La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

jeudi 7 novembre 2013

Négritude, Vanité n°1344

Si faire des choix, c’est donner du sens, alors pour être rationnelle, Anne Hecdoth choisit entre cinq bonnets, deux crêtes, un crâne, et porte le chapeau pour singer les gros bonnets d’ânes quand elle voit rouge en constatant les peaux de bananes glissées par un régime fiscal et austère finement boudé. Aussi, pour alerter sur la dérive de la société française, tout en montrant son indignation et son dédain, elle répond aux racistes d’une belle et haute voix : "Ta race !". Eh Ducon, Juanita Banana, c'est une injure ?
***
Avec cette sacrée banane manifeste rouge pêchue et racée, la connerie ne passera plus ! (Juliette C.)
***
De notre belle et bonne République, libertaire (si peu, et dite aussi) égalitaire et fraternitaire, à un régime de Bananes (excusez la majuscule!), combien encore de peaux desdites sur lesquelles glisser ? Citoyen Victor Schœlcher, et toi aussi, Citoyen Abbé Grégoire, à l'aide !
Et les chiens se taisaient (Aimé Césaire).
P.S. (???) : Sans craindre d'en faire trop (et comme on ne peut pas toujours se taire !), pourquoi ne pas rêver d'une apothéose (ou mieux, d'une épiphanie) à la Django Unchained ?!
(Vincent L.)
***
Ah ben... ça alors ! Déjà que j'étais (parfois) un peu, voire assez admiratif. Mais là, il fallait le trouver, le lien, entre "la petite conne" (cf. Arrêt sur Image) tendant une peau de banane à la "guenon Taubira" et Victor Hugo ! Alors là, je m'incline. Définitivement. Bravissima. Je t'embrasse (si tu acceptes les lèvres d'un béotien). (Christian C.)
***
Tu es magnifique, olé ;-) Tendrement, (Sophaye)
***
Aah a a ah ahaha !! http://www.dailymotion.com/... (Sylvie C. via Facebook)
*** 
Trop la CLASSE la dame à chapeau ! (Geneviève R.)
***
Belle photo racée... (Anny C.)
***
Une banane, Hecdoth ? (Marc V.)
***
Négritude ? Du bout des lèvres, chapeau le rouge ! (Benoît D.)
***
Le couvre-chef rouge de l'indignation. Chapeau bas ! (Marie-France D.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art7 novembre 2013 à 19:32

    L’image est un portrait de trois-quarts et haut en couleurs de l’artiste sur fond noir, coiffée d’un immense chapeau rouge cachant son regard.

    Le texte fait allusion
    - au tweet de la ministre de la culture pour se justifier de ne pas rendre hommage à Gérard de Villiers ("faire des choix, c’est donner du sens", pour être rationnelle, choisit)
    - à Saint-Bonnet-de-Cray, petite commune de Saône-et-Loire très chère à l’artiste où son père a fait le choix d'être enterré (cinq bonnets, deux crê…)
    - aux crétins (crêtes, un)
    - à la finitude et à la vanité de la vie (crâne)
    - aux responsabilités choisies et assumées par l’artiste dans sa démarche contestataire, voire engagée qu’elle revendique (porter le chapeau, voit rouge)
    - à l’image du singe, animal associé au diable et symbole de malignité, que les personnes racistes utilisent comme insulte envers les Noirs en général et Christiane Taubira en particulier (singer)
    - aux VIP (gros bonnets)
    - aux cons (bonnets d’âne, eh Ducon)
    - à la loi Grenelle de 2009 (sous Sarkozy) sur la taxe poids lourds qui doit entrer en vigueur en janvier prochain, ce qui soulève une colère bretonnante contre l’actuel président (bonnets, rouge, régime fiscal et austère boudé)
    - à la banane, fruit mis à l’honneur par deux grands artistes noirs, Joséphine Baker et Henri Salvador, mais aussi symbole de fragilité et d’instabilité des choses de ce monde chez les Bouddhistes (peaux de bananes, régime, boudé)
    - à l’étonnement de Christiane Taubira face aux incivilités et au racisme primaire montant qui s’installent insidieusement en France sans que personne ne semble s’en offusquer : "Ce qui m’étonne le plus c’est qu’il n’y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée pour alerter sur la dérive de la société française." (Pour alerter sur la dérive de la société française, d’une belle et haute voix)
    - Ta race ! = interjection populaire et injurieuse marquant le refus et l’indignation
    - à l’éducation (eh Ducon !)
    - à la célèbre chanson populaire d’Henri Salvador, "Juanita Banana", tirée du célèbre chant "Gualtier Malde... Caro nome" du célèbre opéra de Verdi, "Rigoletto", dont le livret a été inspiré par la célèbre pièce de Victor Hugo, "Le roi s'amuse", et qui met en évidence les tensions sociales et la condition féminine subalterne. Voir et écouter :
    http://www.youtube.com/watch?v=jz2U1VC8vWk
    - au slogan imaginé à son origine par une chaîne culturelle de télévision : "Eduquons, c’est une injure ? "
    - à tout ce que l’on voudra selon sa culture et ses propres références

    Le rapport texte/image évoque la vanité des choix, de la culture, de l’éducation et des belles et hautes voix; notamment celle de l'artiste.

    RépondreSupprimer