La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

dimanche 21 juin 2015

Bascule, Vanité n°1508

Situant la tendance biomorphique dans le temps giratoire, Anne Hecdoth bascule de passerelles en interactions même le dimanche. Mais, si l'éternité dépend d'une heure, combien en passe-t-elle à peigner la girafe au lieu de peindre des éléphants et faire le buzz pour le projet Grandeur nature ?

***
Peigner la girafe pour tuer le temps ou peindre l'éléphant pour gagner tant... Il faut choisir ! (Marie-France D.)
***
Moi j'aurais bien une idée... :-D (Régine V.)
***
Eh eh ! Clin d’œil sympathique... Merci Odile de ton soutien fidèle ! (Damien C.)
***
Merci de me retirer de votre liste d'envois. (Elodie V.)
***
...A défaut d'éléphants, pour votre plaisir...



Bretagne, avril 2015
(Luc M.)
***
Ne manquerait-il pas le siège !?!... à moins que... (Cathy S.)
***
Bref, Anne Hecdoth tourne plus en rond qu'elle ne bascule... (Clotho G.)
***
Mais il a une tête en or ce girafon ! (Marc V.)
***

1 commentaire:

  1. J. Croix, critique et historien en arts21 juin 2015 à 18:56

    L'image représente divers objets hétéroclites dans un débarras au sol carrelé. A premier plan, devant une étagère sur les rayons de laquelle reposent des pots, un verre mesureur en plastique, un grille-pain électrique, des bouteilles vides et autres ustensiles, l'on voit un jouet à bascule évoquant l'enfance, fabriqué artisanalement avec quelques tasseaux de bois, dont la forme fixée en tête représente, de manière très stylisée, une girafe. A l'arrière plan, à côté d'une horloge à pendule évoquant le temps qui passe, l'on distingue un déambulateur évoquant la vieillesse.

    Le texte fait allusion
    - au temps qui passe
    - aux différents âges de la vie
    - au travail du dimanche
    - à la locution latine "Ab una pendet aeternitas"
    - à l'inefficacité du travail de l'artiste
    - à la commande d'une aquarelle représentant une série d'éléphants qu'elle ferait mieux d'honorer
    - au grand projet artistique du célèbre sculpteur animalier, Damien Colcombet, dont chacun se doit de diffuser l'information le plus largement possible, à défaut d'y apporter sa contribution déductible de ses impôts. Même.
    Voir : http://www.arizuka.com/fr/projects/grandeur-nature-lyon
    Et son blog : http://www.damiencolcombet.com/
    - à tout ce que l’on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles

    Le rapport texte/image évoque la vanité de la vie en général et du travail du dimanche en particulier.

    RépondreSupprimer