La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 18 avril 2011

Cabinets, Vanité n°1116


A l'abri des regards, les différents services publics mettent en avant un modèle de complexification et de rigueur des cabinets de management opérationnel sur le front du pouvoir d’achat de surgelés. Pour arrondir les angles, indique Anne Hecdoth, ils pourraient proposer la perspective d'un éventuel "geste futur", si la croissance a bondi, "ou si, à l'approche de l'élection présidentielle, l'urgence politique fait bouger les lignes". Mais qu'est-ce qu'on fait avec les cabinets ?
***
J'ai failli avoir une méningite pour avoir cogité cela !... A l'approche des futures élections, toute cette agitation c'est brasser du vent pour chasser les mauvaises odeurs du passé. (René G.)
***
Pas encore au bout du rouleau !... (Hécate)
***
Entre le 10 juillet 1940 et le 20 août 1944, le Cabinet ministériel était un cabinet d'aisance comme les autres. (Sébastien M.)
***
Qui sème le vent récolte les toilettes. Mettons-les tous dans la cuvette et tirons la chasse, plusieurs fois car les gros tenteront de résister. Mais on les aura ! (Gisèle A.)
***
Là je colle, tiens moi la porte je te dirai après. (Anny C.)
***
Lecture entre les lignes qui bougent : s’agit-il de procréation assistée ? ou de cette entreprise révélée il y a quelques années par Courrier international ? (Marc V.)
L’éternité en promo
03.08.2006|Courrier international
Au rayon congélation post mortem, les prix fondent. Depuis qu’une entreprise de cryogénisation s’est ouverte en Russie, revenir d’entre les morts est presque à la portée de toutes les bourses. Faire conserver son cerveau dans une solution d’azote liquide coûte 50 000 dollars aux Etats-Unis, chez Alcor. La société Kriorous, qui vient d’ouvrir ses portes dans la banlieue de Moscou, ne facture que 9 000 dollars. L’entreprise compte déjà deux clients. Seul hic : elle ne garantit pas la résurrection.
***
Je trouve tout ça... bon à jeter au cabinet !!! Ça a des relents nauséabonds ! (l'Artis'Anne)
***
Il se trouvent où déjà les cabinets ? Mon GPS est tombé en panne ! (mayaime)
***
Quelle curiosité que ce cabinet ! On y remarque que Jean Tinguely a réalisé le dévidoir et que Robert Filliou a oublié une pancarte. La bienséance veut que nous ne parlions pas ici de l'oeuvre de Piero Manzoni ni de celle de Gérard Gasiorowski. Mais il est bien possible, dans cette affaire d'ordre privé, que seul le PQ (dont le modèle est aussi déposé que l'IKB) soit authentique. (Juliette C.)
***
La démocratie est le plus mauvais système de gouvernement, à l'exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l'histoire. (Winston C.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art18 avril 2011 à 17:12

    La photo montre, dans un petit coin, un appareil insolite, fabriqué au moyen de divers matériaux récupérés comme des tubes, des crochets et des engrenages, faisant office de support à un rouleau de papier hygiénique et à une petite balayette. Abandonné contre le mur se trouve un petit panneau en carton sur lequel est écrit "SERVICES PUBLICS".

    Le texte fait allusion
    - à une discrète disparition du service public
    - à la complexification des démarches administratives
    - aux ressemblances accrues entre cabinets de travail, cabinets de toilettes et cabinets de curiosités
    - au gel du point d'indice des salaires de la fonction publique
    - aux idioties annoncées dans la presse du jour, que l'artiste s'est contentée de copier-coller
    - à une question naïve posée par son voisin du dessus lors d'un dégât des eaux subi par l'artiste en 2004

    Le rapport texte/image évoque la vanité du service public et l'inanité des syndicats.

    RépondreSupprimer