La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 27 juin 2011

Blague de potaches, Vanité n°1126


Un évier à deux bacs est alimenté par un seul robinet. Sachant que ce robinet déverse quand il est grand ouvert 1,72 litre en 7 secondes, sans changer sa position ni celle des bacs qui mesurent chacun 47 centimètres de long, 33 centimètres de large et 12 centimètres de profondeur, sachant que la canicule arrive enfin et qu’à 14 heures il fera 40° à Bordeaux (ce qui provoquera une légère évaporation que vous prendrez soin de calculer), en combien de temps les bacs seront-ils remplis si on ouvre le robinet qu’au deux tiers à partir de 15h12 ? Vous proposerez plusieurs réponses selon les moyens que vous aurez trouvés pour remplir le deuxième bac. Vous avez 4 heures. Anne Hecdoth profite de l’annonce des  baisses à la pompe pour plancher sur ce problème de bac et de fuite du temps. Aidez-la !
***
Il fait un peu trop chaud pour les calculs ! (Marie M.)
***
Fastoche ! J’ai mon portable dans la poche (David-Emmanuel L.)
***
Ben, c’est mon évier ! T’as trafiqué la photo ? Pour le reste je vous laisse à vos calculs et, petite précision, je n’ai qu’un seul bac - sans jeu de mots… (Sophie C.)
***
En voilà une fuite ! Tout le monde sait maintenant qu'Anne Hecdoth triche en trafiquant les photos ! (Odile C.)
***
Hélas ! Il fait trop chaud pour pomper ! Je vais voir si les Shadoks... "Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien...". (l'ambuleuse)
***
Du propre, c'est ! D'eau l'histoire dans maintenant fait Hecdoth Anne ! Ah ! (Yoda Maître)
***
Avec cette chaleur parler de fuites....... ? Tu n'as pas un sujet plus rafraîchissant ? Tu ne te mets pas en "mode silence" dès que le thermomètre frise la canicule ? Infatigable potache toi-même !!! (Artis-Anne)
***
Sous l'égide d'un Fantin-Latour quelque peu fané voilà donc un étrange autel dressé qui conduit l'orant du biberon à la bibine. Inéluctable destin. Notons les deux implacables fourchettes qui contraignent un bouchon sauvage à rester au-dessus d'un verre à pied qu'un baigneur a oublié là après des ablutions dionysiaques et qu'on imagine méditatives car en réalité le thème de cette vanité, au-delà du renouvellement du sujet éternel des délices du bain, n'est-il pas celui plus fondamental mais moins plastique de l'étanchéité ? Dans ce monde où tout fuit, où nul secret ne le reste longtemps, où peut-on se réfugier sinon dans sa baignoire pour échapper au dévoilement ? Ce n'est pas Jean Paul Marat qui dira le contraire.
Calculons avec Anne Hecdoth le temps que prendra la baignoire pour s'emplir d'intimité et celui qui ne sera pas pris par l'oeil féroce des touitefesseboucbigbrozer.com ! (Marie-Hélène B.)
***
1. L'énoncé ne donne pas l'heure de l'ouverture du robinet.
2. Les biberons contiennent des liquides qui provoquent les fuites dans les couches des candidats.
3. Utiliser la graduation de ces biberons pour le remplissage du deuxième bac.
4. Il est vain d'espérer remplir puisque la gestion de l'eau s'opère par ces temps de canicule à fonds perdus. (Marc V.)
***
Le temps fuit, pourtant le bac reste, pratiquement inchangé depuis Napoléon, cependant il fuit aussi : peut-on s'en réjouir ? (Cathy P.)
***
Ben  pour faire des économies vaut mieux fermer le robinet au lieu de se casser la tête, déjà que 40° c'est plus chaud que la température du corps humain, il faut éviter de faire bouillir les cervelles, après on peut toujours pomper, faut voir comment... Bien sûr, j'ai raté l'examen comme c'est toujours dans les cauchemars. (Nicole V.)
***
Je suis nulle en robinets qui fuient, etc. C'est ma lacune ou ma lagune. (Anny C.)
***
Pitié !... Pas de calcul... Demandez-moi de laisser fuir des mots de ma plume, cela oui... Dois-je vous écrire une lettre sur ce cauchemardesque casse-tête des problèmes de robinets, je serais peut-être inspirée... quoique... (votre Hécate)
***
Bon, enlever 4 points et ajouter 4 joints et on frisera la mention ! (Je rêve tout le temps que l'on ne me croit pas quand je dis que je l'ai - le bac). (ella)
***
Cool ! Voici la réponse que pourrait faire chacun des futurs candidats à l'élection présidentielle (Sarko, M LP, Hulot et autres…) :
"Madame, votre question est intéressante mais manque de précision. 
Il conviendrait que vous nous précisiez la pression barométrique du jour ainsi que l'étage de l'appartement dans lequel se déroule votre expérience, afin que nous puissions faire calculer à nos services la compensation qu'il faut appliquer pour calculer l'évaporation."
Soit après filtrage, comment  je vous embrouille pour ne pas répondre à votre question !
Bien à vous. (Jacques B. ex politique repenti)
***
Comme le disait si bien le comique Fernand Raynaud : quand le soldat a tiré un coup de fusil combien de temps faut-il pour refroidir le fusil ??? Réponse la semaine prochaine ! (René G.)
***
Pour éviter les bidets pas nets pour être au Net, je propose que l'on supprime le Bac dévié, toujours sujet aux contaminations et aux fuites, par un il-est-bô-mon-lavabo, téléréalité  con pétante qui a fait ses preuves dans le biberonnage collectif et national. (Juliette C.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art27 juin 2011 13:13

    L'image montre, avec au premier plan un robinet fermé, un bord d'évier à deux bacs sur lequel sont alignés, de gauche à droite, un bouquet de roses commençant à perdre leurs pétales dans un vase en verre vert, une blague de potache consistant à planter deux fourchettes face à face sur un bouchon de liège posé en équilibre sur le bord d'un verre vide grâce à un cure-dent, des biberons et leurs tétines. Sur le mur, recouvert de cannisses, est accroché avec une pince à linge un papier rappelant qu'il ne faut pas bouger le robinet.

    Le texte fait allusion
    - au baccalauréat 2011
    - aux problèmes de robinets
    - à l'épreuve de mathématiques du bac S
    - à la canicule qu'on nous annonce depuis 2003 et qui semble enfin arriver
    - au temps qui fuit
    - à la baisse du prix de l'essence à la pompe annoncée pour aujourd'hui
    - aux pompes et autres anti-sèches

    Le rapport texte/image évoque la vanité des blagues de potaches.

    RépondreSupprimer