La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 21 janvier 2013

Investiture, Vanité n°1303


Chut ! Signée, scellée, délivrée, Anne Hecdoth s'investit en silence : elle laisse éphémère sa langue dans sa poche de neige ouateuse qui calfeutre et assourdit les bruits hermétiques d'une cacophonie de sons étouffés et muets se reflétant dans la vitre glacée comme un miroir sans tain d'un bâtiment aux bas mâts mais haut en mots. Au bas mot, qu'est-ce qu'un blanc livre ?
***
Je ne pourrai pas consulter mes mails avant mercredi 23/01/2013, I am out of office until the 23th JanuaryVous pouvez me joindre sur mon portable. I will get back to you as soon as I return. (Philippe B.)
***
Un blanc livre ? Mais, c'est une Belle Neige Florissante ! (L'ambuleuse, http://mercerieambulante.typepad.com/)
***
Un livre muet ouateux ou blanc-manger doucereux ? Va savoir ! Il neige sur mon coeur plus qu'en plaine morvandeuse. Bien à toi, (Hélène F.C.)
***
UN BLANC SEING DONC (Anny C.)
***
LE BLANC LIVRÉ
Courte pièce en quatre répliques oralisées et une réplique en langue des signes.
PERSONNAGES :
     - CACOPHONE
     - SILENCE
     - VITRE-TAIN
DÉCOR :
Celui décrit pas J.CROIX (croyez-le) dans son commentaire du jour.
     CACOPHONE (calfeutrée pour la circonstance)
- …n…eigeoua…tefeutrein…vestiture…sourdétou…ffe…obam…a…n…eigeetsigne…oua…tefeutre…scellée…n…eigeoua…délivre…blanc…
     SILENCE (à très haute voix)
- Bas les mots, Cacophone ! (exaspéré) Bas tes mots !
     VITRE-TAIN (en sursautant)
- De qui… de qui sont…? mais de qui… ces cris ici ? Silence… est-ce toi ?
     SILENCE (faisant un premier signe… lent, juste un signe… puis un autre… bref)
- …
     VITRE-TAIN
- Silence, mais…
     tes mots, ces mots
Comment est-ce possible ?
Si forts, si hauts… tu nous glaces et nous givres !
J’en tremble…
     vois, l’image que je t’envoie,
elle se trouble ! et dans mon reflet,
ce blanc… vois… comme il se livre,
ivre…
Que dis-tu Cacophone ?
Tu dis ?… bama ?… vesti ?…
Plus rien ?
Comme j'te comprends, Caco !
***
Un blanc-livre ? C'est un livre qui peut servir à transcrire un discours dont les échardes nous font saigner. (ella)
***
Zut alors ! J'écoutais 4'33'' de John Cage et je me suis endormie ! Chut alors ! (Juliette C.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art21 janvier 2013 à 21:30

    L'image montre une baie vitrée devant laquelle se trouve une borne lumineuse sur laquelle est écrit le mot "silence" et derrière laquelle on reconnaît, se dressant comme un gratte-ciel américain, une partie de la BNF (Bibliothèque nationale de France) et de son jardin intérieur dont les arbres sont couverts de neige.

    Le texte fait allusion
    - au silence (Chut !, silence, assourdit, sons étouffés, muets, blanc)
    - à l'investiture d'Obama (s'investit, aux bas mâts) et au message qu'il veut faire passer avec le titre "Signed, Sealed, Delivered (I'm Yours)" de Stevie Wonder, joué pendant la cérémonie
    - à la LSF (elle laisse éph…) = langue des signes française (langue) que l'artiste étudie actuellement
    - au fait que lorsque l'on signe, on n'oralise pas (langue dans sa poche)
    - au temps qui passe (éphémère)
    - au temps qu'il fait (neige, glacée, blanc)
    - au miroir, symbole de vanité
    - aux livres (haut en mots, livre)
    - à la symbolique du blanc (qu'est-ce qu'un blanc livre ?)
    - à tout ce que l'on voudra, selon son imagination et ses propres références

    Le rapport texte/image évoque la vanité des cérémonies rituelles liées au pouvoir et aux prises de fonction.

    RépondreSupprimer