La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 30 novembre 2009

Montres, Vanité n°0948


Vulnerant omnes, ultima necat (Toutes blessent, la dernière tue)

Pour résoudre l’énigme des heures cruelles qui s’écoulent métaphoriquement de la clepsydre inexorable, Anne Hecdoth fait le jacquemart en apostrophant tous ceux qui ont quelques heures à tuer. Ces cadrans kitchs sont ses cibles : elle montre des montres monstrueusement fascinantes dans leur intemporalité inutile. Impitoyable thaumata ou fatal leurre ?

Qu'adviendra-t-il, ô Mort, de toi / Lorsque je quitterai ce monde ? / Pour t'oublier, chaque seconde / Il me faudra violer les heures... / Les journées passeront sans fin / Sans que jamais un seul instant / Je ne puisse oublier, enfin / La Toute Présence du Rien. Xavier de Villaurrutia (poète mexicain) Nostalgia de la Muerte (Marie-Hélène B.)

Je les ai vues sur le marché, pas cher ! Comme le temps qui passe… (Sofaille M.)

Pas d'énigme pour moi, tout est clair et le titre de la Vanité est d'une vérité irréfutable !!! Et c'est une bonne raison pour savourer pleinement chaque seconde égrenée... (Cathy P.)

Comme il serait douteux que toutes ces montres marquent la même heure, il faut admettre que l'une marque la première heure, et l'autre la dernière heure. Grave question : à qui appartient celle-ci ? Mais je suis soulagé de ne reconnaître aucune de mes montres, et je m'exclame donc : à la bonne heure ! (Thierry S.)

Que ta langue est belle... quoiqu'un peu chargée ! (parole de dentiste en toute amitié – Malo C.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire