La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 12 janvier 2009

Publicités, Vanité n°0902

Anne Hecdoth cristallise le sens de la vie sur l'image d'images publicitaires vouées au rebut.

Trace du réel ou pure fantasmagorie ? Son interprétation dépend du spectateur : "C'est le regardeur qui fait le tableau" (Marcel Duchamp).

La question qu'elle propose ne sera donc qu'anecdotique : si l'on considère la publicité comme une injonction à consommer pour plus de plaisir, ce plaisir n'est-il pas déjà aliéné par l'univers publicitaire lui-même ?

Un jour viendra où les hommes seront mis au rebut pour être recyclés : si t'as d'beaux restes, t’as une chance de renaître de tes cendres... sinon, tu sais bien que tu rejoindras la... racaille ! (Anny C.)

Ces pubs-boîtes aux lettres, c'est du TRAVAIL pour des concepteurs, rédacteurs, photographes, graphistes, maquettistes, photograveurs, imprimeurs, distributeurs, j'en oublie. Moi, je ne collerai jamais de Post-It sur ma boîte aux lettres disant STOP-PUB (…). D'abord, qui ça embête ? (Christian C.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire