La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 1 juin 2009

Nu, Vanité n°0922

(revenant du festival des mots de La Charité sur Loire, oserais-je vous conseiller une lecture à voix haute ?)

Anne, amorphe, ose… déranger les esprits non avertis. Qui veut-on vêtir ? Venus ou Eve nue ? Peut-on les intervertir ? Ô dilemme ! Le dessein dérisoire des apparences plastiques au sein même de la communication : l’image nous dément-elle ?

Copyrigth © Bott-ICC-elli

Pourquoi vouloir les vêtir ? Laissez les nues et ne dérangez pas nos esprits. (Gisèle A.)

TABLEAU-REBUS : Dans les bras de Morphée, le chat contemple la lune, sa souris branchée sur les ondes.../Dénudée, sa voisine ne sait pas qu’elle est vue, Venus sortant de l'onde.../Le voyeur, caméra au sein, cache ce poing que je ne saurais voir... /hIC et nunC ! (Anny C.)

Economie d’images ! de plan ! et cætera ! UN SEUL DES SEINS serait grandement suffisant ; ET MOUVOIR ainsi (un suffit alors) le dérisoire… soyons ECO HOMME ! (Joël C.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire