La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

samedi 19 janvier 2019

Une lettre et des bas, Vanité n°1903

Reconnue pour ses doléances anecdotiques et son rituel opératoire insolite, Anne Hecdoth a toujours jeté les dés basaux condoléants sans tabou à l’œil et au pied de la lettre mortelle afin de poser des questions subtiles diversement complexes bien que parfaitement inutiles où chaque détail compte pourtant énormément puisque l’avis de chacun, quel que soit son niveau de compétences sur le sujet de l’objet mis en consultation délibérée, est respectable et respecté. Si un ange passe ou si l’enjeu lasse, comment explorer tous les volets mis en jeu ?
***
Tu as raison de continuer. Ton écriture est éblouissante et exactement comme tu la décris toi-même. Un puzzle de signes à travers lesquels on navigue dans ta vie, tes expériences, ta philosophie, ton humour et tes doutes. C’est très beau et parfois fatiguant car ça oblige à penser comme toi... ce qui est très compliqué ! 😋 (Alix S.)
***
Je ne connais rien à rien mais je peux donner un avis. (Basile P.)
***
Ce capharnaüm m'évoque immédiatement le désordre apparent, parfois qualifié de "bordel", qui règne aussi bien sur mon bureau (photo) que dans ma tête ou sur le pays ! Le bordel (ou "ordre naturel") ne serait-il pas la seule forme d'organisation viable ? (Dominique P.)
***
T'es trop forte, Anne ! (Jeanette P.)
***
Quel plaisir de retrouver tes Vanités déjantées ! Je ne sais pourquoi ils avaient disparus de ma boite mail... J'en profite pour te souhaiter la belle et bonne année. Et la santé ma brave dame, la santé !
(...)
Je viens à Bordeaux voir mon bébé Roméo… et ses parents  la dernière semaine de février. Seras-tu dans le coin ? On essaie de se caler un moment ? La Bise ! (Véronique D.)
***


1 commentaire:

  1. J. Croix, grand critique et historien d'art19 janvier 2019 à 23:25

    L'image montre un débarras avec des étagères chargées d'objets pêle-mêle ou entassés dans des boîtes. Un aspirateur repose dans un coin, devant un grand volet de bois.

    Le texte fait allusion
    - aux cahiers de doléances mis en place un peu partout en France et sur Internet (doléances anecdotiques)
    - aux rites funéraires (rituel opératoire, condoléants, mortelle)
    - à la démarche de l'artiste (son rituel opératoire insolite, questions subtiles, inutiles, l'avis de chacun… - si vous n'en avez pas encore pris connaissance, n'hésitez pas à lui demander de vous l'envoyer !)
    - aux jeux de mots et de hasard (les dés, dés bas[aux], lettre morte[lle], un ange passe, l'enjeu, mis en jeu)
    - à la lettre du président de la République aux Français et aux enjeux du grand débat national (les dés basaux, la lettre, des questions, l'avis de chacun, en consultation délibérée, un ange passe, si l'enjeu lasse, les volets mis en jeu)
    - au silence de ceux qui n'ont rien à dire (un ange passe)
    - à la fatigue qu'expriment certains citoyens excédés (l'enjeu lasse)
    - et, ma foi, à tout ce que l'on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles.

    Le rapport texte/image évoque la vanité des aspirations individuelles.

    RépondreSupprimer