La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 5 avril 2010

Anniversaire, Vanité n°1014

Le 3 avril, Anne Hecdoth, bonne pâte, s’est pris un pain et s’est retrouvée prisonnière des images renvoyées par la vitrine de la boulangerie. Cela invite à la réflexion : dans le cadre de la semaine du développement durable, faut-il la ravaler ?

Vous la faut-il bien cuite ou enveloppée ? De toute façon, même avec le sourire de la boulangère, nous finirons tous grillés ! Euuuuhhhhh ! Bon anniversaire ! (Juliette C.)

Je persiste et signe avec Bernard Leblanc Hamos : "Quelle impertinence et pertinence à la fois que de pouvoir, toujours et encore, bien mieux "se composter", "se résilier" et "se recycler" ! L'énergie renouvelable, ne cherchons pas plus loin... c'est NOUS !" (Anny C.)

Particulièrement terrifiante cette vanité boulangère ! Dans un second plan, ce panneau interdit d'aller au delà de 56 et promet quelques fleurs aux tons fanés comme un avant goût de pierre tombale. Mais.... ne sont-elles pas en sucre filé ces fleurs déposées là par un boulanger Chronos ? Dans cette vitrine en triptyque, Anne Hecdoth insère son envie de capter le temps. Flûte dit le Boulanger, surpris dans sa tentative par les 56 yeux d'Anne Hecdoth. (Marie-Hélène B.)

Bon anniversaire ma Belle, moi c’est le 2 avril que j’ai pris bonne note des ans ! Tu parles, j’ai au moins 10 ans de plus que toi ! Mais l’important c’est de faire aussi bien que nous le faisons. (Sophie C.)

ravalonravalon. (Heurv’)

Tout simplement : HAPPY BIRTHDAY Odile !!! (Cathy P.)

La réponse est : non... Pour avoir 28 ans, il suffit de persévérer dans l'Art sans se tromper de farine, car l'Art avale en pain demi... (Michel G.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire