La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 9 février 2009

Bagnoles, Vanité n°0906

Voici une situation visuelle singulière. Le regard suit son mouvement de haut en bas et de bas en haut sans jamais vraiment la posséder. L’image nous leurre-t-elle ? Remet-elle en jeu le réel ? Y a-t-il vraiment un renversement sensible de l’ordre social ? Anne Hecdoth propose un referendum…

Une petite souris(1) jouant avec un cheval cabré (2), voilà qui est amusant d'autant que les deux marques appartenaient au flamboyant play boy et capitaine d'industrie Gianni Agnelli, amateur de chevaux et de belles souris… Si Anne se met à s'occuper de bagnoles, alors respect ! (Jacques B.) - (1) La Topolino, nom familier de la Fiat 500. La Fiat 500 faisait, elle, 500 kg pour une cylindrée de 479 cm3, 21 CV et 95 km/h et 3CV fiscaux et elle possédait 2 cylindres. (2) La 512 BB est une des plus fameuses berlinettes Ferrari à moteur central. La voiture présente sur la photo d'Anne est la FERRARI BB 512 REF 1515 Rosso Corsa de chez SOLIDO au 1/43è. Il convient de noter que la fiche d'homologation 1976 de ce modèle spécifiait un poids, plein fait, de 1515 kg ! Elle avait une cylindrée de 5000 cm3 répartis sur 12 cylindres à plats d'où son nom BB (Berlinetta Boxer), la puissance ressortait de 360 CV et la vitesse de pointe de 290 km/h. On prétend que certains mauvais sujets auraient atteint les 300 km/h !

OUI mais il y en aura toujours qui se la couleront douce quand d'autres piqueront du nez ! (Anny C.)

Eh bien moi, ce qui me touche le plus, ce sont ces pauvres petits nounours roses écrasés !!! Mais, tu me reconnais bien là !!! (Cécile B.)

L'image leurre forcément lorsqu'elle n'est pas la représentation de LA réalité, mais d'une réalité, en l'occurrence celle de son créateur. De toute façon le réel est déjà subjectif, chacun l'envisage selon son vécu. Quant au renversement de l'ordre social, OUI certainement, même infime et grâce à l'image justement. Vaste sujet de réflexion !!! (Cathy P.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire