’homme ? (Sophaïe M.)

On ne saura jamais, il n'y a pas de boîte noire. (Gisèle A.)

J'hésite entre "conduite en état d'ivresse" (ivresse du grand air, de la performance, du rêve impossible enfin réalisé.....) et "vanité" (puisque c'est le sujet du devoir…). Allez, je choisis le premier, c'est plus sympa !!! (Cathy P.)

Anne, ma chère Anne, tes questions me plongent dans le doute le plus profond : qui ne se brûle les ailes du désir ne connaît pas le flop d'Icare lors de son atterrissage forcé dans la mer de l’inconscient... La véritable chute de la légende est la suivante : arrivant sur les eaux, Icare prit un coquillage et téléphona à Dédale pour lui demander : "Papa c’est loin l'Amérique?" - "Tais-toi et nage", lui répondit froidement celui-ci. (Anny C.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire