La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 29 novembre 2010

Neige, Vanité n°1048


Theatrum mundi...
Il paraît que l'hiver s'installe durablement pour toute la durée globale de la saison hivernale ce qui, dans le vide lyophilisé de la séquence automnale, semble totalement inhabituel. Dans ce théâtre d'esbroufe et de pacotille, c'est avec grandiloquence que la maraude hiémale se met en place. Dans ces conditions situationnistes apocalyptiques annoncées, comment éviter efficacement l'apoplexie grégaire?

***

(Anny C.)

***
À quand des cours de français "savant" pour le Public-chéri-mon-amour-qui-entrave-que-dalle ? (Malo C.)
***
Avant d'arcHiver la vanité hecdo(th)madaire, regardant arrHiver le tapis blanc, répondre à la question par une question : ouate ? (Marc V.)
***
(Sébastien M.)
***
Le célèbre Christian La Croix, grand historien d'art dans la haute couture et critique de haut vol, diplômé en génie des alpages, nous promet une collection hiver 2010-2011 particulièrement floconneuse, à épaisses retombées atomiques et médiatiques sur la Société du Spectacle. Bêêêêêêêêêê........ (Juliette C.)
***
En évitant les pacotilles de Noël ? Hélas impossible même sous des cieux tropicaux ! Les sapins, à défaut de neige, y brillent sous les décorations kitchissimes. Je me souviens de mon arrivée de nuit à Goa et de ma surprise d'y voir des palmiers de Noël éclairés le long de la route… (Hélène FC.)
***
En jouant sur une autre scène !!! (Cathy P.)
***
Comment l'éviter ??? En se concentrant sur les solutions plutôt que les problèmes, mais bien sûr cette réponse n'a rien de poétique...  (Didier D.)
***
Je ne vois rien : que n'ai-je... Un peu plus de lumière Et un peu moins de maux ! Mais tout ce vain m'enivre... (Blind Date)
***
APOCALYPS' SNOW (Eau d’île)

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art30 novembre 2010 à 00:08

    La photo montre une scène banale : la neige qui tombe dans le silence de la nuit ...

    Le texte fait allusion :

    - à la scène médiatique ("theatrum mundi")

    - au vacarme médiatique pour commenter une météo de saison et faire croire à son caractère exceptionnel

    - aux aides sociales ("la maraude") qui se mettent en place (Restos du coeur notamment)

    - au risque annoncé ou peur réelle de paralysie totale du pays

    La relation texte/image évoque l'art situationniste et la vanité de tout ce cirque médiatique

    RépondreSupprimer