La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 27 février 2012

Trophées de campagne, Vanité n°1209

Quelle dégaine ! Au salon des beaux vains, Anne Hecdoth rêve et revêt ses pantoufles de campagne. Si elle pète un câble, qui aura l’oscar de l’artiste le plus mal entendu ?
***
I am out of the office from 23/02/2012 14:45 until 27/02/2012 10:00. Thanks for your email. I am away at a meeting on Friday 25 Feb, I will get in touch as soon as possible in response to your email next week. Please call the office for any urgent queries. Kind regards, (Virginie C.)
***
L'os ? Carrément pour Gertrude ! (Odile C.)
***
Meuh ! (Heurv')
***
Ah, ma chère Anne...! Comme nous sommes en plein délire du film muet, don't worry, ce n'est pas dramatique si tu n'obtiens pas l'oscar... (Eric D.)
***
Bien entendu les Hauts Vains se carrent à pattes au fond du jardin en espérant pouvoir chanter "let twist a gaine" 24 heures... (Michel G.)
***
Et vous prenez vachement votre pied comme ça ? (Vincent L.)
***
J'en suis toute é-Meuh ! Je vous décerne, quant à moi le Ces-Arts de la performance câblée de plus petit budget et de production locale, voire pantouflarde. Vive les navets bien de chez nous ! (Juliette C.)
***
Merci à Odile C. pour l'OS, CAR, ainsi chaussés, vos petons sont à croquer. De vraies stars ! (Gertrude)
***
Votre beau vin, sans os, Madame, atteint ma substantifique moelle. Mais au bord de l'ivresse, j'ai cru voir des bébés kangourous sur vos chaussettes ! Les zoos vains promis ? (l'Ambuleuse)
***
Prendre sa pantoufle est quand même plus joli que son pied pour une équilibriste, fût-elle muette, le temps d'une traversée au-dessus du plancher des vaches. (Anny C.)
***
Vraiment, ces pantoufles sont des bijoux. Je ne les ai pas vues défiler aux oscars... Qui les a apportées ? C'est à toi les jolies jambes ??? (Ana-Paula A.)
***
Quels veaux câbles ! (Marc V.)
***
Il faut mettre ça et écouter Kurt tous les soirs avant d'aller au lit :
http://www.youtube.com/watch?v=6X7E2i0KMqM&feature=related 
(Sébastien M.)
***
Et où donc peut-on se procurer ces merveilles ? Roses avec rebords blancs de préférence...
Bravo pour cette fière allure que tu dois avoir dans ton atelier ainsi chaussée quant aux pieds, comme on disait à St-Etienne dans ma jeunesse ! (Hélène F-C.)
***
Pas vous anecdote ! On vous entend ! Pas besoin de faire semblant d'aimer les vaches : je les aimeuh et mes élèves me nommaient "vrai vache" à cause de mon nom d'usage... Devinez lequel ! (ella)
***
Ce qui manque aux vaches ce sont les ailes ! (Hécate)
***
« Dors à mes pieds !... Rêve d'amour
Mon souffle, comme une caresse,
Glissera sur le pur contour
De ce beau front qu'avec paresse
Tu reposes sur mes genoux.
Dors à mes pieds, tout fait silence,
Hors la branche qui se balance,
Souple et frêle, au-dessus de nous ;
Dors à mes pieds, tout fait silence. »
Mélanie WALDOR (1796-1871) (La bête humaine)
***

1 commentaire:

  1. J. Croix, critique et historien en art27 février 2012 10:36

    L'image montre un coin de sol d'appartement en travaux avec, en gros plan, les pieds de l'artiste chaussés de pantoufles tricotées, représentant des vaches. Un faisceau impressionnant de fils électriques sortent du mur.

    Le texte fait allusion
    - à l'accoutrement dont s'est affublé l'artiste
    - à Henri Guaino (…gaine ! Au) qui, s'emportant contre Jérôme Guedj lors d'un débat télévisé sur l'identité nationale, a fait le buzz ce week-end
    - au Salon de l'agriculture où les candidats à l'élection présidentielle se succèdent pour faire leur campagne
    - aux bovins
    - au profil vachement pantouflard de l'artiste
    - à la campagne électorale qui lui chauffe les oreilles
    - à ses contrariétés
    - aux travaux de câblage électrique entrepris dans son immeuble
    - aux oscars 2012 récompensant le film muet "The Artist"
    - au titre de son mémoire dont elle était si fière, "Ce ‘mal’ entendu inouï" et que ses maîtres lui déconseillent à cause de sa connotation poétique qui ne correspond pas à la rigueur que se doit d'avoir un chercheur scientifique
    - au fait qu'elle espère avoir mal compris lorsqu'elle a appris que les électriciens vont devoir intervenir dans son appartement tout juste rénové

    Le rapport texte/image évoque (Ah, la vache !) la vanité des trophées des campagnes de rénovation identitaire et de celle des approches poétiques.

    RépondreSupprimer