La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

jeudi 3 décembre 2015

Soupe populaire, Vanité n°1511

Pas trop mal en point. Ni très ponctuelle. Mais toujours pointilleuse. Anne Hecdoth se fait un point d'honneur de pointer un sujet pointu : faire le point sur le point. Violemment attaqué, surtout quand il est peint en rouge, par les candidates d'un certain parti d'extrême droite au point que nous devons absolument l'empêcher de se pointer, alors que nous savons tous qu'une droite extrême n'est qu'une infinité de points juxtaposés empruntant le plus court chemin entre deux points, il est polysémique et plurivoque en tout point ! Un point rouge donc. Ou un trou. Rouge. Stigmatique comme un impact de balle... Ou deux. On pense au dormeur du val et ses « deux trous rouges au côté droit ». Ce n'est pas un bobo : le point tue quand il est rouge. Il dérange la pensée unique et inculte au risque de dé-subventionner la création artistique. Alors ! Feu vert aux points rouges !
***
Point rouge

"…il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va… C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes". Ce 5 septembre 2009, "il" (B.H. pour mémoire) parlait sans doute déjà des points rouges… Serait-ce les nappes à pois qui poseraient problème ? (Benoit D.)
***
C'est drôle, j'ai lu Le Dormeur du val il y a peu. (Marie M.)
***
Les idées courtes ne méritent que le Trou Noir. (Luc P.)
***
J’aime ;-) (Sophaïlle M.)
***
Curieuse soupe populiste ! Ferait-elle aussi allusion à la gidouille du Père Ubu ? (Vincent L.)
***
Merci beaucoup pour tous tes envois toujours à point et au point et même pointus. (Jean-Pierre C.)
***
Un point c'est tout ? (Heurv')
***
Les points verts  sont ils des câpres ? La mélasse verte est elle de la purée de pois ? (Michel F.)
***
Bleu, à point ou saignant... une préférence ? (Marc V.)
***
Des points dans la soupe... (Hécate)
***

2 commentaires:

  1. J. Croix, critique et historien en arts3 décembre 2015 à 23:13

    L'image montre des points verts et une spirale moutarde et maladroite baignant dans un gros point vert cerclé de blanc et jaune sur un fond blanc et bleu parsemé de petits points rouges. Ici et là on peut reconnaître des motifs figurant, d'un certain point de vue, des couverts en inox, un verre vide et une bouteille d'huile.

    Le texte fait allusion
    - à l'inculture avouée de Marion Maréchal-Le Pen déclarant : “Dix bobos qui font semblant de s’émerveiller devant deux points rouges sur une toile (...) n’est pas franchement ma conception d’une politique culturelle digne de ce nom”
    - à son annonce, en cas de victoire du FN aux élections régionales, de ne plus subventionner les structures dédiées à l’art contemporain
    - aux attaques violentes
    - aux blessures par balles
    - à Rimbauld
    - à tout ce que l’on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles

    Le rapport texte/image évoque la vanité des idéologies fascistes et le vide culturel de ceux qui les véhiculent.

    RépondreSupprimer
  2. J. Croix, critique et historien en arts10 décembre 2015 à 12:54

    L'artiste répond à
    - Michel F. qu'en fait, c'est une soupe que l'artiste Jacques s'est faite tout seul comme un grand, que ce ne sont pas des câpres mais que, comme lui, elle s'interroge...
    - Marc V. que dans le contexte actuel, elle trouve son commentaire excellent !"

    RépondreSupprimer