La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 3 mai 2010

Passacaille, Vanité n°1018

Homo fugit velut umbra*
(Pour un effet synchrone, cliquer d'abord sur le lien ci-dessus et démarrer la musique puis revenir aussitôt sur le blog pour démarrer la petite vidéo ci-dessous qui, ne durant que 8 secondes, pourra être redémarrée 6 fois pour accompagner la musique.)
Très attachée à l’esthétique du rythme et de l’effacement, Anne Hecdoth emprunte aux références antiques : suivant l’anecdote de Butades racontée par Pline, elle capture son ombre avant sa dissolution et propose un concours d’ekphrasis sur la passacaille.
* L’homme passe comme l’ombre
***
L'ombre d'un doute, sans doute ! (Marie-France D.)
http://mercerieambulante.typead.com/mercerieambulante/
***
J’adore l’idée, la musique et l’image ! (Sofaille)
***
Perdre son ombre comme Peter Schlemihl dans le conte de Chamisso... Un thème qui hante le Temps ! (Hécate)
***
Les ombres anecdotiques et anecdotières sabotent dur le pavé avant d'accepter de fondre ! Et moi je fonds en arythmie devant le tracé de cette présence passante. (Juliette C.)
***
Version andine depuis l'hospedaje Da Vinci à Pacasmayo (ça ne s'invente pas !), car ça me rappelle ce que je disais justement hier à mon chauffeur-mécanicien : "El tiempo es un condor. Pues pasa... Y nosotros también." (Prokopios)
***
ICONOSTASE ou le Moyen Age du 21ème siècle : exposition d’art contemporain dans le cadre de l’Année de La Russie en France présentée par l'association L'ART INTEMPOREL avec la participation de : L'Atlas, Filip Bod, Igor Bitman, Raphaël Denis, Olga Kamennoy, Sergeï Kamennoy, KAMU Léna Karin, Olessia Koudriavtseva-Velmans, Gabriel Leger, Valentin Samarine, Anna Taguti, Nathalia Trouchkina (Olessia K.)
***
La vanité de ce lundi me fait penser à ce tableau de Norman Rockwell qui m'a toujours fascinée. Son obsession semble bien être la même : besoin de fixer son image au cas où... (Cathy P.)


***
PASSACAGLIA DELLA VITA / "Bisogna morire"... de Stefano LANDI (Marie-France D)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art31 mars 2011 à 14:22

    La vidéo musicale montre l'ombre de l'artiste marchant d'un pas rythmé par un "passacaille" sur un trottoir de Bordeaux (rue Georges Bonnac très exactement). Pour un effet maximum, voir : http://www.dailymotion.com/video/xd6yt7__creation

    Le texte fait allusion
    - aux rythmes de la vie
    - aux disparitions
    - au potier Butadès de Sicyone qui,selon Pline, découvrit le premier l’art de modeler des portraits en argile grâce au dessin de sa fille qui, pour garder une trace de son fiancé qui devait partir, eut l'idée de tracer le contour de l'ombre du jeune homme projetée sur un mur. Cela servit donc d'esquisse à Butadès pour réaliser le portrait en relief.
    - aux descriptions précises et détaillées que l'artiste demande à son public

    Le rapport texte/image évoque les passages fugaces et la vanité de la vie sur terre.

    RépondreSupprimer