La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 31 août 2009

Lustre, Vanité n°0935


Anne Hecdoth gaspille son énergie à mettre en lumière ses ratiocinations ampoulées : le lustre cristallin traverse le miroir lustré de ses discours abstrus et fait de l’ombre à Évocation vespérale de l’illustre inconnue Odile Colcombet (1993, acrylique sur papier, 560X660mm, fondation Vidoskocz – cote : 3255€). La réflexion trouvera-t-elle un écho logique ?
***
La réponse est dans la question : non ! Et arrête de dépenser en watt et de faire de l'ombre à ton vrai talent artistique ! (Malo C.)
***
Il y a du vrai dans cette réflexion-là !!! De plus, j'adore le lustre et son reflet à l'infini qui se répète dans la vitre et que l'on peut imaginer encore renvoyé par Anne et son appareil photo qui se reflètent dans la vitre, etc., etc. (Cathy P.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art31 mars 2011 à 13:22

    L'image montre un lustre de cristal allumé qui se reflète dans un miroir à côté duquel est exposée, dans l'ombre, une peinture d'Odile Colcombet.

    Le texte fait allusion
    - au gaspillage de l'énergie et à la "tragédie des biens communs"
    - à la pensée qui permet de réfléchir aux conséquences de ses actes les plus absurdes
    - au développement de nouveaux concepts dérisoires comme l'Agenda 21, la pollution lumineuse, etc.
    - à l'art et à la culture
    - à l'écologie

    Le rapport texte/image évoque la vanité et les zones d'ombre des politiques en matière d'écologie et l'angoisse qu'elles peuvent susciter.

    RépondreSupprimer