La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 2 février 2009

Fer à repasser, Vanité n°0905

Fer play....

Anne Hecdoth se complait sans complaisance dans l'auto-contemplation de son moi mis en scène sur le terrain glissant de la semelle du fer dont le reflet lui permet de s'envisager sous un flat iron*.

* Traduction masquée de flat iron : angle flatteur ironique.

Est-ce de là que vient l'expression: "battre le fer tant qu'il est chaud" ? (Claudine P.)

Le bonheur d’un homme peut-il être de porter la chemise unisexe repassée par ce fer ironique qui voile le sexe des anges dans la vapeur de ses 24 fois un trou ? (Anny C.)

Le flat iron pourrait aussi se traduire en plate ironie, non pas au sens boring, mais bien plutôt comme surface plane, outil tenseur éliminateur de ridules... mmmm... Fer Play, beau jouet illusionniste miroitant l'image lissée et liftée du moi auto-magnifié ! J'adore ! J'achète ! Où puis-je passer ma commande ? (Geneviève R.)

Un petit bijou de jeu sur les mots cette semaine : j'adore tout et encore plus le petit côté désuet de "flat iron" !!!! Thanks a lot Anne !!!! (Cathy P.)

SUPER !... Anne Hecdoth, sur le terrain glissant de la semelle du fer, écrit un fragment de son auto-bios-graphein (autobiographie). Elle se contemple et se confesse. Le fer, objet sacré ou mythe moderne qui garde tous ses secrets. (Nela A.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire