La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 22 mars 2010

Printemps, Vanité n°1012

Nécrologie

C’est dans une joyeuse pagaille électorale, survenue au beau milieu de l’équinoxe vernal, qu’Anne Hecdoth a appris, de source sûre, le trépas de l’hiver suite à l’éclosion de la pandémie de pâquerettes sur carré vert. Les petits oiseaux gazouillent un Requiem polyphonique dans le ciel bleu et limpide. De nombreux étourneaux, face à la destruction massive de leurs nids, ont déposé un préavis de grève pour manifester contre la suppression de leurs postes et pour la mise en retraite anticipée de l’expression "l’hirondelle ne fait pas le printemps". Il faut trouver un slogan pour l’épitaphe !

Quand on est mort c'est pour la vie. (Marie-Hélène B.)

« On croit que, lorsqu’une chose finit, une autre recommence tout de suite. Non. Entre les deux, c’est la pagaille. » (Marguerite Duras & Anny C.)

Antoine dit mourir tue à coup sûr et irréversiblement. Ça me laisse coi. (Heurv’)

Excellent ! (Marie-Christine M.)

Si la défunte s'appelle Laure... je suggère : "Ici Laure gît". Peu de monde s'appelle Antholo ou Névral, ou Elé ou Pla ou Ma... C'est dommage. (Françoise R.)

J'aime pas le printemps ! (Juliette C.)

Il faut fêter la chose à l'eau de vie ! (Hécate - Le Fil d'Archal)

[L'hiver est mort et le printemps me met en colère/ Les oiseaux vont éclore/ Les bourgeons vont commencer à piailler/ Les fleurs vont bourdonner/ Et les abeilles vont lisser leurs moustaches/ Sans parler du bâtard jaune en haut des cieux/ Qui débute ses gloussement de tapir enrhumé/ Des mouches qui vont se mordre la queue/ Et des fourmis qui vont se lécher le croupion/ Le soleil me fout le cafard/ Je préfère rouler des pelles à ma Lune froide/ Et sucer les épines de mon hiver glacial/ L’une est la putain de mes nuits éclairées/ L’autre le maquereau de mes sales idées]. Chère Anne Hecdoth cette épitaphe est longue, certes, certes, nous en conviendrons, mais le printemps abuse en durée de vie lui aussi. Alors bien fait pour son trognon ! Vive l'hiver ! Et bien à vous. (Plaiethore) P.S. J'aime bien chez vous. Je me lance dans une autre aventure vaine.

Mon ami Woody Allen a dit à peu près ceci : "Ce qui est positif dans mourir c'est que c'est l'une des rares choses que l'on puisse faire aussi bien couché que debout" !!! (Cathy P.)

(Pied-noir :) Moi je me baigne jamais, pasque si je me noie ma mère elle me tue !
(Latino :) LUI — Si tou mé quittes, yé té toue !/ ELLE — Si tou me toues, yé té quittes! (Prokopios)

La vie est mortelle. (Emile Zona)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire