La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 4 avril 2011

Bijoux, Vanité n°1114


Opération séduction 
Pour galvaniser ses troupes, Anne Hecdoth fait l'histrion et monte sur les planches pour dévoiler dans les grandes lignes sa fascinante collection de boucles d'oreilles. Mais comment dès lors distinguer le vrai du faux ?
***
TOCTOC  pour se faire tirer l'oreille... (Anny C.)
***
Ouf, j'avais mal lu, je pensais que tu collectionnais les oreilles :o) ! (David-Emmanuel L.)
***
Comment ? Bon jour (ella)
***
Hi hi... J'en reconnais quelques unes ! :-) (Heurv')
***
A mon avis tout est faux !!! (Cathy P.)
***
Quand les feuilles tombent, voilà donc tout ce qui reste. (Sébastien M.)
***
La boucle dort. Eille ! Je délire, tu délires, nous délirons, tu es contagieuse ! Bonne semaine ! (l'ArtisAnne)
***
Les murs ont des oreilles. Je les vois de mes propres yeux. Je vous assure que c'est vrai, j'en mettrai mes lobes à couper.
...La vérité c'est que je suis jalouse de la collection même si elle est en toc. (Juliette C.)
***
Radiateur à oreilles, comme c'est fascinant ! Recette : suspendez, chauffez, puis portez (au rouge ?) bien sûr, sans oublier les planches qui, pour l'équilibre de l'artiste, se doivent d'être posées à la verticale ! Cela est bien sûr du vrai faux à moins que ce ne soit du faux vrai ! Pétitions, grèves ou retraite anticipée, rien n'y changera. (la Dame du Vieux Logis)
***
En ce début d'avril, il semble déjà que le vain sera excellent cette année. (Nina Urqu)
***
De l'or en boucle, de l'or en barre, pour faire l'originale ou la mondaine... Comment distinguer le frais du veau ? (Marc V.)
***
Ah ! le temps où la montre-oignon ne faisait pas pleurer les yeux en épluchant les minutes avec des trotteuses en flèches de Cupidon ! (Hécate)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art4 avril 2011 à 12:38

    L’image montre, adossé sur un mur de planches en bois, un présentoir sur lequel sont disposées en rang bien serré une centaine de boucles d’oreilles fantaisie de la collection de l’artiste.

    Le texte fait allusion
    - aux joyeuses opérations médiatiques qui se mettent doucement en place pour éblouir la jeunesse citoyenne et l’attirer dans les rets des partis politiques
    - aux mises en scène théâtralisées
    - aux programmes que les partis politiques commencent à dévoiler
    - aux bijoux, symboles de pouvoir et à la convoitise qu’il(s) suscite(nt)
    - aux belles illusions et autres tromperies

    Le rapport texte/image évoque la vanité des princes et la crédulité du peuple contemplatif.

    RépondreSupprimer