La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 25 juin 2012

PPMS, Vanité n°1226


C’est toujours pour des raisons futiles, qu’Anne Hecdoth s’étrangle de rire et s’emberlificote verbeusement. Condamnée à l’imagination créative, elle propose d’échanger le PPMS (plan particulier de mise en sûreté) par un PSEC (programme spécifique d’éducation à la civilité). Quelles consignes donner aux drolls ?
***
Merci d'arrêter de me faire parvenir vos Vanités. (Julien B.)
***
Juin 1988, 405 km dans les Hunaudières : c'est fun (La WM P88 à moteur Peugeot no 51 de Roger Dorchy réalise la vitesse record de 405 km/h en course sur la ligne droite des Hunaudières.)
Juin 2012, une ministre d'Etat "condamnée à l'imagination créative" : aux chiottes ! (Jacques B.)
***
Quand les mômes scolaires
Redeviennent des trolls primaires,
Quand les passeurs de savoir
Passent pour des ringards sans pouvoir,
Alors vient le temps de la chute de la civilisation.
Quand l’école tue, quand certains tuent à l’école, alors d’autres tueront l’école et le temps de la barbarie reviendra. (David-Emmanuel L.)
***
Merci de ne pas arrêter de me faire parvenir vos Vanités. (Sébastien M.)
***
Rien à redire à ces commentaires et à ton article ; juste un coucou aux "drolls", mot-valise qui les rendrait presque sympathiques ! Quant aux inspecteurs (et trices), tu dois deviner ce que j'en pense ! (Anne G.)
***
Peut-être que l'école tue à long terme, mais les Arts Plastiques c'est MORTEL ! (Juliette C.)
***
Si l'école est tue, pourquoi ne pas en parler ? (l'ambuleuse, mfd)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art25 juin 2012 à 21:06

    L'image montre, sur un mur blanc, près de deux affichettes obligatoires rappelant aux enfants et aux adultes les règles du PPMS (plan particulier de mise en sûreté), deux travaux d'élèves. L'un représente un gros crâne, un peu cabossé, réalisé avec des canettes en métal et l'autre, un petit visage timide et fragile, réalisé avec du plastique transparent gonflé d'air. Presque au centre, dans un cadre noir rappelant les faire-parts de décès, un texte informe que l'école tue.

    Le texte fait allusion
    - au drame de Rennes (collégien étranglé par un camarade pour une raison futile…)
    - à la performance 'Rire' organisée par l'artiste vendredi soir où certains, à force, s'étranglaient littéralement
    - à son jargon ampoulé
    - au tweet d'une ministre d'Etat qui ne mesure pas sa chance quand elle se sent : "condamnée à l'imagination créative"
    - à la créativité de l'artiste, toujours prompte à proposer des programmes d'actions plutôt que des plans inutiles qui font bien rigoler les élèves qui n'arrivent plus à prendre au sérieux quoi que ce soit venant d'un adulte
    - aux conseils contradictoires donnés par une inspectrice d'arts plastiques à propos de consignes…
    - droll = (mot-valise réalisé avec le mot 'troll' (voir définition sur wikipedia – en gros, un "fouteur de m…" sur les forums) et le mot 'drôle' (désignant un enfant dans le Sud-ouest)

    Le rapport texte/image évoque la futilité des PPMS, la fragilité de l'enfance et la vanité des sciences de l'éducation face aux incivilités et à la violence.

    RépondreSupprimer