La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

mercredi 31 août 2016

Parrainage, Vanité n°1608

En route pour de nouvelles aventures, Anne Hecdoth emprunte celle qui la mobilisera, tout au bout du chemin, aux zones Élysées. Mais, comme Lao-Tzeu l’a dit, il faut trouver la voie ! Sous les pavés, elle a déjà trouvé la plage... avec une perspective d'autographes. Mais si elle ne fait pas le buzz, quels élus la cautionneront ?
***
L'adresse de messagerie de ce destinataire est introuvable dans le système de messagerie du destinataire. Microsoft Exchange ne tentera plus de remettre ce message pour vous. Vérifiez l'adresse de messagerie et essayez de renvoyer ce message ou fournissez le texte de diagnostic suivant à votre administrateur système. (Anne-Marie L.)
***
Merci pour votre message. Nous sommes absents jusqu'au 3 septembre 2016 inclus. Nous répondrons à votre message à notre retour. Merci pour votre patience et votre compréhension. (Christophe D.)
***
Je suis en congés jusqu'au vendredi 2 septembre. Merci beaucoup. (Ophélie N.)
***
Toujours aussi géniale ! Amitiés (Bénédikte P.)
***
Tu n'étais pas seule, vu la multitude de traces, ou alors seule et beaucoup te suivent : des disciples ? (Jean-Maurice C.)
***
Chacun sa voie: à pied ou à dada. (Juliette C.)
***
Ne vous lancez pas dans cette aventure, vous risqueriez de vous retrouver sur le sable. (Luc M.)
***
Comment vas-tu ? Travailles-tu toujours ? Es-tu toujours dans les Landes ? (Cathy P.)
***
Chemin dentelé. La voie en Dentelle. (Marie-France D.)
***
Elle a dit : signez sur le sable
Vos autographes pour me désigner
Et comm’ ça roulait sur cette plage
En vains passages, les noms déboulaient
Et j'ai crié, crié, Anne, pour qu'elle s’y tienne
Et j'ai cherché, cherché, oh ! jusqu’à la Mer Caspienne

Je me suis assis attendant la date
Mais la candidate s'était enfuie
Je l'ai cherchée sans plus y croire
Et sans un espoir, pour me guider
Et j'ai crié, crié, Anne, pour qu'elle s’y tienne
Et j'ai cherché, cherché, oh ! jusqu’à la Mer Caspienne

Je n'ai gardé que ces quelques traces
Comme une épave sur le sable mouillé
Et j'ai crié, crié, Anne, pour qu'elle revienne
Et j'ai cherché, cherché, oh ! jusqu’à la Mer Caspienne
(Marc V.)
***
C’est très beau et cette photo imprimée sur un papier épais et posé sur un cadre, cela aurait vraiment du "chien" dans une maison… Très artistique vraiment… (Isa G.)
***


1 commentaire:

  1. J. Croix, critique et historien en arts31 août 2016 à 23:56

    L'image montre des traces éphémères de roues de véhicules sur une plage de sable. Selon la perspective linéaire, on les voit fuir vers le lointain.

    Le texte fait allusion
    - à la candidature de l'artiste pour les présidentielles de 2017
    - aux champs Élysées, le lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort. Le mot vient du grec ancien Ἠλύσιον πεδίον / Êlýsion pedíon, issu selon certains de ἀλυουσας / ἀλύω (=errer/flâner)
    - au palais de l’Élysée, siège de la présidence de la République française et de la résidence officielle du président de la République depuis la IIe République.
    - aux aventures de Tintin dans "le Lotus bleu" : Lao-Tzeu l’a dit, il faut trouver la voie !
    - à mai 68 : sous les pavés la plage
    - aux 500 signatures d'élus dont l'artiste a besoin : perspective d'autographes, trouver des voix
    - à tout ce que l’on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles

    Le rapport texte/image évoque la vanité des voies que l'on ne voit pas pour obtenir des voix.

    RépondreSupprimer