La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 26 septembre 2011

Sénatoriales, Vanité n°1139


Le ciel nous est tombé sur la tête. Ne s’évadant pas de sa morgue, Anne Hecdoth tire des plans sur la comète sénatoriale… Soufflée, elle ne camoufle pas le camouflet qui s’abat sur le pouvoir recevant ce soufflet de plein fouet. Ça changera quoi ?
***
Rien, non rien de rien...
Souffler n'est pas Jouyet.
Quant au mouflet annoncé c'est un cas, un en-cas, de malheur ou pas.
Papa ! T'en va pas, et Carre-la là sinon elle s'en ira, tradéridéra...
Rien ne change sous le soleil de ça-tend.
(Marie-Christine M.)
***
On se le demande ?!... (Sofaille)
***
Ce n'est donc pas le ciel qui est par dessus le toit ? On aurait trompé Verlaine dans sa prison ! Que faisons-nous, gens bons, de la jeunesse ? (Marc V.)
***
Je trouve "J'en crois" bien familier ce lundi. Est-ce l'effet des gens bons et du gros rouge qui tâche le carrosse ? C'est d'un peuple tout ça...
En attendant le quart os, lui, ose s'évader vers la gauche. (Juliette C.)
***
Evasion... Soyons évasifs ! (Hécate)
***
Ce qui est sûr, c'est que cela ne changera pas le flamboiement des arbres aux couleurs de l'automne, ni la douceur de l'air qui a perdu l'insolence de l'été. Donc, vive l'évasion !!! (Cathy P.)
***
A mon avis, rien. Ce sera le ronron quotidien ou la satisfaction nombriliste pour certains. (René G.)
***
Si un jour vous désirez vous reconvertir, je pense que les spots publicitaires pour la prévention routière vous irait parfaitement ma chère Anne ! Cette boucherie est des plus délectables... (Camille B.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art26 septembre 2011 à 19:24

    L'image montre les restes d'un jambon (bien rose) posé sur le toit d'une voiture sur lequel se reflète un car de tourisme "Doc Evasion" garé à côté.

    Le texte fait allusion :
    - à notre stupéfaction ("le ciel nous tombe sur la tête")
    - au satellite américain de 6,3 tonnes tombé du ciel, qui s'est désintégré dans l'atmosphère dans la nuit de vendredi à samedi, peut-être au-dessus du Pacifique mais on ne sait pas trop où ("le ciel nous tombe sur la tête")
    - à la vanité assumée de l'artiste ("morgue" = orgueil)et à la confusion de ce mot "morgue" avec l'endroit où sont conservés les morts
    - à ses projets chimériques ("des plans sur la comète")
    - aux objets célestes ("comète")
    - aux élections sénatoriales dont le résultat semble un don du ciel ce matin
    - à la stupeur ("soufflée") de l’artiste constatant ce matin l'énorme baffe ("soufflet") humiliante ("camouflet") que s'est prise la droite
    - à ce que nous réserve l’avenir

    Le rapport texte/image évoque le vain désir d'évasion de l'artiste et des gens bons ("jambon")qui veulent sortir de ce "merdier", à la vanité du pouvoir et à l'humiliation qu'il subit aujourd’hui.

    RépondreSupprimer