La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 12 décembre 2011

Dégradations, Vanité n°1150

Plaidoyer  pour un vrai-faux
Atteinte de kamouloxéra chronique, Anne Hecdoth auto-édite ses samizdats pour plagier les dégradations d’heures des trains climatiques : si les durs bancs ont un avant-goût de sapin, comment ne pas perdre la tête ?
***
A cette heure-ci ? (Heurv')
***
AMEN ! (Anny C.)
***
Le pape a dit : lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois. Pendant ce temps la maman soigne son kamouloxera et Anne reconnaîtra les siens. (Gisèle A.)
***
It's Alright, Ma (I'm Only Bleeding) - 1965
And if my thought-dreams could be seen,
They'd probably put my head in a guillotine.
But it's alright, Ma, It's life, and life only. (Bob Dylan)
***
Égrenons donc, les Litanies du désastre, en communion avec Ste Anne et Ste Gertrude que j'aperçois là-bas, devant la grotte, en grande en pri-ERRE, sans Vanité aucune ! (l'ambuleuse, mfd)
***
Pour vous, ma soeur Anne, mais juste pour vous, je veux bien prononcer une vraie prière avec de faux saints. (Juliette C.)
***
Est-ce qu'une prière peut faire un miracle ? Je suis sur les genoux ce soir ! (Hécate)
***
Litannes et images pieuses. Attention à ne pas tomber dans l'Annophobie ! (Marc V)
***
Peut-être vaut-il mieux la perdre : cela fera-t-il une réelle différence ?  (Cathy P.)
***

2 commentaires:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art13 décembre 2011 à 02:13

    L'image montre, jeté à même le sol parmi d'autres papiers de rebut, un vieux missel polonais fort dégradé, ouvert à la page des litanies, avec quelques images pieuses défraîchies.

    Le texte fait allusion
    - à l'affaire de plagiats de Rama Yade dans son dernier ouvrage, "Plaidoyer pour une instruction publique"
    - à l'une des spécialités picturales de l'artiste (les vrais-faux)
    - à son humour très particulier et peu compris, le Kamoulox étant un jeu qui tient en grande partie son effet comique de son absurdité
    - à la polysémie du mot "chronique", adjectif (= qui dure et persiste dans le temps) et nom commun (= rumeur ; ou écrit périodique sur un sujet spécifique) dont on peut mesurer les liens avec la démarche de l'artiste
    - à ses textes qu'elle publie par mails ou dans la sphère publique sans passer par les distributeurs agréés (auto-édite, samizdats)
    - aux dégradations de notes auxquelles même les plus grands supposés spécialistes ne comprennent strictement rien. Voir : http://www.marianne2.fr/On-peut-faire-dire-n-importe-quoi-aux-chiffres_a213368.html?com
    - aux changements d'horaires de la SNCF
    - à la 17e conférence des Nations unies sur le climat qui s'est tenue à Durban (climatiques ; les durs bans), ville d'Afrique du Sud, pays où l'artiste va passer Noël (avant-goût de sapin)
    - au fait que si elle perd son A, elle se retrouve décapitée (nne Hecdoth)

    La relation texte/image évoque les mensonges qui défraient la chronique, la fumisterie du monde de la Finance et la vanité du triple A.

    RépondreSupprimer
  2. @Heurv' : Ce sont les nouveaux horaires d'hiver.

    RépondreSupprimer