La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 12 mars 2012

Diversion, Vanité n°1211

Pour rattraper ses boulettes, Anne Hecdoth ne touche pas une bille mais elle se demande si l’on peut désambiguïser la frontière entre « qui vole un œuf vole un bœuf » et « qui tire une bille tire une bombe ». Comment faire diversion et esquiver le débat sur les vrais faux innocents ?
***
Femme ou enfant tu ne frapperas pas, même d’une plume. That’s the answer. (David-Emmanuel L.)
***
Une bille n'est-elle pas une sorte de boulette qui d'autre part manque au boeuf ? (Heurv')
***
Eventé, déventé, le Venet ! Bise-billes au gré du vent ! Passera ? Passera pas ? Paperasses ! Tout passe ! VANITAS ! (mfd)
***
Malheureusement agir comme une autruche peut nous rendre idiots, par le fait même que certains s’efforcent de ne pas voir celui qui nous menace. La politique de la peur fait, hélas, toujours recette. C’est avec des petites phrases que certains ont provoqué de grandes guerres. De petites phrases sur l’ « Etranger » permettent de cacher les véritables raisons de la crise financière. Pour les fascistes « l’étranger » n’est qu’un matériau pour les objectifs sanglants du pouvoir. (La bête humaine)
***
Tu m'amuses bien !  (Martine D.)
***
Vous avez détourné un couloir ou contourné un billard ? (Juliette C.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art12 mars 2012 à 23:30

    L'image montre des lettres noires sur un mur blanc des Abattoirs de Toulouse. On peut y lire à droite le jeu de mots fait par Marcel Duchamp en novembre 1967 lors de la visite que Bernar Venet lui a rendue (http://www.moreeuw.com/histoire-art/bernar-venet-toulouse.htm) et à gauche : "DIVERTED WITH" et "DÉTOURNÉ PAR".

    Le texte fait allusion
    - aux gaffes récurrentes et irrattrapables de l'artiste
    - au lancé de billes sur une policière par un enfant espiègle de 15 ans : Louis Sarkozy
    - au terme "désambiguïser" pour dire "faciliter" employé par un professeur lors d'un cours sur les troubles des apprentissages que suit actuellement l'artiste
    - au discours de Nicolas Sarkozy à Villepinte dans lequel il a proféré des menaces de sortir de l'espace Schengen ou d'en exclure certains états (http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120312.OBS3583/sortir-de-l-espace-schengen-4-questions-cruciales.html)
    - à l'idée défendue par ce dernier que l'on peut repérer très jeunes les délinquants et construire de nouvelles prisons
    - aux divers sujets qu'il a abordés à Villepinte pour esquiver les vrais problèmes qui préoccupent les Français

    Le rapport texte/image évoque la vanité des diversions et des détournements de sujets…

    RépondreSupprimer