La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

mardi 16 octobre 2012

Record, Vanité n°1242

Hyper-subsonique, Anne Hecdoth ne vole pas haut et pulvérise tous les records de lenteur en sautant dans le vide pour atteindre le mur du fond. Nom d’un pétard ! Dans cette apesanteur planante, combien pèse son ombre en chute libre ?
***
Je suis absente les 15 et 16 octobre. Pour toutes questions pendant cette période, vous pouvez contacter Karine F. Merci. Bien cordialement. (Mélanie L.)
***
Mur du fond, mur du son, mur du... con ? Oh, shoking, isn'it ? (Anne G.)
***
Ne t'écrase pas en tombant, Mary Poppins, la terre est basse !!! (Darius Elegium Laudat)
***
Merci beaucoup, belle ombre en effet ! bises, (Frédérique B.)
***
La légèreté de l'être n'est point. Ce qui est léger n'en est pas moins subtil, et lourd de sens. Le poids des choses peut s'envoler en une pensée. Il suffit de le provoquer. Anne Hecdoth lente ? Non, sa vivacité d'esprit est démontrée, son ombre c'est sa créativité,  sa fantaisie, elle ne chute pas elle plane autour d'elle. (Carole M.)
***
Comme dans toutes les histoires vaines, on reste pour la chute. (Juliette C.)
***
Anne s'est-elle perdue dans ses rêves, la vanité a un jour de retard. A moins que le message ne se soit perdu dans l'espace, le temps de faire un tour parmi les satellites ? (Leslie C.)
***
Quand les ombres se font légères, la vie s'envole. (Anny C.)
***
L'ombre, hélas,  sera toujours trop lourde,  la terre est si proche, à nos pieds. Trop proche parfois. (Elisabeth C.)
***
Avec cette chaussure à la main, elle pèse au moins 100 trillions pour un prince des airs. (Marc V.)
***
Si c'est l'ombre d'un doute... plus dure sera la chute ! (Marie-France D.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art16 octobre 2012 à 17:08

    L'image montre les silhouettes d'une femme et d'un réverbère peintes en noir sur un mur, et faisant penser à des ombres chinoises. Dirigeant son regard vers le ciel, la femme semble s'élancer comme une funambule en tenant un parapluie ouvert au-dessus d'elle. Elle tient une de ses chaussures en main, ce qui accentue son effet de légèreté. Par contraste avec le motif statique du lampadaire derrière elle, on a l'impression qu'elle va doucement léviter.

    Le texte fait allusion
    - au record de Felix Baumgartner, premier homme à franchir le mur du son en chute libre, ce dimanche 14/10/12
    - subsonique = dont la vitesse est inférieure à celle du son
    - à l'esprit décalé de l'artiste souvent interprété au premier degré comme de l'idiotie (ne vole pas haut)
    - à sa lenteur légendaire
    - au jeu de mots entre "mur du fond" et "mur du son"
    - à la polémique politique actuelle sur l'éventuelle dépénalisation du cannabis (nom d'un pétard, planante)
    - aux symboles de la vanité (vide, ombre, chute)

    Le rapport texte/image évoque la légèreté et la vanité des records.

    RépondreSupprimer