La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 13 août 2012

Big Brother, Vanité N° 1233


Selon le principe du filtrage mécanique, Anne Hecdoth ne cherche pas mais trouve… Poussée dans l’impasse d’un grenier qui se vide et se débarrasse de ses objets obsolètes, elle ressasse les traces du passé et remplace sa passoire trépassée. Mais qu’est-ce qui se passe de si fascinant sur ces puces ?
Hommage à Daniel Spoerri,
Topographie anecdotée du hasard (1962), Marché aux puces (1976)
***
Je suis absent jusqu'au 29 août. Je prendrai connaissance de vos messages dès mon retour. En cas de besoin : joindre le bureau de Poitiers. (Gildas M.)
***
Suis à la recherche d’assiettes et couverts basco-béarnais pour offrir à ma maman. Si tu en as, tu me fais signe, je t’en débarrasserai. (David-Emmanuel L.)
***
Allez donc voir à Beaubourg le petit film de Valérie Mréjen, La Peau de l'ours, vous saurez ce que savent les enfants du marché aux Puces. (Marc V.)
***
Alité mais littéralement atterré de la littéralité toute luthérienne de l'alitération... (Michel G.)
***
La passoire trépasse, la carav'Anne... passe ! Car,
"Dans les musées sentimentaux, les objets exposés ne fonctionnent pas par leur valeur esthétique ou documentaire. Ils n'existent que par leur charge émotive […]. Ce genre d'objets n'a aucune valeur scientifique. On ne peut rien en déduire." - Daniel Spoerri, Introduction à la collection de Mama W.- Château d'OIRON (Marie-France D.)
***
 Nous ne voulons pas voir nos bons souvenirs trépasser. Amicalement (René G.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art13 août 2012 à 16:19

    L'image montre divers objets étalés au hasard sur une bâche PVC, au centre de laquelle figure une passoire usagée en aluminium. Tout autour, l'on distingue un plat en terre contenant de vieux accessoires de bain tricotés en crin, une petite marmite faisant office de poubelle de table, avec un couvercle, un petit plat d'occasion en fonte émaillée, un chauffe-plat rouillé, une housse en fourrure blanche synthétique, un égouttoir à couverts en plastique orange, un tapis de sol roulé, des pieds de lampadaire, un buste en bois polychrome représentant une courtisane élégamment vêtue, avec une grosse rose sur la poitrine, une brosse toute neuve, une bougie torsadée en cire dans un bougeoir vétuste en métal émaillé.

    Le texte fait allusion
    - aux différents systèmes de filtrage informatique et autres Big Brother auxquels personne n'échappe (filtrage mécanique)
    - à la désormais célèbre phrase de Picasso "Je ne cherche pas, je trouve", rapportée par sa petite fille Marine, in ‘Grand-père’ que l'artiste vient de lire
    - au hasard (trouver sans chercher)
    - aux allitérations sifflantes, aux mots contenant le son ASS et, en particulier, PASS
    - aux voies sans issues (impasse)
    - au vide-grenier de Castets-en-Dorthe qui a eu lieu ce dimanche
    - au vide, synonyme de ‘vanité’
    - à la finitude de toute dimension existentielle (obsolète)
    - aux obsessions de l'artiste (elle ressasse)
    - au petit périple qu'elle a dernièrement réalisé avec son ‘grand frère’, sur les traces de leur enfance (les traces du passé)
    - à la Vanité n°1231 (sa passoire trépassée). Voir : http://www.anne-hecdoth.com/2012/07/jo-vanite-n1231.html
    - aux actualités dans lesquelles l'artiste puise abondamment son inspiration (ce qui se passe)
    - aux effets produits (fascinant)
    - aux circuits intégrés (puces)
    - aux marchés (puces)

    Le rapport texte/image évoque la nouvelle passoire de l'artiste, passeuse de savoirs, et la vanité des systèmes informatique et économique.

    RépondreSupprimer