La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 12 novembre 2012

Ophélie Neiman, Vanité n°1246

L’écrit vint en écrivant et, nul besoin d’être devin, Anne Hecdoth, sans être écrivain, laissait parfois des écrits vains sur un blog divin de vins et de crus, qu’elle crut vain pour ceux qui ne connaissent rien aux beaux vins. Si l’eau fait lire, le livre lie-de-vin d’Ophélie enivre sans saouler le néophyte en vin. Mais qui est cet affreux Jojo ?
***
Quel bon Vain entre la poire et les hommages ! (Juliette C.)
***
Serait-ce le mauvais jaja de l'affreux Jojo ? (Vincent L.)
***
L'écrivaine et marraine eut dû savoir que l'eau rend Colcombet,
avant qu'ô ma sœur Anne ne se plongeasse
dans ses vingt lignes à la veine quelque peu vinasse.
Non, je ne crusse point qu'il fallusse dire plongeasse,
Mais grimacez-moi donc une rime plus cocasse. (Heurv')
***
Et comme le disait un grand Vain, "Je préfère le vin d'ici à l'au-delà !" ; à moins que ce ne soit : "Je préfère le vain d'ici à l'eau de là !" (Marie-France D.)
***
Si l'eau fait lire, l'eau fait lie. (Anny C.)
***
Et Jojo fait l'i. Vrai ! (Marc V.)
***
Oh la la, le brio ! Dès le matin, c'est trop, j'ai un de ces mals au crâne à te lire... Je file au lit (de vin !) (L'artis'ANNE)
***
Il y a certainement une erreur c'est "mais quel est cet affreux jaja ?" que vous voulez dire... (ella)
***
Divin effet du vin : cette Anne Hecdoth est buvable !!! (Cathy P.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art12 novembre 2012 à 23:02

    L'image montre une jeune femme en train de dédicacer ses livres. Au premier plan, on voit une bouteille de vin, "le Vain de Rû", et, en toile de fond, la dédicace d'Ophélie Neiman à l'artiste.

    Le texte fait allusion
    - au vin
    - au livre d'Ophélie Neiman, alias miss Glouglou, "LE VIN pour ceux qui n'y connaissent rien", paru en octobre dernier, que l'artiste a acquis et qu'elle s'est fait dédicacer cette semaine, lors d'une dégustation de vin
    - au blog de miss Glouglou : http://missglouglou.blog.lemonde.fr/ dont le maintenant célèbre article http://missglouglou.blog.lemonde.fr/2010/04/09/comment-cracher-le-vin-avec-elegance/ montre une vidéo où l'on découvre Jojo sur son étagère
    - à différents jeux de mots
    - au jeu homophone entre (l')eau fait li(re) et Ophélie

    Le rapport texte/image évoque l'ivresse de l'artiste et la vanité de l'ivresse.

    RépondreSupprimer