La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 2 janvier 2012

Voeux d'or, Vanité n°1201

De profundis d’une valise minée d’or, Anne Hecdoth passe de seize à mille ânes pour vous faire part de ses condoléances pour le trépas de l’année passée qui s’est achevée et vous souhaite, au seuil de la nouvelle née, un alacre déclin
- d’œil assassin qui jamais ne décline et qu’elle décline sans décliner
- de cette grave crise interminable qui vous effondre
- de ses conséquences sur votre pouvoir d’achat en chute libre
- des dissimulations de vérités qui vous indignent
- des tourmentes et tempêtes qui vous font souffrir
- des dures mises à l’épreuve qui vous éprouvent
- de vos inquiétudes face au temps qui passe et au temps qu’il fait
- des difficultés insurmontables que vous traversez qui vous dépriment
- des éprouvantes épreuves auxquelles vous vous épuisez à résister
- de votre fatigue qui vous achève et de vos misères qui vous rongent
- de vos pertes de mémoire qui vous affligent
des réactions à chaud qui ne font qu'ajouter à la confusion et au désordre sans restaurer votre confiance vacillante.
A quoi se raccrocher quand tout se dérobe ?

***
Je suis absent jusqu'au 04 janvier. (Gildas M.)
***
VIVE LE CAS OS !!! AU LAID !!!
Je vous souhaite une année particulièrement Vaniteuse, ma chère soeur Anne ! (Juliette C.)
***
En un mot comme en mille, vive l'homme sauvage dans sa pureté originelle. (Anny C. Rousseau)
***
Le facétieux commanditaire qui, bien que soupçonné de velléités chipoteuses, est devenu récipiendaire ronchon et bourru (à défaut d'être bourré !), demande derechef le paiement de royalties conséquentes.
Qui le croira maintenant quand il dira que Cézanne, en visite en Afrique du Sud pendant la guerre des Boers (1901), effectua cette oeuvre et la donna au descendant du grand Shaka Zulu ? Par clause testamentaire, elle devait revenir à un vrai enfant d'Afrique du Sud, Karabo, un quart Zoulou, un quart Sotho, un quart Tswana et un quart Xhoza, plus une pincée de Français. Karabo le confia à son Mkhulu, amateur de baigneurs fessus, de victoires répétées et de poPomme... et voilà.
Olzebest, :-)eurv'
***
Au Chassagne Montrachet, uniquement.
Bonne année , Odilounette... (Marie-Hélène B.)
***
Raccrochons-nous à l'idée suivante : le pire n'est pas certain. (Marie-Lise B.)
***
Tout se dérobe, se vole, une poule aux œufs d'or, un vœu d'or (pas encore bœuf), et le cul de la baignœuse. Et pendant ce temps-là, Anne tire les ânes ou le diable par la quœue. Quel sac de nœuds ! (Marc V.)
***
Merci chère "Anne" pour tes  vœux. A mon tour, je te souhaite un excellent cru 2012 ! (Damien C.)
***
A quoi se raccrocher ? Des robes, des robes ! Signé une fashion victime qui tire sa révérence ! Désolée de manquer tant et tant de vanités... (l'Artis'Anne)
***
De vrais baigneurs font ici semblant d'être Les Baigneuses ! Noir désir ! (l'ambuleuse, mfd)
***
Allez, on s'accroche aux branches de l'arbre à palabres et on regarde passer le troupeau d'em... qui va en déclinant vers le lointain 2013. (ella)
***
Madame, votre truc m'a fait penser à Salammbô de Flaubert :
"Les cuisines d'Hamilcar n'étant pas suffisantes, le Conseil leur avait envoyé des esclaves, de la vaisselle, des lits ; et l'on voyait au milieu du jardin, comme sur un champ de bataille quand on brûle les morts, de grands feux clairs où rôtissaient des bœufs. Les pains saupoudrés d'anis alternaient avec les gros fromages plus lourds que des disques, et les cratères pleins de vin, et les canthares pleins d'eau auprès des corbeilles en filigrane d'or qui contenaient des fleurs. La joie de pouvoir enfin se gorger à l'aise dilatait tous les yeux çà et là, les chansons commençaient.
D'abord on leur servit des oiseaux à la sauce verte, dans des assiettes d'argile rouge rehaussée de dessins noirs, puis toutes les espèces de coquillages que l'on ramasse sur les côtes puniques, des bouillies de froment, de fève et d'orge, et des escargots au cumin, sur des plats d'ambre jaune.
Ensuite les tables furent couvertes de viandes antilopes : avec leurs cornes, paons avec leurs plumes, moutons entiers cuits au vin doux, gigots de chamelles et de buffles, hérissons au garum, cigales frites et loirs confits. Dans des gamelles en bois de Tamrapanni flottaient, au milieu du safran, de grands morceaux de graisse. Tout débordait de saumure, de truffes et d'assa foetida. Les pyramides de fruits s'éboulaient sur les gâteaux de miel, et l'on n'avait pas oublié quelques-uns de ces petits chiens à gros ventre et à soies roses que l'on engraissait avec du marc d'olives, mets carthaginois en abomination aux autres peuples. La surprise des nourritures nouvelles excitait la cupidité des estomacs. Les Gaulois aux longs cheveux retroussés sur le sommet de la tête, s'arrachaient les pastèques et les limons qu'ils croquaient avec l'écorce. Des Nègres n'ayant jamais vu de langoustes se déchiraient le visage à leurs piquants rouges. Mais les Grecs rasés, plus blancs que des marbres, jetaient derrière eux les épluchures de leur assiette, tandis que des pâtres du Brutium, vêtus de peaux de loups, dévoraient silencieusement, le visage dans leur portion.
La nuit tombait. On retira le velarium étalé sur l'avenue de cyprès et l'on apporta des flambeaux." (Sébastien M.)
***
A quoi se raccrocher ? Aux branches, répondrait le Corbeau battant de l'aile !... Mille et un Voeux chère Anne, et contez encore et toujours... (Hécate)
***
A moi !?… Excellente année 2012 à vous ! Tout plein de bonheurs en
XS pour le Sexe
S pour le Sourire
M pour la Musique
L pour la Liberté
XL pour les aiLLLes
Et XXL pour le reste !!! (Sofaille)
***
Vous donnez une démonstration de la critique de la raison pure et une illustration du livre de la sagesse établi sur la célèbre pensée : Vanité des vanités et tout est vanité !  (François G.)
***
Il faudrait tout de même que Madame née Seize nous parle un jour de Monsieur Hecdoth et du rapport qu'entretient le couple avec J. Croix. Elle aura un jour de plus en 2012 pour y penser ! (:-)eurv')
***
A l'artiste plasticienne (très chic), à l'intarissable Anne, et à celle qu'on aimera toujours, on souhaite une super année (je ne détaille pas, parce que j'ai peine à imaginer tous les rêves qui se pressent dans ta tête.) (Christiane R.)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien de l'art2 janvier 2012 à 12:57

    L'image montre un coin salon avec, au premier plan, une table basse fabriquée en coupant les pieds de la table familiale de l'artiste, enfant, sur laquelle gît une carafe en cristal dont le goulot semble avoir été sabré, une sculpture fang (à droite) et une autre contemporaine d'art sud-africain représentant des personnages, un chapeau burkinabé et une bougie blanche en forme de cube. Au dessus d'un vilain canapé en cuir noir est accroché au mur un vrai-faux Cézanne, réalisé par l'artiste pour un commanditaire facétieux, représentant un paysage typique de l'Afrique du Sud avec, au premier plan à gauche, un groupe de baigneurs noirs, et à droite, une nature morte aux pommes (probablement leurs goûters).

    Le texte fait allusion
    - aux profondeurs de l'Afrique du Sud où l'artiste est allée s'enterrer pour le passage du nouvel an ("de profundis" est une locution latine par laquelle commence la prière des morts et qui signifie "des profondeurs")
    - à la valise de lingots d'or trouvée dans le RER et aux mines d'or de la région de Johannesburg où se trouve actuellement l'artiste
    - aux vœux de bonheur du président de la République française, véritable mine d'or dans laquelle l'artiste a très largement puisé pour vous adresser les siens et qu'elle vous laisse chercher vous-même là : http://www.elysee.fr/president/les-actualites/discours/2011/voeux-de-m-le-president-de-la-republique-aux.12686.html
    - au vrai-faux Cézanne (seize … ânes) qu'elle vient d'achever
    - à son ami Milan (mille ânes) chez qui elle a passé un réveillon dépaysant
    - aux années qui passent (le mot "année" est employé 9 fois par le président de la République française dans ses vœux de bonheur)
    - à la fin de l'année 2011 et à la nouvelle année 2012
    - à l’oxymore "alacre déclin" (alacre – du latin "alacritas" = joyeux, gai, vif et plein d'entrain et… allez hop ! Youpiii !)
    - aux clins d'œil assassins sur la société que l'artiste décline (verbe trans. = présenter sous différentes formes), qui ne déclinent pas (verbe intrans. = toucher à sa fin, disparaître) et qu'elle ne décline pas (verbe trans. = refuser)
    - à la crise (mot employé 8 fois par le président de la République française dans ses vœux de bonheur)

    Le rapport texte/image évoque la vanité des vœux de bonheur et des vrais-faux semblants.

    RépondreSupprimer