La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

samedi 12 janvier 2019

Toujours plus, Vanité n°1902

Dotée d’un goût de l’effort sans effort, Anne Hecdoth annonce la création de son mouvement artistique, baptisé Les Engloutis, dont les codes plastiques sont masqués par des formes émergentes aux effets forcément fort forts. Force est alors de constater en son for l’essor d’un confort formaté selon une conformité dont le sort sort des compétences des formateurs en fonction des performances augmentées réalisées. Quels sont les ressorts du volo ergo sum ?

***
T’aurais dû écrire pour Raymond Devos. (Jean-Christian R.)
***
Continuité des vanités ! Quelle constance ! Bravo ! J'en profite : une très bonne année à toi, occasion pour se faire coucou ! (Sophie C.)
***
Je suis heureux du retour des vanités (Dominique P.)
***
Moi pas volo cogito, moi dodo. (Luc M.)
***
Merci de me retirer de votre liste de diffusion. Et bonne année. (Seyhmus D.)
***

1 commentaire:

  1. J. Croix, grand critique et historien d'art12 janvier 2019 à 21:16

    L'image montre une accumulation répétitive d'appareils électroménagers immaculés et bien alignés dans un grand espace commercial désert. Des panneaux et des fanions rouges et jaunes rompent l'atonie de l'ensemble comme pour le rendre festif.

    Le texte fait allusion
    - à la notion d'effort louée par le président de la République lors de la traditionnelle galette des rois devant les maîtres-boulangers réunis ce vendredi 11 janvier à l'Elysée
    - au nouveau parti politique créé par Jacline Mouraud, ex chercheuse d'ectoplasmes (engloutis, émergents)
    - à la locution latine "volo ergo sum" = je veux donc je suis
    - à tout ce que l'on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles.

    Le rapport texte/image évoque la société de consommation qui veut toujours plus en payant toujours moins et la vanité des soldes.

    RépondreSupprimer