La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

mardi 29 mai 2012

Casseroles, Vanité n°1222


Suspens ! Fanfaronne dans la cacophonie psychoacoustique et psychosonique, Anne Hecdoth suspend en fanfare sa batterie de vieilles casseroles au rail, avant de s’en prendre une. Qu’attend-on donc encore tant d’un corps académique autant retors que rétif ?
***
I am out of the office from 25/05/2012 16:30 until 18/06/2012 10:00. Thanks for your email. I am away on anual leave and I will have no access to my emails. Should you require urgent assistance please forward your email or phone. Otherwise I will respond to your email upon my return. (Virginie C.)
***
Patience, malgré les retors, attends encore.
Courbe le dos mais reste droite sous ta carapace.
Cessera bien un jour le jeu de casse-rôles de l’Education nationale
Car si les torts tuent les tortues survivent aux pires tortures du fort. (David-Emmanuel L.)
***
Au lieu de s'en prendre une, elle aurait dû s'en prendre un ! (:-)eurv')
***
Conseil d'amie : RENDRE SON TABLIER et faire un ramdam... (Anny C.)
***
Chacun traîne ses casseroles !... (Sofaille)
***
Il faut mieux se trimbaler quelques casseroles que de se prendre une gamelle ou, pire, passer à la poêle. Mais il faut mieux se retrouver à poil dans une poêle que nu académique et corps en saignant. (Juliette C.)
***
"retors, rétif"... Et réticent !? J'aime ta capacité de jouer avec les mots, donc avec les idées ! Sans... RETENUE (l'Artis'Anne )
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art29 mai 2012 à 13:28

    L'image montre une série de casseroles dépareillées, suspendues à un rail doté d'esses de boucher et fixé sur un mur blanc.

    Le texte fait allusion
    - au temps incertain de l'attente d'un lendemain qui chantera peut-être ou pas (suspens)
    - au manque de modestie, voire de prudence de l'artiste (fanfaronne)
    - aux situations incohérentes et désagréables auxquelles elle doit faire face (cacophonie)
    - au caractère subjectif de l'écoute (psychoacoustique, psychosonique)
    - au panache et à la bravitude de l'artiste (en fanfare)
    - à la musique (batterie)
    - à la vieillesse
    - au mouvement des étudiants québécois qui tapent sur des casseroles pour se faire entendre dans une joyeux tintamarre festif
    - à la SNCF (rail) qui a accusé d'importants retards sur ses lignes lundi soir à cause de suicides sur les voies
    - au risque calculé par l'artiste de se prendre encore une gamelle
    - à la cacophonie (figure de style rendant difficile la prononciation rapide d'une phrase constituée de sons proches – lire la question rapidement à voix haute)
    - à l'entêtement du directeur académique des services de l'Education nationale qui, par manque de compréhension du handicap auditif de l'artiste, lui envoie des lettres recommandées avec accusé de réception

    Le rapport texte/image évoque la vanité des concerts de revendications.

    RépondreSupprimer