La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

samedi 8 mars 2014

Apparition, Vanité n°1409

Sortie de son marasme vacant en riant et mariant inutilement l'imagination à l'administration après la tempête, le spectre d'Anne Hecdoth enrichit le monde dément des mandats de recettes par son regard zinzin. Si ses apories n'empêchent pas la taxinomie de ses comptes, que recèlent en fin de comptes ses contes feints ?
***
En fin de compte, Anne Hecdoth, profitant de la tempête, trafique les œuvres d'art en s'adonnant au faux ready-made ! Attention, si "la Joconde est dans les escaliers", elle  pourrait se faire la (boîte en) valise, en toute transparence(s) avec le zinzin, sans rendre de comptes. (Marie-France D.http://mercerieambulante.typepad.com/ )


Robert Filliou, La Joconde est dans les escaliers,1969,
installation (carton, balai brosse, seau et serpillière),
120 x (diam.) 30 cm, Frac Champagne-Ardenne, Reims
***

Ah ! Ah ! Ah ! Je vois que vous savez aussi bien placer vos mots que vos finances ! (Juliette C.http://juliettecharpentier.over-blog.com/)
***
S' il y a d'autres plaques en zinc, je suis preneuse ! C'est superbe ! J'adore. (Camille B.)
***
http://www.youtube.com/watch?v=ShSVjRJu4ow
Laissez parler les petits papiers
A l'occasion, papier chiffon
Puissent-ils un soir, papier buvard
Vous consoler

Laissez brûler les petits papiers
Papier de riz ou d'Arménie
Qu'un soir ils puissent, papier maïs
Vous réchauffer

Un peu d'amour, papier velour
Et d'esthétique, papier musique
C'est du chagrin, papier dessin
Avant longtemps

Laissez glisser, papier glacé
Les sentiments, papier collant
Ca impressionne, papier carbone
Mais c'est du vent

Machins Machines, papier machine
Faut pas s'leurrer, papier doré
Celui qui touche, papier tue-mouche
Est moitié fou

C'est pas brillant, papier d'argent
C'est pas donner, papier monnaie
Ou l'on en meure, papier à fleurs
Ou l'on s'en fout

Laissez parler les petits papiers
A l'occasion, papier chiffon
Puissent-ils un soir, papier buvard
Vous consoler

Laissez brûler les petits papiers
Papier de riz ou d'Arménie
Qu'un soir ils puissent, papier maïs
Vous réchauffer
(Anny C. - http://www.annycejourdhui.fr/133057215)
***
Cap-Ferret après la tempête. Peut-on parler d'une multitude d'œuvres d'art au stade d'entéléchies, ou d'une tétrachiée d'œuvres d'art potentielles ? (Dominique P. - http://ampelosophisme.over-blog.com/)
Photo de Dominique Pomparat.
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art8 mars 2014 à 20:49

    L’image montre une petite plaque de zinc dont la déformation, due à sa plasticité naturelle, produit des drapés intéressants et que l’artiste a installée verticalement sur une étagère métallique devant des classeurs d’archives administratives. Sur la tranche de la tablette est collé un post-it sur lequel on peut lire : "ŒUVRE D’ART (ne pas jeter !)".

    Le texte fait allusion
    - encore une fois à cette période stérile de quatorze mois que l’artiste a allègrement traversée (sortie de son marasme vacant en riant, après la tempête)
    - à la plaque de zinc que la tempête de cette semaine a arrachée du toit du collège où elle travaille et qu’elle a exposée dans son bureau (mariant inutilement l’imagination à l’administration après la tempête, zinzin)
    - à ses contradictions (apories)
    - à ses vraies fausses anecdotes (contes feints)
    - à 3 mots qu’elle a piqués sur le blog de Gertrude et à son commentaire prévenant qu’elle les replacerait (Voir:
    http://gertrude.over-blog.org/article-composition-poietique-en-boite-n-1-la-boite-des-transparences-122785579-comments.html#anchorComment
    – marasme, aporie, taxinomie)

    Le rapport texte image évoque la vanité des œuvres d’art que les femmes de ménage risquent de confondre avec des déchets
    (Voir : http://next.liberation.fr/arts/2014/02/21/une-femme-de-menage-confond-une-oeuvre-avec-des-dechets-et-la-jette-a-la-poubelle_982019).

    RépondreSupprimer