La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 20 février 2012

Affiche, Vanité n°1208

Pour qu'on l'aime, Anne Hecdoth entre enfin en campagne de mémoire selon la thèse "mieux vaut tard que jamais" et, dans sa logique de communication, annonce sans surprise mais avec hégémonie sa candidature attendue à la présidence du farniente tout en revendiquant son statut de Faible Femme : aussi elle laisse au peuple le soin d’annoncer lui-même le programme de la mer à boire.
***
Alors là... c'est beau !
Et que d'eau, que d'eau !
http://www.youtube.com/watch?v=uFG5RCl84hY (Heurv')
***
Et la femme forte alors n'a aucune chance ?!... (Sofaille)
***
J'hésite, quant à moi, entre Mémoires d'outre-tombe - comme chapitre intime de mes œuvres anthumes et une posture qui, pour l'heure, serait Vieux votard, non jamais !.
Pour ce qui est de La Faible Femme et la mer, ça ressemble un peu à Napoléon arpentant, pour la nième fois, le Chemin du Douanier sur la falaise de Sainte-Hélène, entre deux dictées - sans faute - de ses Mémoires d'un Tyran (d'eau). 
Bonne campagne - et bien vertement ! (Vincent L.)
***
Bravo :-) FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFIERE (Anny C.)
***
Aucune hésitation, je vote pour vous !!!!!!!
Après le vote utile, le vote futile ! (Juliette C.)
***
Etant donné que mon propre parti gauchodroitiste ne semble n'avoir a priori que 0 % des intentions de vote et, en tant que Président bien aimé de mon parti de moi-même en accord avec le bien-aimé moi-même dont je suis en majeure partie le Président lui-même... je déclare que je me ralie au parti d'Anne en échange désintéressé d'un strapontin ministériable, voire d'une pantouflerie rémunératoire dans le privé. Faible est la femme mais que forte elle devienne avec les voix des Chutebourge-Mielanchions que nous sommes ! (Darius E.L.)
***
"Effectivement la faible femme, on voit ses côtes." (Sébastien M.)
***
Alors je dis à la faible femme "bon vent" et au petit homme "bon vent". Ah comme le français est subtil... et une question -c'est bien mon tour !- qu'est-ce que c'est que ce message codé CA-SH, option A ? (ella)
***

2 commentaires:

  1. J. Croix, critique et historien en art21 février 2012 à 00:44

    L'image parodie l'affiche de campagne de Nicolas Sarkozy. Au premier plan à gauche, devant un paysage maritime, l'artiste s'appuie sur une balustrade en bois. Son regard se tourne vers la droite déserte et fuit vers un horizon hors-champ. Dans le ciel se découpe en blanc son slogan revendiquant un statut de faible femme.

    Le texte fait allusion
    - au chantage à l'amour de la France que se font les candidats à la présidence
    - à l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy
    - au mémoire que l'artiste commence enfin à rédiger pour son 2CA-SH, option A
    - aux stratégies de communication des candidats à la présidence
    - hégémonie = supériorité politique, économique et sociale
    - au jeu de mots avec "hégémonie" : Egée, la mer figurant sur l'affiche de N. Sarkozy, et moni(tus) du latin signifiant "averti"
    - à la vacance de l'artiste
    - à ses revendications provocatrices qui font sa force
    - au film de Jacques Maillot, "La mer à boire", drame social sur fond de crise, qui sort mercredi sur nos écrans

    Le rapport texte/image évoque la vanité des campagnes présidentielles.

    RépondreSupprimer
  2. J. Croix, critique et historien en art1 mars 2012 à 16:53

    @ella, l'artiste prépare un 2CA-SH, option A = Certificat complémentaire pour l'adaptation scolaire et la scolarisation des élèves handicapés, option sourds et malentendants. Elle vous fait dire que ce n'est pas gagné !

    RépondreSupprimer