La démarche

L’idée est, par une approche artistique et sociologique, autant sur le plan social que sociétal, de questionner les vanités contemporaines, le caractère éphémère des choses, voire la futilité des préoccupations humaines.

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels n'est que fortuite.

Quelques références : les vanités, les cabinets de curiosités, les ready made, Christian Boltanski, Sophie Calle, Claude Lévêque, Martin Paar...

lundi 1 juillet 2013

Blackout, Vanité n° 1326

Pour lutter contre la pollution lumineuse, protéger le sommeil paradoxal des insomniaques pendant lequel l'activité électrique du cerveau est à son comble, économiser l'énergie nocturne, stimuler celle des noctambules lugubres, et assurer la sécurité de tous, les villes sans régime dérogatoire vont s'engouffrer dès ce soir dans les viles ténèbres méphistophéliques de la nuit sombre et profonde. A la lueur des obscurantistes adeptes de la politique de l'autruche qui cultivent le paradoxe pour favoriser la contemplation de leur insondable profondeur ombilicale, Anne Hecdoth gaspille son énergie nycthémérale et circadienne en idées lumineuses. Il est clair que même si la lumière jaillit de l'obscurité, la nuit tous les chats sont gris. Mais quel est le térawattheure du spectre blanc ouateux d'une chambre noire sous la lumière crue de midi ?
***
Quelle lumière assourdissante !
(Marie-France D. - mercerieambulante.typepad.com)
***
Sujet d'actualité depuis déjà des lustres. À la fin du XIXe siècle, Fernand Lope, maintes fois candidat malheureux à la mairie de Paris, dont les partisans, les 'lopes', affrontaient verbalement ses adversaires, les 'antilopes', dans les cafés du Quartier latin, avait — et n'avait — que deux points à son programme électoral : 1. l'extinction du paupérisme après 10 heures du soir. 2. le prolongement du boulevard Saint-Michel jusqu'à la mer. Lumineuse journée juilletale à vous. (Vincent L. - www.excentric-news.info)
***
Blanc-lumière.

Au risque de me faire blackbouler, je recouvre ma toile d'une fine couche de blanc, celui de titane et je l'expose au seul soleil, celui de midi. (Benoît D. - benoitdecque.com)

***
Tout cela me parait bien obscur...
(Juliette C. - juliettecharpentier.over-blog)
***
Garwolin est une commune rurale de la voïvodie de Mazovie et du powiat de Garwolin. Elle s'étend sur 136 km² et comptait 12 114 habitants en 2007. (Sébastien M.)
***
Bon, alors euh... "rallumons les étoiles" - Guillaume Apollinaire (ella)
***

1 commentaire:

  1. J. CROIX, critique et historien en art1 juillet 2013 à 21:48

    L'image montre une chambre à coucher à deux lits, sobre et monochrome : tout y est blanc, des meubles à la literie et du sol au plafond. Seules deux photos, encadrées et posées sur les murs à droite, sont en noir et blanc. La plus grande représente une autruche et la petite, la tour Eiffel illuminée de nuit, vue au travers d'une fenêtre.

    Le texte fait allusion
    - à l'arrêté du 25 janvier 2013 relatif à l'éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels, entrant en vigueur ce jour et aux dérogations appliquées à certains monuments, comme à Paris par exemple
    - à la présence nocturne anormale ou gênante de lumière, aux conséquences de l'éclairage artificiel sur la faune, la flore, la fonge et les écosystèmes ainsi que les effets suspectés ou avérés sur la santé humaine (la pollution lumineuse)
    - à la phase du sommeil au cours de laquelle les rêves dont on se souvient se produisent (sommeil paradoxal)
    - aux gens louches qui sévissent la nuit (noctambules lugubres)
    - aux ténèbres, concept désignant le néant et qui se traduit par l'absence totale de lumière
    - au diable (méphistophélique, du latin "mephiticus" et "mephitis" = "exhalation pestilentielle")
    - à l'obscurantisme, attitude d'opposition à la diffusion du savoir
    - au refus de voir la réalité (politique de l'autruche)
    - nycthéméral = d'une durée de 24 heures, un jour et une nuit
    - circadien = d'une durée plus ou moins nycthémérale, variant entre 20 et 28 heures
    - aux situations confuses (la nuit tous les chats sont gris)
    - un térawattheure = unité de travail égale à 10 puissance 12 wattheures, soit 1000 milliards de wattheures
    - aux couleurs observées lors de la dispersion de la lumière blanche à travers un prisme (spectre)
    - à un fantôme (spectre blanc ouateux)
    - à une chambre à coucher, la nuit, quand la lumière est éteinte (chambre noire)
    - au procédé photographique (chambre noire), du grec φωτoς, photos (lumière) et γραφειν, graphein (dessin, écriture)

    Le rapport texte/image évoque la futilité de certaines lois et la vanité des situations confuses.

    RépondreSupprimer