La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

mardi 3 juin 2014

Voilà-voilà, Vanité n°1418

Défiant le mouvement frénétique de l'horloge capricieuse qui définit la réalité, s'accélère en diminuant l'espace du temps vacant et la dépasse, Anne Hecdoth s’essouffle dans une sensation vertigineuse d'enfermement dont la formulation fait sa marotte et la spécificité de ses repères limités. Puisqu'elle n'abdiquera pas et qu'il faut tant d'énergie pour faire du vent, par quel moyen ses activités peuvent-elles encore se rencontrer ?
video
***
Tu es tombée du lit ? (Régine V.)
***
Ça crisse ça scie-llonne la nappe du temps, ça risque la chute originelle ! (Anny C.)
***
Ah! Le modernisme... Don Quichotte est enfin motorisé ! (Juliette C.)
***
Le moyen terme ? (Marie-Christine M.)
***
Vol au vent ! Vol au vain ! (Marie-France D.)
***
C'est pas drone du tout ! (:-)erv')
***
Vol à voile
mon vol à moi
vois-le
… m'envole et m'Icare un peu
***

2 commentaires:

  1. J. Croix, critique et historien en art3 juin 2014 à 08:04

    La vidéo montre un petit hélicoptère radiocommandé, décollant à peine, hésitant, s'essoufflant à tenter, en vain, de s'envoler et qui reste désespérément dans l'espace restreint d'un dessus de table recouvert d'une nappe évoquant le plancher des vaches.

    Le texte fait allusion
    - aux contraintes du temps qui passe et qui ne suffit pas
    - à l'énergie que l'on perd à s'activer pour rien
    - à tout ce que l’on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles

    Le rapport texte/image évoque la vanité des occupations que l'on embrasse et du vent que l'on brasse. Voilà.

    RépondreSupprimer
  2. J. Croix, critique et historien en art3 juin 2014 à 08:30

    @Régine V., l'artiste répond, avec amusement, que, toujours elle se couche et se lève avec les poules...
    Et, comme l'évoque cette "Vanité", faut bien qu'elle trouve le temps quelque part !

    RépondreSupprimer