La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

samedi 30 novembre 2013

Nul, Vanité n°1347

(Hommage à Paul Eluard, Liberté)

Sur un chaste bulletin
Après les municipales
Secret de Polichinelle
Anne Hecdoth votera blanc

Sur le miroir irisé
Des candides isoloirs
Sur la vérité fanée
Anne Hecdoth cueille les roses

Sur l’icône achromatique
Que l’Assemblée a votée
En l’absence de bon sens
Anne Hecdoth gloussera jaune

Sur toutes les feuilles vierges
De son esprit éclairé
Pour effacer vos soucis
Anne Hecdoth écrira bleu

Sur le bazar des bas arts
Sous les pavés de la plage
Sur l’interdit d’interdire
Anne Hecdoth se fâch’ra rouge

Sur l’étendue poétique
Sur l’épaule élue (de l’)art
Dans un souci politique
Anne Hecdoth pèsera l’or

Sur l’horizon innocent
Sur le duvet des oies blanches
Et sur le moulin des ombres
Anne Hecdoth rêvera gris

Sur la mer immaculée
Sur la montagne enneigée
Dans la nuit noire orageuse
Anne Hecdoth chassera l’vert

Sous la mousse des nuages
Sous les sueurs de l’orage
Sous la pluie épaisse et fade
Anne Hecdoth passe à l’orange

Sur les cotonneuses nues
Par les saisons évanouies
Dans l’atmosphère éthérée
Anne Hecdoth broiera du noir

Et par le pouvoir des nuls
Anne répète à l’envi
Qu’elle est née pour partager
Le vide des Vanités
Qui s’en soucie pour six sous ?

***
Et un peu plus de griffes toutencouleur !
***
Ah, la veine des Vanités rongée par les vers, vaine ! (Vincent L.)
***
Ce que j’en conclus, c’est que la pilule électorale multicolore sera dure à avaler. (Eric D.)
***
LIBREMENT (Anny C.)
***
Pour six sous, c'est pas assez pour s'en soucier... les MAC/VAL non plus, si si ! (ella)
***
J'aime bien le concept de l'eau qui rend la vie plus douce... (Gwenaëlle M.)
***
Bravo ma grande, mais VRAIMENT : bravissima. À chacun sa lacune... (Christian C.)
***
Un verre de blanc
Un verre de blanc et quelques pétales roses (c'est pas nul)
Un rai de jaune pour une vue en bleu (c'est pas nul)
Une lèvre rouge, ton sourire vaut de l'or (c'est pas nul)
… un souffle de gris (c'est pas triste)
… son reflet en vert (c'est pas souvent)
Un fruit orange (c'est pas défendu)
Un noir…
c'est toujours noir, c'est jamais vide.

***
Il faut aller à Gand pour voir le polyptyque de Van Eyck. Je n'ai rien d'autre à dire. (Sébastien M.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art30 novembre 2013 à 13:36

    L’image montre quelques œuvres d’art contemporain installées actuellement au Mac/Val et, notamment, ''When the Paper'' de Renaud Auguste-Dormeuil laissant à portée de main du public des petites feuilles carrées de papier blanc, un stylo à bille bleu et un baquet rempli d’eau.

    Le texte fait allusion
    - à la loi visant à faire reconnaître les votes blancs en les différenciant des votes nuls sans pour autant les intégrer dans les suffrages exprimés, ce qui ne change donc rien
    - à la pureté, symbole de naïveté (chaste, blanc, candides, achromatique, vierges, innocent, oies blanches, immaculée)
    - aux rituels électoraux (bulletin, municipales, votera blanc, isoloirs, a votée)
    - à la théorie de l’information (secret de Polichinelle)
    - à la ''Commedia dell'arte'' (Polichinelle)
    - aux symboles de la vanité (miroir, fanée, l’or, moulin, ombres, mousse, nuages, sueurs, nues, atmosphère éthérée, nuls, vide)
    - aux couleurs (blanc, irisé, roses, jaune, bleu, rouge, or, blanches, ombres, gris, vert, orange, noir)
    - au poète Ronsard (cueille les roses)
    - au poème ‘’Liberté’’ de Paul Eluard, publié 12 ans pile-poil avant la naissance de l’artiste (Sur l’é-paule élue -de l’-art)
    - à la nullité (pour six sous)
    - à tout ce que l’on voudra selon son imagination et ses propres références culturelles

    Le rapport texte/image évoque la vanité des suffrages, la nullité des votes blancs et celle de l’Assemblée qui perd son temps à voter des lois qui ne servent à rien.

    RépondreSupprimer