La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 7 novembre 2011

Rigueur, Vanité n°1145


Rigor mortis
Ric-à-rac, Anne Hecdoth calcule la faillite du temps. Elle propose un bric-à-brac rigoureux pour remettre les comptes à rebours à zéro. A la rigueur, les euros peuvent toujours aller se faire empapaouter chez Papandréou. Qui passera à la caisse ?

***
"Kezako ?" demande un Okcitan occis devant ce brikabrak. "Va te faire voir chez les Grecs !" lui répondit Sarko... Et voila que sarkommence. (Anny C.)
***
... à la qu'est-ce ou à la casse-rôle ? (Marie-Christine Moreau)
***
"Allons zenfants..." oh manège enchanté ! la tva n'y a pas augmenté merci M. R. (ella)
***
Ah ! le doux bruits des caisses ! Quelle belle orchestration qui nous vide et la tête et les bourses ! Sonnante et trébuchante infortune ! (Hécate)
***
"Le temps s'en va, le temps s'en va ma Dame, Las ! le temps non, mais nous nous en allons, Et tôt serons étendus sous la lame...". Le temps nous est conté ! Le temps nous est compté ! (l'ambuleuse, mfd)
***
Hélas, je remarque en arrière plan que même chez Anne il faut passer à la caisse pour profiter des merveilles. (David-Emmanuel L.)
***
DSK signale qu'il n'est plus opérationnel pour nous redresser tout ça, mais si cela peut être utile, il veut bien "aller se faire empapaouter" chez nos voisins les Grecs. (Cathy P.)
***
Ma dernière pièce dans ce manège américanisé ? Non. Ils ont failli à leurs promesses, ceux qui nous y font tourner en rond. Je serre les dents, c'est mon obole pour franchir l'Achéron. (Marc V.)
***
Quel casse tête, cette grosse caisse ! (Marie-France D.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art7 novembre 2011 à 23:42

    L'image montre un manège avec des figures d'animaux et de véhicules dont une moto surmontée d'un crâne aux orbites lumineux. Au fond on voit la caisse avec des néons bleus en forme de zéros.

    Le texte fait allusion
    - à la rigidité des cadavres (traduction de la locution latine "rigor mortis")
    - à l'exactitude rigoureuse (ric-à-rac) des calculs de l'artiste
    - au mot employé par le premier ministre (faillite) pour parler de la dette et du déficit chronique de l'Etat
    - à l'écoulement du temps
    - au désordre légendaire de l'artiste (bric-à-brac)
    - au plan de rigueur lancé ce jour par le chef du gouvernement
    - au budget de l'Etat (comptes)
    - aux contresens (à rebours)
    - au vide et aux nullités (zéro)
    - à la monnaie européenne dont la phonétique du nom ressemble à zéro
    - empapaouter = duper
    - à la démission du premier ministre grec
    - à l'expression "aller se faire voir chez les Grecs"
    - à ceux qui vont payer

    Le rapport texte/image évoque le manège des hommes politiques et la vanité des restrictions budgétaires.

    RépondreSupprimer