La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

vendredi 30 août 2013

Pénibilité, Vanité n°1334

Grâce à sa pratique polyvalente du multitasting associée à son intense farniente, Anne Hecdoth constate et émet la thèse que l’on ne vit pas plus vieux mais qu’on meurt moins jeune. Elle propose la mise en place d’une tirelire karōshi et d’une horloge burnout en condamnant la méthode du retrait anticipé afin de compter encore plus de jeunes hyperactifs surbookés s’épuisant au travail et permettre ainsi aux vieux intellos usés de se retirer plus jeunes. Qui y avait pensé ?
***
Préférer les petits déj' acculés précocement aux vies aggravées tardivement ? Quelle péni-bilité ! (Marc V.)
***
Paroles
Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse,
La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,
Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits
Qui compriment le cœur comme un papier, qu'on froisse ?
Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse ?

Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine,
Les poings crispés dans l'ombre et les larmes de fiel,
Quand la vengeance bat son infernal rappel,
Et de nos facultés se fait le capitaine ?
Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine ?

Ange plein de santé, connaissez-vous les fièvres,
Qui, le long des grands murs de l'hospice blafard,
Comme des exilés, s'en vont d'un pas traînard,
Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ?
Ange plein de santé, connaissez-vous les fièvres ?

Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides,
Et la peur de vieillir, et ce hideux tourment
De lire la secrète horreur du dévouement
Dans des yeux où longtemps burent nos yeux avides ?
Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides ?

Ange plein de bonheur, de joie et de lumières,
David mourant aurait demandé la santé
Aux émanations de ton corps enchanté ;
Mais de toi je n'implore, ange, que des prières,
Ange plein de bonheur, de joie et de lumières !
(Anny C.)

***
Cette adresse n'est plus active. Si vous voulez ABSOLUMENT me joindre : lisep@(...).com. Pour les communiqués de presse, merci de vous abstenir. (Lise P.)
***
Plus pénible sera le vain, moins anticipée sera la fin ! Et c'est pour ça que vous nous le servez réchauffé un vendredi !? En plus à la veille du dernier WE avant de reprendre le joug... (Juliette C.)
***
過労死
過労死••過労死
過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死過労死
過労死••過労死••過労死過労死過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死••過労死

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
過労死•                 •過労死•                 •過労死
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
etc…
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••             ••過労死••過労死
過労死••過労死••             ••過労死••過労死
•••••過労死••過労死••             ••過労死••過労死•••••
過労死••過労死••過労死••過労死••過労死
過労死••過労死••             ••過労死••過労死
過労死••過労死••             ••過労死••過労死
•••••過労死••過労死••             ••過労死••過労死•••••
Ma petite entreprise… bien être à tous les étages.
(
Calligramme)
N.D.A. : toute ressemblance avec un quelconque modèle nippon ne serait que la fruit du hasard. (Benoît-D.)
***
"son intense farniente"... Si nous n'étions pas encore en période de vacances, j'aurais parié ici que l'auteure était fonctionnaire en URSF (Union des Régions Socialistes Françaises) et même peut-être en pleine activité gréviste. "Pénibilité"... J'ai beau relire, je n'entrevois nulle part le jeu de mots, pourtant aisé, avec un autre de 5 lettres commençant pas les 4 mêmes. L'effet du farniente, probablement... ;-) (Marguerite C.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art30 août 2013 à 10:35

    L'image montre, au milieu d'un espace herbeux et peu entretenu, un travail plastique pénible en cours d'exécution, composé de divers objets de rebut. Une pancarte jaune avertit de sa dangerosité. Au premier plan, l'on voit une portion d'allée de gravier, exempte de mauvaises herbes et limitée par de vieilles branches mortes, ainsi que des fleurs symbolisant la fragilité de la vie et dont la couleur, jaune, faisant redondance avec le jaune de la pancarte, en accentue le sens.

    Le texte fait allusion
    - au projet de mise en place d'un compte pénibilité au travail, annoncé par le Premier ministre (multitasting, intense, Karōshi, burnout, hyperactifs surbookés s’épuisant au travail, usés…)
    - aux diverses activités de l'artiste dans sa retraite forcée
    - multitasting = surinvestissement stressant de travail
    - à un moyen permettant d'économiser (tirelire)
    - karōshi : mot japonais (過労死) signifiant "mort par surcharge de travail" = maladie professionnelle reconnue, due au stress au travail et entraînant un arrêt cardiaque, voire le suicide
    - au décompte du temps (horloge)
    - burnout (de l'anglais "burn out syndrome) = syndrome d'épuisement au travail qui atteint surtout, selon Wikipedia, les travailleurs sociaux, les professions médicales et les enseignants (fonctions qui ne sont pas reconnues dans les dix facteurs de pénibilité retenus dans le cadre de la réforme annoncée par le Premier ministre…)
    - à une pratique contraceptive vieille comme le monde bien que peu fiable (retrait anticipé, se retirer)
    - à la retraite anticipée (retrait anticipé, se retirer plus jeune)
    - à tout ce que l'on voudra selon sa propre culture ou son imagination

    Le rapport texte/image évoque la vanité des projets touchant aux situations pénibles mais qui omettent les situations épuisantes.

    RépondreSupprimer