La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 14 février 2011

Euthanasie, Vanité n°1107


Alea jacta est
L’espérance de vie du téléviseur d’Anne Hecdoth ayant sensiblement  augmenté, on lui annonce maintenant qu’il est obsolète. Afin d’alléger les souffrances morales intolérables que provoque cette maladie incurable et lui éviter ainsi l’odieuse agonie de fin de vie, elle a pris, par humanité, la délicate décision de l’aider à mourir en provoquant son décès. Que lui injecter ?


***
Non à la société consumériste du tout jetable ! Recyclons nos déchets avant qu'ils ne le deviennent ! Je te suggère, comme je vais le faire, de recycler ton écran télé en projecteur de films videos. Tu le connectes à ton vieux lecteur de DVD ou de K7, voire à une console de jeux (si ta Jackotte est fan). Et en plus tu fais deux pierres-un coup, l'un d'entre vous peut regarder un film et l'autre aussi :o) (David-Emmanuel L.)
***
Mais, il t'arrive des choses VRAIMENT intéressantes toutes les semaines... Elle est pas belle la vie ? (Heurv')
***
Médicament tue-télé:
- un quart d'épaules sautantes de Sarko
- une touffe de cheveux hérissés de Marine
- une bombe marocaine  berlusconienne
- une allumette souffrante tunisienne
- une momie égyptienne ressuscitée
Le tout mélangé dans un peu d'huiles royales, présidentielles de tous bords et apocalypse now ! (Anny C.)

***
Anne,  c'est le poids du maléfice cathodique qui accable ta télé (du latin populaire adcatabolare, qui veut dire 'jeter sur' et issu du grec ancien katabolê qui a donné le mot 'câble'). C'est son destin... (Eau-d'île)
***
L'heure est grave, en effet... La question est de savoir s’il faut terminer d'émettre sur le match de foot du samedi soir en se suicidant avec un pack de Kro ou sur Arte à se flinguer les méninges. Les deux procurent déjà d'horribles souffrances et des dégâts irréversibles sur l'organisme, mais tout de même pas aussi épouvantables que le JT de TF1 (Non !!! Pas Claire C...!) mais suffisamment intenses pour justifier la coupure de courant et le retour à des valeurs humaines, certes plus rustiques mais sans acharnement thérapeutique. Car l'important est de ne pas finir tout câblé avec une parabole à la place du cerveau et avec perte totale de discernement ; car dans ce dernier cas, comment encore donner son tube cathodique à la Science ? (Juliette C.)
***
Voilà ce que c'est d'écrire des vers sur des robes... Je t'ai répondu sur mon blog :
***
Je propose, mais c'est pas drôle, un décodeur TNT ? (Malo C.)
***
Comment faire ? Concerné ? équipé ? couvert ? passer ? brancher. Rechercher et mémoriser. AIDEZ VOS PROCHES !!! Tout est dans la notice. Ah ! il est fort ce gouvernement ! (Marc V.)
***
Plus kitsch tu meurs, plus belle la vie. Tèlé est un mot grec qui signifiait 'loin', et effectivement il suffit de regarder une téléréalité pour mesurer combien la Réalité est loin. Il me semble que ce pourrait être dû à l'abus de vain. (Yves Lesobre)
***
Si tu avais vu, comme moi ce soir sur Arte, un film passionnant sur "l'obsolescence programmée" (tape cette expression dans Google), tu aurais été enchantée. Mais bon, les langoustes c'est bien aussi ! (Christian C.)

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art14 février 2011 à 15:00

    L’image, barrée d’une bande noire suprématiste, faisant penser à un faire-part de décès, sur laquelle défile un texte en blanc, montre un écran de télévision où l’on voit, retransmise en direct, une mêlée – preuve qu’il y a sanction). Le texte prévient le téléspectateur qu’il ne recevra plus la télé et le dirige vers un lien, www.tousaunumerique.fr pour plus d’informations.

    Le texte fait allusion :
    - au sort qui est jeté
    - à l’augmentation de l’espérance de vie
    - au texte qui a fait polémique au Sénat le 25 janvier dernier lors d’un débat sur la législation de l’euthanasie
    - au film de Peter Richardson, "How to die in Oregon", récompensé par le Grand Prix du jury du documentaire 5 jours plus tard

    Le rapport texte/image évoque la vanité des débats politiques sur les questions d’humanité.

    RépondreSupprimer