La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

mardi 16 avril 2013

Rimes, Vanité n°1315


De prime à vigiles, sans heurt, en douceur, Anne Hecdoth jubile de ses riches heures. Au long des saisons et quand le soleil luit à l’horizon, ciel, quelle merveille ! Fi aux colporteurs qui, sur les désastres pourtant, font leur beurre aux rayons de l’astre ! Livrée du matin, l’actualité tue, transfert son butin à nos sens obtus. A quoi ça rime tout ça ?
***
Chère Anne,
Un petit mot pour vous signaler que notre adresse email a changé et que nous sommes désormais joignable à l'adresse suivante : sire.darius@saphyr-emeraude.fr
Nous ne manquerons certes point de consulter - comme ce jour - notre ancienne boîte aux lettres numériques, cependant il nous serait agréable d'avoir de vos nouvelles plus fraîchement afin de profiter de vos anecdotes avant qu'elles ne se périment.
Ah que l'Art est vain ! Éphémère est son destin !
(Sire Darius Saphyr d'Emeraude)
***
Duchesse... je reste sans voix.
D'amour vos beaux yeux mourir me font ! (Heurv')
***
"Vivre sans point d'appui, entouré par le vide,
Comme un oiseau de proie sur une mesa blanche ;
Mais l'oiseau a ses ailes, sa proie et sa revanche ;
Je n'ai rien de tout ça. L'horizon reste fluide." 
Houellebecq (cité par: Anny C.)

***
17 attentats hier en Irak : 23 morts et 200 blessés.
Le plus fort séisme depuis 50 ans hier en Iran : 43 morts au Pakistan.
2 explosions hier à Boston : 3 morts et 175 blessés.
J'dis ça, j'dis rien ! (Odile C.)

***
Puisque l’heure est à la rime
L’aurais voulu richissime…
M’aperçois, pantomime
qu’elle vaut à peine un centime…
Et pendant que je m’escrime
certains, toujours les mêmes triment
et d’autres, toujours ces autres friment…
Oui… tout cela, à quoi ça rime
et avant que ce tout s’envenime
- la faute au régime -
vais me réfugier dans le crime !
Le crime ?
Pusillanime,
me laisserai tenter par l’intime
Ou bien l’infime…
Va pour le sublime !
Aujourd’hui suis à Marseille,
dommage pour la rime,
j’aurai pu être à Nimes ! (Benoît D. - www.benoitdecque.com)
***
Merci ma chère pour tes petits messages, j'apprends de plus en plus à te découvrir. Merci pour ces partages. Bisous. Bon succès. (Giselle G.R.)
***
Je souhaite dans ma maison :
Une femme ayant sa raison,
Un chat passant parmi les livres,
Des amis en toute saison
Sans lesquels je ne peux pas vivre. Apollinaire (cité par ella)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art16 avril 2013 à 16:31

    L'image montre, dans un cadrage serré, des livres épars (vanité du savoir ou remède à la vanité ?) sur les "très riches heures", le tout reposant sur un autre livre traitant du système solaire.

    Le texte fait allusion
    - aux heures canoniales (prime, vigiles)
    - à la vie insouciante
    - aux riches heures et aux saisons qui passent
    - au soleil, symbole de vie et de mort
    - à la demeure de l'artiste (les Horizons clairs)
    - aux annonces de catastrophes qui tuent et à l'actualité en général
    - au sens de la vie (à quoi ça rime)
    - à tout ce que l'on voudra selon sa personnalité et ses propres références

    Le rapport texte/image évoque la vanité du temps qui rythme nos vies et des rimes riches à cinq pieds.

    RépondreSupprimer